ILE DE TATIHOU

Deux grandes formations géologiques se côtoient aux abords de la Hougue, le Bassin parisien et le Massif armoricain, influençant les milieux et le climat îliens. Des fonds calcaires nappés de dépôts récents sont ainsi visibles sur les côtes relativement basses de la région, tandis que l’île Tatihou, granitique, repose sur un vaste platier d’origine magmatique.

Après la dernière période glaciaire, et avec la remontée des eaux, Tatihou redevient une île tandis que ses dunes anciennes disparaissent. La côte nord de l’île est battue par les vents ; celle du sud est abritée. Les écosystèmes se juxtaposent sur de petits périmètres : quelques dunes et pelouses dunaires relictuelles, des récifs, une vasière, des prés-salés, un sous bois arbustif et des prairies.

La faune

Tatihou est fréquentée depuis toujours par les oiseaux marins côtiers. La mise en réserve ornithologique, dès 1990, d’une partie de l’île a été une priorité pour les gestionnaires. Le site héberge trois grandes colonies de Goélands (marin, brun et argenté). Le passage des oiseaux migrateurs est régulièrement observé en automne et au printemps. En hiver, vous verrez l’Eider ou la Sarcelle d’hiver. Les oiseaux nicheurs les mieux répertoriés sont le Tadorne de Belon, l’Huîtrier-pie et le Pigeon colombin. Parmi les espèces de passage, vous observerez l’Aigrette Garzette, le Canard Siffleur, le Bruant des neiges et la Bécasse des bois. Plusieurs petits passereaux nichent dans l’île dont le Pipit farlouse, l’Alouette et la Grive musicienne, au chant comparable à celui du Rossignol. La faune terrestre est très peu représentée, hormis quelques rats et les lapins en surnombre, responsables de dégradations.

La flore

L’Armérie maritime forme en été un tapis rose près des digues sud. Les vieux murs abritent lichens, mousses et fougères. Les zones d’embruns sont colonisées par le Pavot cornu (jaune), qui doit son nom à la longue capsule contenant ses graines, par l’Euphorbe des sables et par la Bugrane rampante, aux fleurs roses sombres. Ces trois espèces fleurissent de juin à septembre. Tatihou recèle également quelques plantes rares et protégées comme le Bec-de-Brue Glutineux, un petit géranium sauvage, en fleurs dès les beaux jours, et le Chénopode à feuilles grasses, dont les feuilles rougissent sur le dessous. La Spergulaire des rochers, aux feuilles charnues et aux fleurs roses et blanches, pousse sur les sols salins. Parmi les arbustes, vous remarquerez l’Aubépine, l’Ajonc d’Europe, le Tamaris et le Sureau noir. Des dizaines d’espèces d’algues brunes, vertes et rouges sont présentes sur les fonds proches de l’île.

Propriété du Conservatoire du littoral, le patrimoine naturel est remis en gestion au Syndicat Mixte des Espaces Littoraux de la Manche (SyMEL). Un garde du littoral est présent sur le site. Il a en charge le gardiennage, l'entretien et le suivi scientifique, ainsi que les relations avec les usagers locaux.

Le patrimoine naturel de l’île de Tatithou dispose de mesure de préservation depuis 2002, date à laquelle a été rédigé le 1er plan de gestion. Il s’agit d’un document cadre, un guide, donnant les orientations d’aménagements et de gestion pour protéger ce site naturel. Des moutons séjournent toute l’année sur l’île en contrepartie de l’entretien des pelouses dunaires.

Tatihou est aussi inclus dans l’enveloppe de la zone écologique d’intérêt européen au titre de Natura 2000.

L’ensemble du patrimoine bâtis est quant à lui géré par la Direction des Sites et des Musées du Conseil Général de la Manche qui assure, l’entretien, l’animation et l’accueil du public sur l’île.

Située au large de Saint Vaast la Hougue, l’île de Tatihou était à l’abandon lorsque le Conservatoire du littoral en est devenu propriétaire en 1991. Le patrimoine bâti de l’île a pu être réhabilité, valorisé, puis ouvert au public, en 1992 grâce au soutien financier du Conseil général de la Manche.

Son nom, d’origine viking, signifie « terre élevée entourée d’eau ». Jadis à vocation militaire, elle offre désormais aux visiteurs un site naturel de 29 hectares où se concentrent des trésors culturels et écologiques.

C’est en 1692, que Tahitou entre dans l’histoire avec la bataille de la Hougue. Le bâtiment le plus significatif de l’île reste la tour Vauban. Construite en 1664, elle est classée en 2008 au patrimoine mondial de l’UNESCO. L’enceinte fortifiée est encore visible sur la côte nord et la digue militaire est en cours de réhabilitation.

Deux ensembles d’architecture militaire se font face aux extrémités de l’île. Au sud est, le fort, dominé par la tour Vauban, et à l’ouest, le lazaret. Hôpital au début du XIXe siècle, ce dernier est abandonné en 1865. Il devient en 1925 un centre de colonies de vacances, puis de rééducation, avant de fermer définitivement ses portes en 1984.

On accède à l'île en véhicule amphibie mais le nombre de visiteurs est limité à 500 par jour. Il est également possible, de s’y rendre à pied, pour les plus courageux, à marée basse, en passant à travers les parcs à huîtres, à condition que le coefficient de marée soit supérieur à 70. Renseignements et réservation 02 33 23 19 92

Il existe sur ce site des possibilités d'hébergement.
Téléchargez la fiche du gîte.

Carte d'identité du site

Commune(s) : SAINT-VAAST-LA-HOUGUE (50)

Surface protégée : 28.8 hectares

Protégé depuis : 1990

Nombre d'actes d'acquisition signés : 1

Balade Monument Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

symel Musée maritime Tatihou

Les partenaires

natura 2000

Les sites à proximité

Faire un don