Paysages

LAC DE GRANDLIEU

À 12 km au sud-ouest de Nantes, s’étend le lac de plaine de Grand-Lieu, l’une des plus exceptionnelles réserves naturelles françaises, refuge d’une impressionnante richesse floristique et faunistique. Unique en Europe, son paysage se pare d’une végétation luxuriante semblable à celle qui habille les rives des lacs tropicaux peu profonds. Le lac de Grand-Lieu forme un vaste paradoxe verdoyant, immense et secret, foisonnant et pourtant  rarement perceptible depuis son pourtour. Très fluctuante du fait de son faible dénivelé, sa superficie varie entre 6 300 hectares au cours de l’hiver pour 3 [...] Lire plus

À 12 km au sud-ouest de Nantes, s’étend le lac de plaine de Grand-Lieu, l’une des plus exceptionnelles réserves naturelles françaises, refuge d’une impressionnante richesse floristique et faunistique. Unique en Europe, son paysage se pare d’une végétation luxuriante semblable à celle qui habille les rives des lacs tropicaux peu profonds. Le lac de Grand-Lieu forme un vaste paradoxe verdoyant, immense et secret, foisonnant et pourtant  rarement perceptible depuis son pourtour. Très fluctuante du fait de son faible dénivelé, sa superficie varie entre 6 300 hectares au cours de l’hiver pour 3 200 hectares en période estivale. La protection du cœur du lac (2 600 hectares) est assurée par le classement en Réserve naturelle nationale suite à une donation du célèbre parfumeur Guerlain en 1972. Fermé au public, l’ensemble du lac est protégé par le Conservatoire du littoral, dont le partenariat avec le Conseil du Département de Loire-Atlantique a abouti en 2014 à l’ouverture de la Maison du Lac et du pavillon Guerlain, espaces de découverte de ses richesses écologiques et fenêtres sur son paysage singulier. 

Regards d'artistes

Louis-Robert Antral, Lac de Grand-Lieu l’hiver à Passay, 1895
Musée des Beaux-Arts de Nantes
« Ils marchent sur la hauteur de la levée. Côté lac, c’est l’eau dans l’infini du regard, d’où n’émergent en pointillés que les têtes rondes des grands saules. La lumière sort de sa faiblesse de l’hiver, colore à peine les rides à la surface. Au loin, tout se perd dans les lambeaux des brumes. Ils s’arrêtent, regardent, se taisent. C’est Émile Simon qui rompt l’enchantement : “Voyez-vous, Augustin, ce serait une folie de dessécher ce lac. Y parviendrait-on, d’ailleurs... ? Une folie... Les hommes ont-ils le droit de détruire ce que la nature leur a donné ? ” » Lire plus

« Ils marchent sur la hauteur de la levée. Côté lac, c’est l’eau dans l’infini du regard, d’où n’émergent en pointillés que les têtes rondes des grands saules. La lumière sort de sa faiblesse de l’hiver, colore à peine les rides à la surface. Au loin, tout se perd dans les lambeaux des brumes. Ils s’arrêtent, regardent, se taisent. C’est Émile Simon qui rompt l’enchantement : “Voyez-vous, Augustin, ce serait une folie de dessécher ce lac. Y parviendrait-on, d’ailleurs... ? Une folie... Les hommes ont-ils le droit de détruire ce que la nature leur a donné ? ” »

Rémy Prin, Grand Lieu - L’entrelacs des mémoires, Parole Ouverte éditions, 2014

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • Un vaste espace lacustre dont la surface en eau fluctue suivant les saisons

    • Des prairies inondables

  • Picto Pano menace

    • Une dégradation du milieu aquatique dû à la qualité d’eau médiocre et la prolifération d’espèces végétales et de l’Ecrevisse de Louisiane et du Ragondin.

  • Picto Pano protection

    • Site classé au titre de la loi de 1930

    • Réserve naturelle nationale et régionale

    • Protection du Conservatoire du littoral

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages

  • Un cœur d’eau végétalisé à la superficie fluctuante
    Un cœur d’eau végétalisé à la superficie fluctuante
  • Les rives du lac, des roselières, des boisements, des marais, et des prairies pâturées ou fauchées
    Les rives du lac, des roselières, des boisements, des marais, et des prairies pâturées ou fauchées
    Les sites du Conservatoire du littoral :