CAP BENAT

Avec ses vignobles entourés de collines boisées de Chênes-lièges, ses pinèdes littorales de Pins d’Alep et Pins pignons, ses plages de sable fin entrecoupées de pointes et falaises escarpées, le Cap Bénat constitue l’un des sites naturels les plus prestigieux du littoral varois.

C’est l’un des rares endroits de cette côte à avoir échappé à l’urbanisation littorale, sauf sur sa partie orientale où sont implantés de luxueux lotissements. Son classement au titre des paysages en 1975 a ainsi permis de le préserver sur sa majeure partie, qui reste constituée de vastes propriétés encore peu morcelées.

Risques d’incendies, difficile maîtrise d’une forte fréquentation littorale, morcellement des propriétés lors des successions, constituent les principales menaces pesant aujourd’hui sur le Cap Bénat. C’est pourquoi il fait l’objet d’une veille attentive, afin de garantir les conditions nécessaires à la  pérennité de ce grand paysage.

La faune

Les collines boisées sont notamment fréquentées par des Sangliers, Renards roux, Blaireaux d’Europe, Belettes, Fouines et  Tortues d’Hermann.

Chouettes hulottes, Guêpiers d’Europe, Coucous gris et nombreux passereaux font partie des oiseaux observables sur le site.

Au cœur des pinèdes littorales, ce sont les Ecureuils roux qui se régalent des pignes de Pins.

Enfin, le long du ruisseau de Pellegrin, Rainettes méridionales, Salamandres tachetées, Cistudes d’Europe, Lézards verts, couleuvres (etc.) profitent de ce milieu humide alors que le Barbeau méridional, un poisson d’eau douce protégé, occupe quant à lui le fond du ruisseau.

La flore

Au Nord des vignes du Domaine de la Sanglière, un maquis bas révèle une belle population d’orchidées qui compte dans ses rangs le Serapias olbia, une espèce protégée.

Le cordon de dunes situé à l’Est de l’estuaire de Pellegrin est composé, entre autres, de Carottes épineuses, Chardons bleus et Lys des sables, 3 espèces protégées.

En outre, les vignes du Domaine de la Sanglière accueillent le Conservatoire du Cinsault, destiné à maintenir la diversité du patrimoine génétique d’un cépage emblématique de l’appellation Côtes de Provence.

La ville de Bormes-les-Mimosas assure la gestion du site. Le principal objectif de gestion consiste à sauvegarder la qualité et assurer la pérennité de ce grand paysage.

Afin d’y parvenir, l’entrave majeure étant le risque d’incendie, une surveillance, à la fois de la fréquentation du site et d’un éventuel départ de feu, est assurée par le Comité Communal Feux de Forêt, depuis le sémaphore qui domine l’ensemble du Cap Bénat.

L’ASPCB (Association Syndicale des Propriétaires du Cap Bénat) assure la gestion du sémaphore, qui a été cédé par la Défense au Conservatoire du littoral.

Le maintien et l’entretien du vignoble du Domaine de la Sanglière est également un moyen de lutter contre les incendies car ces terres agricoles constituent de véritables zones coupe-feux. De plus, la redevance issue de la location du vignoble permet d’assurer des actions de gestion sur l’ensemble du site.

Le Cap Bénat a autrefois abrité des batteries de marine dont certains murs existent encore.

Après guerre, à partir des années 1950, les 1ers lotissements privés voient le jour en bordure littorale sur le Cap, alors que les plaines sont encore bien occupées par des activités traditionnelles agricoles (vignobles, oliveraies, champs de blé etc.). L’important morcellement foncier de ce site va tout de même freiner cette extension d’urbanisation littorale. C’est ce qui va mener les autorités compétentes à classer le site en 1975, au regard de ses espaces naturels encore bien préservés. Son classement va alors bloquer tout autre projet de lotir, comme celui des Fouirades.

Depuis 1994, le Conservatoire du littoral a été sollicité par plusieurs propriétaires pour rechercher des solutions d'acquisition ou de partenariat pour éviter des morcellements successoraux, sauvegarder la qualité et assurer la pérennité de ce grand paysage.

Ainsi, aujourd’hui, le Conservatoire du littoral a rendu inaliénable la protection de 70 ha sur le site classé du Cap Bénat.

Un sentier du littoral reliant Bormes-les-Mimosas au Fort de Brégançon se trouve à proximité des terrains du Conservatoire du littoral.

Attention, pour limiter les risques d’incendies, le massif est soumis à l’arrêté préfectoral du 15 Mai 2006 règlementant la pénétration dans les massifs forestiers varois du 21 Juin au 30 Septembre.

Pour connaître l’état de la fermeture des massifs dans le Var, une carte est publiée chaque jour, avant 19h, pour le lendemain sur le site internet de l’Etat dans le Var :

http://www.var-adm.net/massifs83_web/massifs83.gif

Elle renseigne sur le niveau de danger feu de forêt massif par massif.

 

Au Domaine de la Sanglière, propriété du Conservatoire du littoral, vous avez également la possibilité d’acheter sur place le vin « Côtes de Provence » vieilli sur place.

Renseignements :

Domaine de la Sanglière 

Adresse : 3886, Route de Léoube - 83230 Bormes-les-Mimosas

Tel : 04 94 00 48 58

Site internet : www.domaine-sanglière.com

Carte d'identité du site

Commune(s) : BORMES-LES-MIMOSAS (83)

Surface protégée : 75.44 hectares

Protégé depuis : 1994

Nombre d'actes d'acquisition signés : 7

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don