GRANDE CHALOUPE - RAVINE A MALHEUR

Le site de la Grande Chaloupe s’étend sur 752 hectares protégés du flanc nord de l'île de La Réunion, depuis une altitude de 1 100 mètres environ, jusqu'au niveau de la mer.

Depuis la route de la Montagne, la Ravine de la Grande Chaloupe s’ouvre vers l’océan, majestueuse et impressionnante. On y devine la puissance des torrents d’eau pendant la saison des pluies pour construire cette profonde entaille dans la montagne. Accrochés au rempart et comme réfugiés, on aperçoit les vestiges d’une forêt qui devait recouvrir jadis tout le Massif de la Montagne. A l’embouchure de la Ravine, les hommes qui débarquaient de pays lointains pour s’engager dans les plantations étaient mis en quarantaine dans des lazarets avant de rejoindre leurs terres de labeur.

Flore

La forêt de la série dite mégatherme semi xérophile, c’est à dire avec des températures élevées et une pluviométrie faible, a presque disparu de l’île. La ravine de la Grande Chaloupe représente l’un des derniers vestiges dans l’Ouest de cette forêt primaire de basse altitude. Sur ses pentes abruptes subsiste le cortège d’espèces caractéristiques de ce type de forêt. Rarissimes, endémiques de l’île ou encore menacées d’extinction, elles sont aujourd’hui presque toutes protégées.

Parmi celles ci, se côtoient des arbres tels le Bois puant, le Bois de sable et le Ti bois de senteur, des aloès dont le mazambron marron, qui ne se trouve qu’à La Réunion, et des orchidées hautes en couleur comme la Corne de bouc ou la Calanthe ou plus discrètes telle la Petite comète.

La valeur floristique de la Grande Chaloupe a longtemps justifié les projets de son classement en Réserve naturelle. Puis, avec l’arrivée du Parc national en 2007, son intégration au cœur du parc a été décidée.
Enfin, la ravine de la grande Chaloupe est inscrite, depuis 2010, dans le bien classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Faune

Plus qu’ailleurs sur l’île, les oiseaux sont à l’honneur : les Papangues, uniques rapaces de l’île, y ont trouvé des creux au cœur de la ravine pour nicher. Les oiseaux forestiers sont également présents : Z’oiseau la vierge, Z’oiseau blanc, Z’oiseau vert, Tec tec ou encore Merle péi rivalisent de chants ou pépiements parmi les plus divers. La faune des arthropodes (insectes) n’est pas en reste, même si elle est encore très méconnue aujourd’hui, on pourra observer avec un peu de chance par exemple Papilio phorbanta (papillon). Le long des falaises de la route en corniche, des colonies de Paille-en-queue se sont installées. Doté d’une longue queue blanche telle une traîne de mariée, cet oiseau marin est emblématique de la Réunion.

La gestion de ce site est aujourd’hui confiée au Département (direction de l’Environnement) qui l’a lui même déléguée à l’association GCEIP (Groupement pour la Conservation de l’Environnement et l‘Insertion Professionnelle). Un encadrant et une équipe d’une dizaine de personnes en insertion professionnelle œuvrent pour préserver le site par l’entretien des abords des lazarets, la lutte contre les espèces exotiques envahissantes, le suivi scientifique, le ramassage des dépôts sauvages, la surveillance.

Depuis 2009, ce site est également support d’un projet co-financé par l’Union Européenne dédié à la conservation de la forêt semi-sèche. Mis en œuvre par le Parc national, le Conservatoire du littoral, l’Etat, la Région et le Département, il vise à maintenir la fonctionnalité écologique de 30 ha d’habitats semi-secs ; tandis que l’on tente d’en recréer 9ha à partir de la savane de la planèze. Pour ce faire, des travaux de lutte contre des espèces exotiques envahissantes ont été menés et 90 000 plants issus de plus de 45 espèces indigènes auront été plantés selon divers protocoles.

Ce projet étant précurseur à La Réunion, il a également été décidé de le mettre en œuvre en associant au plus près la société civile. A ce titre, des comités d’entreprises, des classes, des associations, des particuliers… ont contribué aux actions de lutte contre les EEE et de plantation.

Rendez-vous dans quelques dizaines d’années pour voir si la forêt a remplacé la savane !

L’histoire de la Grande Chaloupe est intimement liée à celle de l’engagisme, période qui suivit l’abolition de l’esclavage : au 19ème siècle, des milliers d’immigrants, d’origine indienne essentiellement, se rendirent à la Réunion pour travailler dans les plantations de canne à sucre.

Pour éviter toute propagation d’épidémies dans l’île, ces nouveaux arrivants étaient mis en quarantaine dans des bâtiments appelés lazarets. Dès 1861, des bâtiments d’hébergement, une infirmerie et un cimetière furent construits sur le site de la Grande Chaloupe. Ils accueillirent des Indiens jusqu’en 1888, puis dès lors, des Africains, des Malgaches, des Arabes, des Chinois… avant de fermer en 1945.

Ce site avait été choisi pour son isolement : face à la Ravine, l’océan et sa houle furieuse. Le site n’était pourtant pas si isolé : en amont passait déjà le fameux Chemin des Anglais, chemin pavé reliant encore aujourd’hui la Montagne à La Possession et réalisé au 18ème siècle par l’ordonnateur Crémont.

L’Infirmerie du Lazaret, récemment réhabilitée par le Conservatoire du littoral et le Département, accueille depuis 2009 une muséographie consacrée à l’engagisme.

Le départ du Chemin des Anglais se fait depuis la Ravine de la Grande Chaloupe, en prenant la sortie Grande Chaloupe sur la RN1 entre Saint Denis et La Possession. Garer votre véhicule devant le cimetière et prenez la route qui part à droite vers le fond de la Ravine. Le sentier se trouve à votre droite, près des habitations.

Ces espaces sont vivants et fragiles, merci de respecter la réglementation et d'adopter un comportement respectueux des paysages, de la flore, de la faune et de la tranquillité des lieux. Ne laissez aucune trace de votre passage. Sur les terrains du Conservatoire du littoral, le camping, le bivouac, les feux, les dépôts de déchets et la circulation des véhicules à moteur sont interdits.

Pour de plus amples informations, vous pouvez contacter :

Département de La Réunion Direction de l’Environnement 16 rue Jean Châtel 97400 Saint Denis Tél.02 62 90 24 00

Groupement pour la Conservation de l’Environnement et l’Insertion professionnelle 327, rue Hubert Delisle 97430 Le Tampon Tél.02 62 39 39 04

Conservatoire du littoral Délégation DOM Antenne Océan Indien 41 rue Sainte Anne 97400 Saint Denis  Tél.02 62 23 59 61 ocean-indien@conservatoire-du-littoral.fr

Carte d'identité du site

Commune(s) : LA POSSESSION (974) , SAINT DENIS (974)

Surface protégée : 681.94 hectares

Protégé depuis : 1996

Nombre d'actes d'acquisition signés : 6

Monument Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don