Paysages

MASSIF DE LA CLAPE

La montagne de la Clape, ancienne île de l’antique golfe de Narbonne comblé depuis l’Antiquité par les alluvions et les divagations de l’Aude, est un événement majeur du paysage languedocien. Elle domine à plus de 150 m en moyenne la vallée et l’embouchure de l’Aude au nord, la plaine de Narbonne à l’ouest, les étangs et les salins de Gruissan au sud. Ses crêts calcaires, aux fronts quasi-verticaux, et ses petites combes cultivées reliant le massif à la plaine, aux étangs et à la mer, créent une rupture dans la longue enfilade des lagunes littorales languedociennes. Pins d’Alep, garrigues et [...] Lire plus

La montagne de la Clape, ancienne île de l’antique golfe de Narbonne comblé depuis l’Antiquité par les alluvions et les divagations de l’Aude, est un événement majeur du paysage languedocien. Elle domine à plus de 150 m en moyenne la vallée et l’embouchure de l’Aude au nord, la plaine de Narbonne à l’ouest, les étangs et les salins de Gruissan au sud. Ses crêts calcaires, aux fronts quasi-verticaux, et ses petites combes cultivées reliant le massif à la plaine, aux étangs et à la mer, créent une rupture dans la longue enfilade des lagunes littorales languedociennes. Pins d’Alep, garrigues et pelouses sèches occupent le haut du relief et les pentes, tandis que dans les combes et les vallons plus accessibles la vigne et les cultures créent des fenêtres paysagères et des contrastes d’ambiances qui contribuent à la qualité des lieux. Bien protégés par les acquisitions du Conservatoire du littoral et par un site classé depuis 1973 au titre de la loi de 1930, les paysages du cœur du massif sont peu menacés par l’urbanisation. Ils le sont davantage par la déprise agricole et la sur-fréquentation. Quant au rivage, il est soumis à une forte pression démographique et touristique, particulièrement aux abords des stations balnéaires de Saint-Pierre-la-Mer, Narbonne-Plage et Gruissan.

Regards d'artistes

Henri Homps, Dans la Clape, Les Inférêts, 1983
Musée des Beaux-Arts de Narbonne
 « Les falaises de la Clape, dorées par les chauds rayons de lumière, qui les frappent successivement, sous des angles divers, aux différentes heures du jour, revêtent tour à tour des colorations féeriques ; toutes les gammes du prisme y passent et la transparence de l'air rehausse encore l'éclat des couleurs. Les teintes s'estompent quelquefois, mais il arrive souvent que des oppositions violentes ont lieu entre les teintes que revêtent les abrupts de la Clape et le ciel bleu foncé. L'aspect de ceux-ci change d'heure en heure et forme un merveilleux horizon ; le spectateur qui le contemple [...] Lire plus

 « Les falaises de la Clape, dorées par les chauds rayons de lumière, qui les frappent successivement, sous des angles divers, aux différentes heures du jour, revêtent tour à tour des colorations féeriques ; toutes les gammes du prisme y passent et la transparence de l'air rehausse encore l'éclat des couleurs. Les teintes s'estompent quelquefois, mais il arrive souvent que des oppositions violentes ont lieu entre les teintes que revêtent les abrupts de la Clape et le ciel bleu foncé. L'aspect de ceux-ci change d'heure en heure et forme un merveilleux horizon ; le spectateur qui le contemple du haut des tours de Saint-Just ou des hauteurs de Montredon en reste longtemps ébloui. »

Dr Carbou, « Rapport sur l’excursion faite par la société d’études à Armissan et à la Clape le 7 juin 1891 »

Evolution de l'urbanisation

du massif de la Clape
1965 1965
2014 2014

Au sud de la carte, le massif de la Clape est classé au titre de la loi de 1930 et bénéficie également de la protection du Conservatoire du littoral, dont on perçoit ici l’étendue des acquisitions depuis 1975 (sites de l’Oustalet au nord et des Auzils au sud). Les stations balnéaires de Saint-Pierre-la-Mer et de Narbonne-Plage, qui se sont développées respectivement dans les années 1900 et 1930, se sont largement étalées le long du littoral comme aux abords de Gruissan, à l’arrière de l’étang du Grazel. Pour préserver davantage encore les paysages de la Clape, le Conservatoire du littoral continue ses acquisitions dans le massif et dans des espaces naturels remarquables (zones humides) à proximité des zones urbaines.

Jouer la vidéo

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • Un vaste relief calcaire (16 km de long sur 5 à 8 km de large), belvédère sur les paysages intérieurs du département, la mer, la vallée de l’Aude et les étangs


    • Un espace remarquable pour ses paysages et sa richesse écologique

    • Des crêts à la verticalité impressionnante, abritant des espèces rares d’animaux (aigle de Bonelli) et de plantes (centaurée en corymbe)

  • Picto Pano menace

    • Des milieux et des paysages dont la pérennité est dépendante des activités agro-pastorales aujourd’hui en régression au profit des boisements


    • Une forte vulnérabilité au feu

    • Une bande côtière soumise à une forte pression démographique, urbaine et touristique

  • Picto Pano protection

    • 2 espaces naturels protégés par le Conservatoire du littoral ; un parc naturel régional (PNR de la Narbonnaise en Méditerranée) ; un site classé au titre de la loi de 1930.

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages

  • Une montagne-belvédère
    Une montagne-belvédère
  • De beaux paysages intérieurs
    De beaux paysages intérieurs
    Les sites du Conservatoire du littoral :
  • Rivages de la Clape : des ambiances de stations balnéaires
    Rivages de la Clape : des ambiances de stations balnéaires