NEZ DE JOBOURG

Cette baie est située sur la commune de Jobourg. C'est une plage de sable et de galets encadrée par un paysage verdoyant sculpté par les vents dominants d'Ouest. Ici s'entremêle landes, bruyères et ajoncs.

Herquemoulin est le cours d'eau faisant la limite entre les sites des dunes de Vauville et du Nez de Jobourg. Ruisseau côtier, il se jette dans la Manche sur la plage de la Mare aux Marchands. Il limite les deux communes d'Herqueville et de Beaumont-Hague. De la mer au sommet, vers 100 mètres, se succèdent la lande rase progressivement peuplé de fougère aigle, la prairie à genêts avec un port à peu prêt droit, côtoyant l’ortie et le prunelier. Par endroits une langue de terre cultivée ou pâturée. Dans cet endroit abrupt vivait, il y a quelques années, la seule harde connue en France de chèvre sauvage qui airait et entretenait les zones en friches. Ensuite, le paysage s’adoucit vers une immense et impressionnante dunes de Vauville.

Les falaises du Nez de Jobourg accueillent une grande diversité d'oiseaux : Cormorans huppés, goélands argentés, alouettes des champs, pipits farlouses, linottes mélodieuses, traquets motteux, fauvettes pitchous et beaucoup d’autres oiseaux fréquentent ce secteur protégé.

Le site fait partie des sites d’intervention du Conservatoire du littoral. Les terrains acquis sont remis en gestion au Syndicat mixte des espaces littoraux de la Manche (SyMEL). Un garde du littoral est affecté à ce site. Il a en charge le gardiennage, l'entretien et le suivi scientifique, ainsi que les relations avec les usagers locaux. (http://www.symel.fr/)

Le Nez de Jobourg dispose de mesure de préservation depuis 2009, date à laquelle a été rédigé le 1er plan de gestion. Il s’agit d’un document cadre, un guide, donnant les orientations d’aménagements et de gestion pour protéger ce site naturel. L'objectif de gestion des sites de la Hague repose sur le maintien d’une activité agricole. Elle assure non seulement le maintien de paysages ouverts mais également de milieux divers.

Le pâturage permet d’aller à l’encontre de dynamiques progressives de végétation. Par une sélection hétérogène des plantes consommées, par le piétinement de la parcelle et par une action en défaveur des ligneux, le bétail permet la présence d’une flore diversifiée qui donne aux prairies une grande variété de couleurs.

Dans les landes, le pâturage permet de freiner l’évolution des formations végétales vers la lande haute.

Aussi, le site DU Nez de Jobourg est inclus dans l’enveloppe de la zone écologique d’intérêt européen au titre de Natura 2000 s’intitulant « Côtes et Landes de la Hague ». (http://littoral-normand.n2000.fr/).

Le terme « Nez » provient de l’ancien scandinave nes « pointe de terre » utilisé par les Vikings lors de leurs périples autour de la presqu’île du Cotentin et des îles environnantes.

Les falaises de Jobourg, culminant à 128 mètres comptent parmi les plus hautes falaises d’Europe continentale. Elles sont réputées parmi les géologues pour leurs gneiss (roches métamorphiques) de plus de 2 milliards d’années figurant parmi les plus anciennes du monde.

 Au Nord du Nez de Jobourg, on aperçoit le Phare de Goury ou Phare de la Hague. D'une hauteur de 48 m, il s’élève sur le rocher « Gros du Raz ».

Le Raz Blanchard, qui circule entre l'île d'Aurigny et le Cap de la Hague, est l'un des courants les plus forts au monde, véritable point périlleux pour les bateaux croisant dans ces eaux.

Afin de prévenir les accidents, la Commune de Jobourg accueille le Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage en mer (CROSS). Ce centre a pour objectif d’assurer la sécurité du trafic maritime et de coordonner le sauvetage en mer.

Entre le Nez de Jobourg et Goury se trouve la Baie d'Ecalgrain. Ecalgrain" signifie "écaler le grain". La baie d'Ecalgrain tire son nom des moulins à blé qui s’activaient autrefois, le long du ruisseau qui s’y jette. A proximité y ont été retrouvé des silex du Paléolithique inférieur prouvant la très ancienne présence de l’homme sur ces rivages.

Des visites des grottes de Jobourg sont possible avec les associations  EXSPEN et « A la découverte de la Hague ».Attention, le risque d’accident sur ces sentiers particulièrement abrupts et sensibles est élevé.

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : HERQUEVILLE (50) , JOBOURG (50)

Surface protégée : 136.15 hectares

Protégé depuis : 1989

Nombre d'actes d'acquisition signés : 88

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

symel

Les partenaires

natura 2000

Faire un don