CAP DE LA HEVE

Du Cap, vous avez une vue imprenable sur le début de la côte d’Albâtre : paysage de hautes falaises interrompues par des valleuses ou des vallées. Par beau temps, il est possible d’y observer une partie de la côte du département du Calvados : Deauville, Trouville, Honfleur, jusqu’à quelques constructions de la ville de Caen, le CHU en particulier. Cette ample vue sur l’horizon renforce le charme du site.

Le relief du Cap de la Hève, caractérisé par des terrains du Cénomanien, se présente comme une succession de lits de roches calcaires et de silex. C’est un plateau calcaire qui domine la mer à l’ouest par les hautes falaises, continuellement érodées. Au sud, les falaises sont irriguées par de nombreuses sources. Les basses falaises font place au contact de la mer à un long cordon de galets.

La flore

Trois types de milieux se distinguent sur le Cap de la Hève. En grande majorité, on observe la présence de pelouses calcicoles aérohalines (constituées de plantes adaptées au sol calcaire et aux embruns salés), de fourrés et aussi de bois. La multitude de milieux contribue à la richesse écologique du site.

Il existe sur ce site certaines espèces isolées par rapport à leur principale répartition. C’est le cas de la Gesse de nissole, présumée disparue en Haute Normandie, elle est en nette évolution sur le Cap de la Hève.

La faune

Le Cap de la Hève bénéficie de l’axe de passage de l’avifaune (oiseaux) migratrice venant du nord de l’Europe. Cela fait du site un lieu d’observation privilégié. Ces espèces ne font pas forcément escale durablement sur le site mais certaines se posent uniquement pour y passer la nuit.

Le site du Cap de la Hève fait parti des sites d’intervention du Conservatoire du littoral et est dotées d’un plan de gestion depuis 2005. Il s’agit d’un document cadre, donnant les orientations d’aménagements et de gestion.

Le département de la Seine Maritime assure la surveillance et l’entretien courant, le gardiennage, l'entretien et le suivi scientifique de ce site.

Dans le cadre de l’objectif de gestion visant à la protection des espèces faunistiques et floristiques d’intérêt patrimonial, il est nécessaire de contrôler la dynamique de la végétation pour éviter une fermeture des milieux par le développement de bois, et permettre la conservation des trois unités écologiques précédemment citées.

La réalisation d’aménagement permettant l’accueil du public fait également partis des préconisations de gestion. Sa proximité avec la ville du Havre accentue d’autant plus sa fréquentation.

Aussi, la remise en valeur du bâti militaire, l’entretien du sentier littoral, l’aménagement d’une zone ou aire de repos, l’encadrement d’animations historiques et écologiques sont à poursuivre ou à développer sur le site.

Le Cap de la Hève sur la commune de Sainte Adresse possède un patrimoine historique très important. Ainsi l’occupation militaire durant différentes époques depuis le XIXe siècle apporte au site un fort intérêt historique.

En 1830, sous le Second Empire, il fut pris la décision de supprimer la Citadelle du Havre, conçue pour la défense de la ville contre les Anglais. Cette suppression demanda la construction d’un système de forts autour de la ville du Havre pour éviter l’occupation anglaise. Ils furent construits sur les communes de Sainte-Adresse et Tourneville. La construction du fort de Sainte Adresse fut terminée en 1858.

En 1894, trois batteries côtières sont construites et mises à disposition comme complément du Fort : la Batterie de l’Epi, de la Hève et celle de Dollemard. Depuis la construction de la Batterie de Dollemard, le Cap de la Hève a assuré militairement la protection de la ville du Havre durant un peu moins de deux siècles. Sa hauteur, d’environ 115 m au-dessus de la mer constitue une raison supplémentaire d’avoir été, pendant des années, une zone stratégique pour la défense de la Baie de Seine.

La Batterie de Dollemard est composée en deux parties. La partie inférieure construite en briques rouges  est formée par un long tunnel central utilisé pour le dépôt d’armes et de munitions et qui était relié à un souterrain. Cette partie contenait des casernements et deux grandes salles à droite et à gauche du tunnel central. Au nord de ce tunnel se trouvait la maison du gardien. L’entrée principale donnait sur une cour intérieure entourée de mur. Sa partie supérieure comporte les batteries côtières d’artillerie, face à la mer. Lors de l’arrivée des troupes allemandes, les troupes françaises ont saboté les canons et détruit les dépôts de munitions de la Batterie. En 1940, l’intérêt stratégique du plateau de la Hève incite les Allemands à construire leurs propres pièces d’artillerie, les blockhaus.

Pendant la deuxième guerre mondiale, plusieurs blockhaus ont étés construits autour de la Batterie. La Batterie de Dollemard a été affecté en 2004 au Conservatoire du littoral. L’état actuel du Cap de la Hève est le résultat d’une utilisation en tant que zone stratégique de défense militaire. Les constructions militaires présentes font du site un lieu de mémoire avant tout.

Cinq accès au sentier littoral sont actuellement, possibles :

-          le haut de la rue du Carrousel, limite de la route du Cap, auprès du phare de la Hève, extrême sud du sentier littoral

-          rue du Carrousel, à la hauteur du Lotissement " Le Carrousel ", donne accès au milieu du sentier littoral

-          rue du Carrousel, accès direct au chemin de la Batterie de Dollemard

-          accès direct au chemin de la Batterie de Dollemard à partir de la rue Jean Bart

-          rue Van Gogh, dans la ville du Havre, extrême nord du sentier

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : LA POTERIE-CAP-D'ANTIFER (76) , LE HAVRE (76) , SAINTE-ADRESSE (76)

Surface protégée : 20.98 hectares

Protégé depuis : 2003

Nombre d'actes d'acquisition signés : 8

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

CG 76

Les partenaires

natura 2000

Les sites à proximité

Faire un don