CAP CANAILLE

Dominé par l’impressionnant Bec de l’Aigle, le Cap Canaille plonge l’une des plus hautes falaises littorales d’Europe dans la Méditerranée.

Classé en 1986, il compose un paysage minéral spectaculaire, saigné de profonds vallons qui dominent la mer, avec d’étonnants reliefs de poudingue ocre (conglomérat de galets et de sables compactés) sculptés par l’érosion.

Le Cap Canaille offre une vue imprenable sur le massif de Puget et les calanques, le massif de Marseilleveyre et les îles… A l’Ouest de la Ciotat, sa plus haute falaise est la Grande Tête, qui culmine à 394 m. Souvent considéré comme un simple prolongement des Calanques, la « cuvette » de Cassis les sépare totalement et leur offre de nombreuses distinctions et particularités, comme cet incroyable relief.

L’acquisition de ce site par le Conservatoire du littoral a mis fin au développement des lotissements en bordure de la baie de la Ciotat.

Depuis Avril 2012, il fait partie intégrante du cœur terrestre du Parc National des Calanques.

La faune

Les falaises du Cap Canaille accueillent des chauves-souris ainsi qu’un certain nombre d’oiseaux nicheurs inféodés aux milieux rupestres comme le Merle bleu, l’Hirondelle des rochers, le Martinet alpin ou encore le Faucon pèlerin.

Deux espèces remarquables de geckos, la Tarente de Mauritanie et l’Hémidactyle verruqueux, fréquentent aussi le site ; de même que la Rainette méridionale, petit batracien endémique.

Par ailleurs, on note la présence sur le Cap Canaille d’insectes rares comme l’Azuré de Baguenaudier, un magnifique papillon de jour bleuté.

La flore

Le Cap Canaille est quasiment entièrement couvert de surfaces boisées mixtes à garrigues à Cistes blancs et Cistes de Montpellier, taillis de Chênes verts, fourrés de Myrtes et semis de Pins d’Alep.

Des restanques, anciennement cultivées, sont aujourd’hui couvertes de pelouses parsemées de quelques oliviers, de Pins d’Alep ou de matorral.

Enfin, les parois des falaises accueillent une végétation littorale halophile, qui supporte les embruns salés.

Au sein de ces différents habitats plusieurs espèces patrimoniales ont été recensées : Anthyllis cytisoides, Lavatère maritime, Myrte, Saladelle naine…

Depuis 1999, le Cap Canaille est cogéré par la commune de la Ciotat et l’Office National des Forêts (ONF). A partir d’Octobre, une gestion partenariale entre la commune de la Ciotat, le Parc National des Calanques et l’ONF va se mettre en place. Leur principal objectif à atteindre sur le long terme reste la préservation et l’amélioration de la qualité paysagère et biologique du site.

Compte-tenu des incendies répétés, qui ont déjà, par le passé, frappé le site, l’atteinte de cet objectif passe avant tout par une lutte continue du risque incendie : surveillance, mise en valeur des restanques (véritables zones coupe-feu) réalisée via un chantier d’insertion orchestré par l’association Les Jardins de l’Espérance…

Cela passe également par la réalisation de suivis faunistiques et floristiques, la lutte contre les espèces invasives ou encore l’amélioration paysagère du site (retrait des poteaux EDF défigurant le site autour des différents bâtiments, réflexion sur une éventuelle démolition de la bâtisse Teychené etc.).

A l’époque romaine, une vigie est érigée sur les hauteurs du Bec de l’Aigle. Utilisée jusqu’au Moyen Age, elle est ensuite déplacée à Rocca Rodona pour surveiller les pirates qui se cachaient à Figuerolles. C’est elle qui donnera à la chapelle, construite sur le Cap en 1611 par les Pénitents bleus, le nom de Notre-Dame de la garde.

Au cours du XIXe siècle, la vigie est remplacée par un sémaphore, toujours en activité aujourd’hui. De grandes fermes voient le jour et des terrasses de cultures (oliviers, vignes et vergers) sont aménagées tout autour.

Au cours du XXe siècle, suite à la déprise agricole, les exploitations sont morcelées et rachetées par des propriétaires non ruraux dont 2 artistes suisses : le sculpteur Walter SPEANY et l’acteur Michel SIMON.

A sa mort en 1955, W. SPEANY lègue sa propriété à Mme CREMIEUX, qui la lèguera elle-même au Conservatoire du littoral à son décès. Quant à celle de M. SIMON, elle a faillit faire l’objet d’un projet immobilier à la mort de l’artiste en 1975, mais quelques cinéphiles de la Ciotat s’y sont opposés et la ville l’a finalement rachetée en 1990. En 2008, le Conservatoire du littoral l’a rachetée à la ville grâce à un cofinancement de l’UE.

La route des Crêtes offre de formidables panoramas aux visiteurs qui ne souhaitent pas nécessairement parcourir des kilomètres de pistes en randonnée pour les admirer.

Un sentier est toutefois accessible au tout public à partir de Cassis. Il permet d’atteindre facilement le Bec de l’Aigle. Pour cela suivre le tracé jaune réalisé par le Conseil Général des Bouches-du-Rhône. Vous pourrez retrouver les détails de la randonnée sur le lien suivant :

http://www.bouches-du-rhone.net/les-sentiers-les-topoguides/les-topos-rando-du-cg13/

Le sentier des crêtes (balisage GR) est également réalisable à pied, bien que plus difficile et long que le sentier des falaises de Soubeyran.

Enfin, une randonnée verticale (encordage) peut également être réalisée avec des guides spécifiques (tracé noir). Elle est beaucoup plus sportive et difficile que les deux autres et n’est donc pas accessible à tous.

Pour plus de renseignements :

Parc National des Calanques

Adresse : Bât. A4 – Parc Valad – Impasse Paradou – 13009 MARSEILLE

Tel : 04 91 72 65 73

Site internet : www.calanques-parcnational.fr

ONF Secteur de l’Etoile et des Calanques

Tel : 04 42 72 36 30

Ville de La Ciotat

Tel : 04 42 08 88 00

Le dispositif Envie de Balade est renouvelé cette année du 1er Juin au 30 Septembre. Mis en place par Bouches-du-Rhône Tourisme (Comité départemental du Tourisme) en lien avec la Préfecture des Bouches-du-Rhône, ce dispositif permet de renseigner sur l’accès aux massifs forestiers des communes, en fonction du risque incendie. Ainsi, pour protéger les promeneurs et les sites, et selon les conditions météo, l’accès aux massifs peut être autorisé toute la journée (niveau Orange), uniquement le matin jusqu’à 11h (niveau Rouge) ou interdit toute la journée (niveau Noir). Se renseigner avant de partir : www.bouches-du-rhone.gouv.fr  Tel : 0811 20 13 13  - Application Smartphone « Myprovence balade ».

Carte d'identité du site

Commune(s) : LA CIOTAT (13)

Surface protégée : 22.22 hectares

Protégé depuis : 1997

Nombre d'actes d'acquisition signés : 2

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don