DUNES DE DONNANT

 

Sur Belle-Ile, à la jonction des vallons d’Anter, Donnant et Kerhuel, les dunes de Donnant présentent un paysage de sable aux proportions gigantesques. Formées progressivement vers la fin des âges glaciaires, elles sont parmi les plus grandes dunes perchées de Bretagne.

Aux franges littorales, là où goémon et sel se trouvent en abondance, la végétation des laisses de mer pousse, s’accumule et se décompose chaque année dans un cycle immuable. Dès le mois de juin, les roquettes de mer répandant leur odeur suave. Alors que soudes épineuses et arroches de sable se transforment en graines pour traverser la mauvaise saison, les pourpiers des mers, plantes vivaces, s’accrochent aux plages et résistent tout au long de l’année. Derrière la lune mobile parsemée d’oyats, de giroflées et de liserons, la végétation devient plus rare et dense. C’est qu’ici, la dune blanche a viré au gris en se mélangeant à la terre. Matière organique et sable coquillier forment un sol riche et stable. De grandes étendues jaunes doré d’asters d’Armorique couvrent les pentes sableuses. Particulièrement rares sus la planète, ils n’ont été rencontrés qu’en Bretagne sud. Sur les surfaces calcaires amendés de débris d’algues rouges, poussent l’ophrys de la passion et d’autres étranges orchidées aux allures d’insectes.

Aux périodes glaciaires, alors que Belle Ile était reliée au continent et qu’entre Houat et Quiberon s’écoulait le fleuve Morbihan, de grands herbivores paissaient sur le plateau et au creux des vallons. La faune de Donnant, alors plus terrestre, se fit marine avec l’arrivée de l’océan. Les habitats se spécialisèrent pour n’évoluer que très peu durant les siècles qui précédèrent la période actuelle. Ainsi, sur l’estran sableux parsemé de récifs découpés, œufs de bulots, capsules d’œufs de roussettes et de raies apparaissent à la saison des pontes. La petite faune, très présente, anime les micropaysages dunaires. L’araignée-loup, aux huit yeux noirs, chasse à vue alors que l’escargot des dunes se déplace en bande. Les oiseaux s’activent au sol et dans les airs. En vol stationnaire au-dessus de la lande rase, l’alouette des champs, de son trille mélodieux, enchante le littoral tandis que le traquet motteux, des plus actifs, volette au sol. Quelques craves à bec rouge survolent les dunes avant de se poser sur les pelouses pour se délecter de succulents insectes. Rares en Bretagne, ils sont à Belle-Ile d’excellents indicateurs de la richesse biologique du milieu.


Le Conservatoire a acquis à ce jour 110 hectares d'espaces naturels et fragiles afin de gérer au mieux la fréquentation importante du public, menace pour les formations végétales : de nombreuses zones sont entièrement mises à nu et en prise directe à l'érosion. Les piétons sont aujourd'hui canalisés sur des chemins balisés, des plantations d'espèces colonisatrices telles que la frankénie sont réalisées.

Sur les dunes du Donnant, afin de limiter l'érosion, et à terme, la disparition des parties les plus fragiles, des mises en défens et des plantations d'espèces fixatrices sont réalisées.

Gestionnaire

Communauté de communes de Belle-île-en-mer

Service espaces naturels

Haute Boulogne - 56 360 Le Palais

www.ccbi.fr

Carte d'identité du site

Commune(s) : BANGOR (56) , SAUZON (56)

Surface protégée : 109.75 hectares

Protégé depuis : 1986

Nombre d'actes d'acquisition signés : 48

Balade Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Faire un don