Paysages

MARAIS POITEVIN

Au nord de la Rochelle, face à l’île de Ré, entre les départements de la Vendée et de la Charente Maritime, le Marais Poitevin s’étend dans la planéité de l’ancien golfe marin des Pictons qui s’est progressivement réduit par un envasement naturel puis une poldérisation des marais. La baie de l’Aiguillon, haut lieu d’hivernage d’oiseaux migrateurs en est le reliquat. A l’est, la Sèvre Niortaise y déverse l’eau de la célèbre « Venise verte » (Marais mouillés en dehors de l’unité littorale). A l’ouest, le Lay termine sa course le long d’une côte dunaire entre les ambiances urbaines et balnéaires [...] Lire plus

Au nord de la Rochelle, face à l’île de Ré, entre les départements de la Vendée et de la Charente Maritime, le Marais Poitevin s’étend dans la planéité de l’ancien golfe marin des Pictons qui s’est progressivement réduit par un envasement naturel puis une poldérisation des marais. La baie de l’Aiguillon, haut lieu d’hivernage d’oiseaux migrateurs en est le reliquat. A l’est, la Sèvre Niortaise y déverse l’eau de la célèbre « Venise verte » (Marais mouillés en dehors de l’unité littorale). A l’ouest, le Lay termine sa course le long d’une côte dunaire entre les ambiances urbaines et balnéaires de la Tranche-sur-Mer, la Faute-sur-mer et l’Aiguillon, et celles des étendues sauvages de la pointe d’Arcay et de la lagune de la Belle Henriette. Cultivés sur de vastes parcelles géométriques, les marais desséchés ont fortement subi l’intensification agricole des années 1960. Ils sont communément perçus comme une grande plaine d’openfield, « une sorte de Beauce maritime… » . Ils sont cependant ponctués d’un archipel d’anciennes îles calcaires urbanisées et abritent dans certains secteurs plus humides comme à Charron, Saint-Denis-du-Payré, Angles, Luçon…. une richesse écologique exceptionnelle que le Conservatoire du littoral, accompagné de nombreux acteurs du territoire, protègent.

Regards d'artistes

Octave de Rochebrune, Ilot de la Dive dans le marais de St Michel en l'Herm, Vendée, 1887
Revue Poitou et Vendée (n°83), Vendée, musée de La Roche-sur-Yon.
La Dive qui jadis fut nymphe de la mer Et encore en la mer dans un rocher habite A veu voz gaietez, et pour vostre mérite Vous offrit les trésors qui la font renommer L'oeil de bouc, la palourde, et l'huitre en son escale La mouscle plus boueuse, et tous autres poissons Qui portent coquillage, en cent et cent façons Vous furent présentez d'une main libérale Encor' avez-vous veu le superbe rempart Du brave Rochelois, dont nostre humble village, Pour en estre trop pres, a receu maint dommage, Bien qu'il ne fust armé ne ligué de leur part L'isle de Ré n'est pas à vos yeux incogneue, Et le large [...] Lire plus

La Dive qui jadis fut nymphe de la mer
Et encore en la mer dans un rocher habite
A veu voz gaietez, et pour vostre mérite
Vous offrit les trésors qui la font renommer
L'oeil de bouc, la palourde, et l'huitre en son escale
La mouscle plus boueuse, et tous autres poissons
Qui portent coquillage, en cent et cent façons
Vous furent présentez d'une main libérale
Encor' avez-vous veu le superbe rempart
Du brave Rochelois, dont nostre humble village,
Pour en estre trop pres, a receu maint dommage,
Bien qu'il ne fust armé ne ligué de leur part
L'isle de Ré n'est pas à vos yeux incogneue,
Et le large maraiz, où cent milliers d'oiseaux
Vont sautelant autour des joncz, et des roseaux,
Puis s'eslevent en l'air comme une épaisse nue.
Bref, il n'y a rien d'exquis en ce quartier
Que vostre oeil curieux n'ait marqué tout à l'aise:
Et s'il vous reste encore quelque lieu qui vous plaise
La compagnie est preste, et l'équipage entier.
Pleust à Dieu que pussiez, ô Catot et Annette,
Vivre eternellement en noz champs Poictevins.

Nicolas Rapin, Les plaisirs du Gentil-Homme champestre, Vve L. Breyer, Paris, 1583

Evolution de l'urbanisation

le long de l’estuaire du Lay.
1965 1965
2014 2014

Depuis 1965 l’urbanisation s’est intensément développée autour des stations balnéaires de la Tranche-sur-Mer, de la Faute-sur-Mer et de l’Aiguillon-sur-Mer. Le Conservatoire du littoral est devenu attributaire de la partie maritime de la pointe d’Arcay à son extrémité dans le prolongement de la réserve naturelle.

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • Partie littorale du Marais Poitevin (surface totale de 100 000 ha dont 75 % mis en culture) correspondant aux marais desséchés (en opposition aux marais mouillés au nord et à l’est en (hors de l’unité littorale)
    • Un littoral structuré à l’est par la Baie de l’Aiguillon et l’estuaire de la Sèvre Niortaise ; et à l’ouest par la côte dunaire, l’estuaire du Lay et la pointe d’Arcay

    • Un paysage très ouvert composé de vastes parcelles géométriques exploitées de manière intensive

    • Des anciennes îles calcaires urbanisées

    • Des secteurs composés d’ensembles prairiaux anciens

    • Une richesse ornithologique exceptionnelle sur le littoral et les prairies humides

  • Picto Pano menace

    • Une intensification agricole qui impacte la biodiversité et la qualité de l’eau

    • Une surexploitation hydraulique qui réduit les débits dans les estuaires et accélère le phénomène naturel d’envasement

    • Des conflits d’intérêt entre exploitants agricoles et pêcheurs

    • Une pression urbaine dans les stations balnéaires sur la côte ouest

    • Un risque très important de submersion du littoral lors des tempêtes

  • Picto Pano protection

    • 7 espaces naturels protégés par le Conservatoire du littoral

    • 3 réserves naturelles

    • Un parc naturel régional

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages