BATTERIE DE MERVILLE

Sur les 10 hectares appartenant au Conservatoire du littoral, seuls deux hectares sont accessibles au public, le reste étant destiné aux activités agricoles. Le site présente peu d’intérêt écologique, mais un fort intérêt historique. La tonte régulière des pelouses autours des casemates ne permet ni la formation de biotopes spécifiques, ni le développement de plantes à forte valeur patrimoniale. On y trouve cependant des pommiers au milieu de l’aire naturelle de stationnement ou des hêtres. Le reste du site est constitué de champs destinés à la pâture ou à la fauche. Ils étaient autrefois cultivés. L’activité agricole est essentiellement orientée vers l’élevage.

La flore

La diversité végétale du site est limitée. On dénombre une seule espèce assez rare : l’ophrys abeille (Ophrys apifera)

Depuis le 21 février 2013, la gestion du site de la Batterie de Merville est confiée à l’Association Franco-britannique pour la gestion du musée  de la Batterie de Merville en partenariat en partenarita avec la commune de Merville-Franceville et l’Airborne Assault Normandy Trust (A.A.N.T), organisme de bienfaisance Britannique.

Le site de la batterie de Merville est lié à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il est devenu la propriété du Conservatoire du littoral entre 1979 et 1980, suite à une volonté spécifique d’acquérir les sites du Débarquement.. La batterie de Merville fut construite par l’entreprise Rittmann basée à Houlgate, composée de quatre casemates elle sera achevée qu’en mai 1944. Ces ouvrages étaient en liaison permanente avec un poste d’observation situé sur la plage. Un profond fossé anti-chars est creusé à l’ouest, en avant des casemates. Un canon anti-aérien de 20 mm est situé au centre de la batterie. Il aura d’ailleurs des effets terriblement meurtriers au moment de l’assaut. Des mitrailleuses sont en place dans des cuves bétonnées dites « Tobrouk » en haut des casemates et à plusieurs endroits. La seule entrée de la batterie était la même que celle d’aujourd’hui. La totalité du terrain est entourée d’un double réseau de fil de fer barbelé de plusieurs mètres de largeur. Entre les réseaux de barbelés se trouve un champ de mines. La Batterie était équipée de quatre canons tchèques de 100 mm, mais ils ne seront découverts qu’après l’assaut. La garnison, sous les ordres du lieutenant Steiner, était composée de 80 artilleurs du 716e régiment et de 50 hommes du Génie. Le sergent-major Buskotte était le responsable de la batterie. Son poste de combat se trouvait à l’intérieur, dans un bunker bétonné. Lors du bombardement allié du 20 avril 1944, des ouvriers creusent encore le fossé antichar à l’ouest de la Batterie.

Aujourd’hui, le site de la Batterie de Merville est un héritage de la Seconde Guerre Mondiale. Le site est aménagé en musée destiné à transmettre la mémoire des événements des 5 et 6 juin 1944. Elle est très fréquentée et son entrée est payante. Par arrêté en date du 25 octobre 2001, Madame la Ministre de la Culture et de la Communication a classé la Batterie de Merville (les quatre casemates et le poste de commandement) parmi les Monuments historiques (loi du 31 décembre 1913) au titre des vestiges des fortifications du Mur de l’Atlantique.

Le site de la batterie s’intègre dans un circuit touristique, historique, (Normandie 44,)  retraçant la bataille de Normandie.

L’accès au site est gratuit en dehors des heures d’ouverture du musée. 
Pour toute demande de renseignement contacter le Musée de la Batterie de Merville : Place du 9ème Bataillon 14810 MERVILLE-FRANCEVILLE Tél : 02 31 91 47 53 Fax : 02 31 24 60 36 
E-mail : museebatterie@wanadoo.fr

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : MERVILLE-FRANCEVILLE-PLAGE (14)

Surface protégée : 10.08 hectares

Protégé depuis : 1979

Nombre d'actes d'acquisition signés : 4

Site internet : Batterie de Merville

Balade Monument Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

Les partenaires

Licco

Les sites à proximité

Faire un don