BEAUGUILLOT

La Baie des Veys couvre une superficie d’environ 4 000 hectares. Elle constitue l’estuaire de quatre fleuves côtiers la Douve, la Taute, l'Aure et la Vire où vont se rencontrer eau douce et eau salée. La remontée de la marée dans le lit de ces rivières est limitée par la présence de quatre portes à flot, construites entre 1712 et 1846, situées sur la partie aval.

Beauguillot associe deux milieux complémentaires. La partie terrestre, qui correspond à d’anciens schorres (partie haute d’un marais, submergée uniquement aux grandes marées) endigués, est composée de prairies humides et de milieux dunaires de faible altitude (3 à 6 mètres). La partie maritime composée de près salés, vasières et banc de sable.

La poldérisation a eu pour conséquence une diminution importante des surfaces de schorre, régression qui risque de se poursuivre actuellement sous l’effet de la montée du niveau de la mer.

La faune

La quiétude du site, la complémentarité entre les espaces, la maîtrise du système hydraulique et les pratiques agricoles extensives sont propices au stationnement régulier d’oiseaux migrateurs qui fait de ce territoire, un site d’importance nationale et internationale.

Ici, à Beauguillot, vous pouvez venir les observer, sans les déranger, depuis les observatoires aménagés, ici et là, le long du chemin qui mène à la mer : Sarcelle d’hiver, Canard siffleur, Colvert, Pilet, Souchet, Bernache cravant, Tadorne de belon, Fuligule milouin, et aussi oiseaux limicoles nicheurs rares et irréguliers, tel que l’Huitrier pie, l’Avocette, l’Echasse blanche, ainsi que Petit gravelot, Gravelot à collier interrompu et Chevalier gambette.

La flore

Ce lieu possède une flore très diversifiée. En 1998, quatre nouvelles espèces remarquables ont été identifiées, il s'agit de l'Ophioglossum vulgatum (une fougère hygrophile calcicole qui s'est considérablement raréfiée dans la région), de l'Orchis moucheron qui revêt un intérêt biogéographique locale, de l'Epipactis des marais (orchidée hygrophile de bas-marais calcicole, et enfin de l'Orchis à fleurs lâches (orchidée à répartition méditerranéenne-atlantique qui s'est beaucoup raréfiée). A ces quatre espèces, on peut ajouter la Ruppia marine, la Petite centaurée à fleurs ténues, le Rumex des marais, le Mouron délicat, le Panicaut de mer, l'Orobanche pourprée, le Troscart des marais, l'Ail des vignes, la Cardamine hérissée, le Cornifle nageant, le Saxifrage à trois doigts, la Toque bleue et le Wolffie sans racines.

Beauguillot fait partie des sites d’intervention du Conservatoire du littoral. Les terrains acquis sont remis en gestion au Syndicat mixte des espaces littoraux de la Manche (SyMEL). Un garde du littoral est en charge de ce site. Il a en charge le gardiennage, l'entretien et le suivi scientifique, ainsi que les relations avec les usagers locaux.

La partie Réserve naturelle au nord et le domaine maritime du Domaine de Beauguillot sont gérés par l’association Claude Hettier de Boislambert. Un conservateur est présent sur le site.

Beauguillot dispose de mesure de préservation depuis 2002, date à laquelle a été rédigé le 1er plan de gestion. Il s’agit d’un document cadre, un guide, donnant les orientations d’aménagements et de gestion pour protéger ce site naturel.

Dans un contexte de changements climatiques, d’élévation du niveau moyen de la mer le conservatoire du littoral a souhaité mettre à l’étude à titre expérimentale un projet de dépoldérisation sur ce site.

Par ailleurs, au sein du projet LiCCo (Littoraux et Changements Côtiers), Beauguillot fait partie du site pilote de la baie des Veys. Ce projet est mené pour une durée de trois ans (2011-2014),  il vise à accompagner les populations côtières pour comprendre, se préparer et s’adapter aux effets du changement climatique, de l’élévation du niveau de la mer et de l’érosion sur leur littoral. La Délégation Normandie du Conservatoire du littoral veille à sa coordination en France. La baie des Veys est un territoire au carrefour d’enjeux multiples : le changement global pose la question du devenir de sa biodiversité et de la pérennité de ses usages, si des intrusions marines devaient arriver. Ces connaissances permettront de sensibiliser les acteurs locaux à anticiper les phénomènes globaux dans leur mode de gestion.

Beauguillot s’étend sur la commune Sainte-Marie-du-Mont, adhérente du Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin. Il est aussi inclus dans l’enveloppe de la zone écologique d’intérêt européen au titre de Natura 2000 s’intitulant « Marais du Cotentin et du Bessin-Baie des Veys ».

Le site de Beauguillot est situé dans l’ensemble estuarien de la Baie des Veys : secteur poldérisé depuis le milieu du XIXème siècle. Entre 1856 et 1972, c’est plus de 2300 ha qui furent conquis sur la baie et protégés par environ 18 km de digues.

Une partie du site de Beauguillot est classée en Réserve Naturelle Nationale depuis 1980, à l’initiative du propriétaire des lieux, la Fondation Claude Hettier de Boislambert. En 1996, cette dernière cède par donation ses terrains au Conservatoire du littoral, qui procédera par la suite à l’acquisition du polder situés en limite sud, attenant pour une surface de 246 hectares.

-          Parc Naturel Régional des Marais du Cotentin et du Bessin 17 rue de Cantepie 50500 LES VEYS – Tél. 02 33 71 61 90 – e-mail : info@parc-cotentin-bessin.fr

-          Les Ponts D'Ouve BP 282 - 50500 SAINT CÔME DU MONT- Tél : 02 33 71 65 30 –

-          Réserve naturelle du Domaine de Beauguillot 50480 Sainte Marie du Mont Tél : 02 33 71 56 99 - e-mail : rnbeauguillot@wanadoo.fr

Carte d'identité du site

Commune(s) : SAINTE-MARIE-DU-MONT (50) , VAINS (50)

Surface protégée : 356.2 hectares

Protégé depuis : 1997

Nombre d'actes d'acquisition signés : 9

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

symel Association Claude Hettiet

Les partenaires

natura 2000 Licco

Les sites à proximité

Faire un don