VALLEE DU DUN

De place en place, cette grande ligne de falaises de craie blanche s'abaisse brusquement et une petite vallée étroite, aux pentes rapides couvertes ici de prairies pour dessiner le paysage de la vallée du Dun.

Les bâtiments d’élevage, construits en grès (silex et brique), matériau anciennement exploité dans la région, présentent un intérêt architectural et patrimonial avéré.

La répartition floristique et faunistique du site de la vallée du Dun est façonnée par les différents gradients rencontrés (gradient de salinité, de topographie, de substrat, d’ensoleillement, etc.) et l’action de l’homme.

La flore

La vallée offre une zone de prés salés, du fait de  l'influence marine préservée par des remontées d'eau salée par la buse du Dun. Cet habitat permet de recenser des espèces végétales rares dans le Pays de Caux, telles que la Salicorne et l'Aster maritime.

Cependant lors des recensements floristiques ont aussi été localisé la présence d’espèces invasives, tel que la Renouée du Japon, Cette plante introduite est susceptible de coloniser les bords

La faune

Les points d'eau sont considérés comme un refuge pour plus de 120 espèces d'oiseaux. Situé sur une voie migratoire (pour de nombreux limicoles, anatidés et laridés), cet espace sert également de zone d'hivernage.

La vallée du Dun fait partie des sites d’intervention du Conservatoire du littoral sur le littoral du Pays de Caux. Les terrains acquis sont remis en gestion au Conseil général de la Seine Maritime qui assure leur surveillance et leur entretien courant et le suivi scientifique.

Ce site est doté d’un plan de gestion. Le plan de gestion est un document cadre donnant les orientations d’aménagements et de gestion.

La conservation des paysages et du bâti, la conservation du patrimoine naturel, la connaissance et le suivi du site et l'accueil du public sont les enjeux définis dans le plan de gestion.

Le curage d’une mare est aussi programmé pour optimiser la capacité d'accueil des oiseaux.

Historiquement, la vallée du Dun a subi de nombreux aménagements. Au XVIIIème siècle, le Dun été à l’origine de conflit entre des projets d’assèchement et de curage pour lutter contre les inondations.

Entre 1883 et 1885, les 3 premiers épis vont être construits. Ce sont les prémices de l’élaboration d’une digue qui viendra surplomber le large cordon de galets. En 1896,  le curage annuel du Dun est rendu obligatoire.

Aujourd’hui, le tracé de la canalisation du Dun est rectiligne et l’endiguement total de l’estuaire empêche des apports de sel nécessaires, notamment, au maintien des zones de prés salés.

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : SAINT-AUBIN-SUR-MER (76)

Surface protégée : 17.41 hectares

Protégé depuis : 2002

Nombre d'actes d'acquisition signés : 1

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

CG 76

Les partenaires

natura 2000

Les sites à proximité

Faire un don