ARCHIPEL DE RIOU

L'archipel de Riou, situé au Sud de la rade de Marseille, au large du Massif des Calanques, est constitué de 4 îles principales, Riou, Maïre, Jarre et Plane, ainsi que d’une dizaine d’îlots, cet ensemble de 162 ha formant l’Archipel de Riou. Du Tiboulen de Maïre au Grand Congloué, les paysages des îles présentent un très fort contraste entre les faces Nord et Sud.

Les versants Nord montrent des pentes couvertes d’une mosaïque de buissons de lentisques qui alternent avec les éboulis, la roche nue et une végétation littorale beaucoup plus rase constituée de plantes halophiles (qui aiment le sel).

Les versants Sud donnent le spectacle d’un monde complètement minéral, découpé par de vertigineuses falaises qui plongent brutalement dans la mer.

Ces îles constituent un véritable sanctuaire pour de nombreuses espèces rares, tant animales que végétales et présentent un patrimoine naturel reconnu à l’échelle européenne.

La faune

Les falaises représentent un site de reproduction de prédilection pour des espèces protégées comme le Faucon pèlerin ou le Grand duc d’Europe. Elles accueillent aussi des hôtes prestigieux  tels le Monticole bleu ou encore le Martinet à ventre blanc.

Le rarissime Phyllodactyle d’Europe, petit gecko nocturne qui ne se rencontre que sur quelques îles de Méditerranée, y a lui aussi élu domicile.

Mais l’Archipel est avant tout le domaine de prédilection des oiseaux marins. En effet, il est le seul site français où nichent ensemble le Cormoran huppé de Desmaret et 3 espèces de la famille des albatros endémiques de Méditerranée : le Puffin cendré, le Puffin de Méditerranée ou yelkouan et l’Océanite tempête.

Enfin, l’hôte le plus commun est le Goéland leucophée dont la population est passée de 100 à 23 000 couples en un siècle. 

La flore

A ce jour, plus de 350 espèces végétales ont été recensées dont 17 sont protégées par la loi.

La plupart sont des espèces endémiques du bassin méditerranéen occidental, qui présentent des adaptations leur permettant de résister aux conditions climatiques particulières du site : taille réduite, réserve d’eau dans les feuilles et la tige…

Classé Réserve Naturelle Nationale en 2003, puis Parc National des Calanques en 2012, la valeur de son patrimoine naturel est dorénavant reconnu au niveau national et européen.

A partir d’Octobre 2013, l’équipe du Conservatoire des Espaces Naturels de la région PACA (CEN PACA du secteur de Marseille), gestionnaire du site depuis 1993, va être intégrée à celle du Parc National des Calanques pour continuer à en assurer la gestion.

L’une des problématiques majeures pour la conservation de ce patrimoine naturel exceptionnel est l’impact de la fréquentation touristique. Aussi, pour éviter tout dérangement des colonies d’oiseaux marins, le débarquement et le stationnement sur les îles sont interdits la nuit et réglementés le jour.

La surabondance des Goélands leucophées est aussi à l’origine d’une dégradation des espèces végétales patrimoniales. Pour y remédier, les œufs sont stérilisés au regard des stations d’espèces végétales patrimoniales et la population est suivie.  

Enfin, l’Archipel de Riou connaît une fragilité accrue vis-à-vis des perturbations induites par la présence d’espèces introduites animales (rats, lapins de garenne) et végétales (griffes de sorcière…), qui font donc l’objet de campagnes de régulation.

L’occupation humaine du site est attestée depuis le Néolithique (grotte Cosquer). Vers 7 000 ans av. JC, une colonie de pêcheurs était installée sur Riou. Pendant l’Antiquité, ce sont les Etrusques et les Grecs qui occupèrent l’Archipel où ils laissèrent de nombreux fragments d’amphores et aménagèrent une « fontaine » dans la calanque de Fontagne.

Au XIVe siècle, pour prévenir Marseille des invasions et lutter contre l’insécurité, une vigie est installée au sommet de Riou, en relation avec les tours de guet de Marseilleveyre et du Mont de la Garde. C'est aussi à cette époque que des chevriers font pâturer leurs troupeaux sur les îles, dont les herbages étaient affermés aux enchères par la ville de Marseille.

En 1793, l'archipel devient propriété de l'état. A partir de 1853, le sable est exploité sur Riou. Un toboggan en pierres sèches permettait de déverser le sable directement dans les tartanes qui l'acheminaient vers la ville où il était utilisé pour le pavage des rues de Marseille.

En 1885, l’Archipel de Riou est cédé par l’Etat à la Marine Nationale avant de devenir finalement propriété du Conservatoire du littoral en 1992, avec le soutien de la ville de Marseille.

Attention, afin de préserver l’intérêt biologique du site, le débarquement n’est autorisé que sur la côte Nord de Riou. Quant à la circulation, elle est limitée à deux sentiers balisés sur Riou.

Partout ailleurs la règlementation du Parc National des Calanques interdit le débarquement et la circulation.

 

Pour plus de renseignements :

Parc National des Calanques

Adresse : Bâtiment A4 – Parc Valad – Impasse Paradou – 13009 MARSEILLE

Tel : 04 91 72 65 73

Mail : contact@calanques-parcnational.fr

Sites internet :

www.calanques-parcnational.fr

www.reserves-naturelles.org

www.cen-paca.org

www.ilesdemarseille.fr

Carte d'identité du site

Commune(s) : MARSEILLE 8ème (13)

Surface protégée : 157.54 hectares

Protégé depuis : 1992

Nombre d'actes d'acquisition signés : 2

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don