BRINGUILLER - KERLAVOS

Ouvertes sur un vaste horizon marin, les côtes rocheuses basses de Bringuiller offrent un paysage d’une exceptionnelle ampleur. Tour à tour tapissées de dunes, jonchées de blocs de granite, couvertes de pelouses maritimes, de landes rases, de prairies et de fourrés, elles déclinent tout au long de l’année de somptueuses couleurs bleues, vertes, roses, blondes et jaunes. Au levant, protégée par l’île Tanguy et baignée par les flux de marées, se déploie la baie de Kerlavos où règne une ambiance apaisée. Sables, vases et affleurements rocheux s’y mêlent et dessinent, au gré des écoulements des chenaux de marée, de doux moutonnements et de longs méandres. En fond d’estuaire, de petits prés-salés ont colonisé les sols profonds de la vasière. Ils servent de refuge d’hiver à toute une cohorte d’oiseaux. Ici, la côte de granite rose se fait délicate au toucher. Rochers aux grains fins issus du refroidissement rapide la chaleur de midi. du magma, galets lisses façonnés par la mer, sables éoliens constitués par l’érosion lente des roches, procurent de subtiles sensations. Deux îles accessibles à marée basse et de nature différente préfigurent les terres du continent. Jaouen “la basse” est recouverte d’une végétation rase alors que Tanguy “la haute” présente un relief plus accidenté dont le couvert végétal s’étage jusqu’aux frondaisons des pins. Sur ces anciennes terres d’agriculture littorale naguère fréquentées par les troupeaux du pays, paissent aujourd’hui des chevaux blancs venus de Camargue. Au large, comme immuables, se découpent d’est en ouest les silhouettes des Sept Îles et du phare des Triagoz.

La flore

À Landrellec-Bringuiller, dunes et prairies sont d’une grande richesse botanique. Oyats, queues de lièvre, orges maritimes, fléoles des sables et chardons bleus se partagent l’arrière-dune qu’ils stabilisent de leurs racines profondes. Le chou marin, protégé au niveau national, colonise par dizaines le haut des cordons de galets. À l’arrière du trait de côte, à la place d’une ancienne carrière de sable transformée en prairie, fleurissent chaque année au mois de mai près de 300 pieds de serapias à petites fleurs. Fait rarissime, 3 plants sont albinos et ne se colorent que de vert. Alentour, dans les dépressions plus humides, l’orchis à fleurs lâches pousse en compagnie des sphaignes qui, pour résister à la sécheresse, se gorgent d’eau au moment des pluies. Le long de cette côte exposée, la végétation s’est faite rase sous l’influence du vent et des embruns. Au printemps, silènes et oeillets de mer ornent de blanc et de rose les pelouses maritimes. Sur le versant nord de l’île Jaouen, les landes littorales atlantiques se teintent l’été venu des jaunes citron et orangé des ajoncs nains et de Le Gall qui exhalent leur parfum de noix de coco. De hautes landes à ajoncs d’Europe, d’épais fourrés à prunelliers et d’inextricables ronciers se sont installés sur les terres plus abritées. Aux abords du sentier littoral, dominent par endroits pins de Monterey et cyprès de Lambert. Dans un tout autre milieu, l’estran de Kerlavos accueille dans sa partie basse le cortège des goémons de rivage. L’obione et la lavande de mer égayent de leurs nuances argentées et violacées les prés-salés du haut de schorre.

La faune

Si 37 espèces d’oiseaux ont été repérées lors de reconnaissances formelles, la diversité des milieux présents sur le site augure d’une avifaune des plus riches. Sur l’estran de Kerlavos, échassiers, anatidés et limicoles en quête de nourriture fouillent la vase à marée basse. De leur long bec noir, les aigrettes garzettes pêchent à découvert. Friandes de poissons et d’invertébrés, elles nichent en dortoir à la cime des arbres de l’île Tanguy. Canards bigarrés de noir, vert, blanc et roux, les tadornes de Belon préfèrent les trous de lapin et les cavités rocheuses pour abriter leur nid. Une fois celui-ci quitté, leurs jeunes se rassemblent en crèche sous la surveillance attentive des adultes qui se relaient par couple. Rassemblés sur les rochers à marée haute, tournepierres et bécasseaux se repaissent des vers et insectes de la vasière. Au printemps, les cisticoles des joncs construisent leur nid en forme de bourse qu’elles accrochent dans les herbiers du fond de baie. Perchée dans la lande, la fauvette pitchou vocalise de ses strophes grinçantes, tel un moulin à café, tandis qu’immobiles sous les rayons de soleil, lézards verts et lézards des murailles concentrent sur leur épiderme la chaleur de midi.

D’un réel intérêt écologique et paysager, le site de Bringuiller- Kerlavos figure parmi les espaces remarquables du Trégor. Menacé de fermeture depuis la déprise agricole des années 1970 et par le piétinement dû à l’essor de la pratique du camping sauvage, il bénéficie désormais de la protection de la “loi littoral”. Acquis par le Conservatoire du Littoral à partir de 1981 et co-géré par les communes de Pleumeur-Bodou et Trégastel en partenariat avec la Communauté d’Agglomération de Lannion-Trégor, il fait depuis l’objet d’un suivi attentif. Afin de canaliser la fréquentation, des aires naturelles de stationnement ont été aménagées en retrait des zones sensibles. Un cheminement permet aux visiteurs de découvrir l’ensemble du site sans l’altérer. En bord de mer, barrières de ganivelles en châtaignier et clôtures de fils de fer sur poteaux protègent une végétation qui se régénère maintenant d’elle-même. Trois chevaux camarguais appartenant au Conseil Général des Côtes d’Armor pâturent fourrés, landes et prairies. Particulièrement bien adaptés à ces milieux, ils évitent l’envahissement par les fougères et les prunelliers et concourent ainsi au maintien d’un paysage ouvert. Pour compléter l’action du bétail et des lapins, coupes et fauches sont pratiquées régulièrement. Ils favorisent l’apparition d’une plus grande biodiversité et servent par endroits de coupe-feu. Ensemble, par notre considération et nos actes, préservons ce patrimoine sensible. Rester sur les sentiers évite de piétiner les sols, respecter les ganivelles permet à la dune de résister aux assauts des vents et des marées.

Le sel de mer fut ici, dès les temps protohistoriques, prélevé par les hommes. À l’Âge du Fer, il est extrait à l’aide de fours à auget. Cet ingénieux dispositif gaulois permet de produire des pains de sel en chauffant l’eau de mer contenue dans de petites cuves de pierre calées par des supports en argile posés à même la braise. Quelques vestiges retrouvés ça et là témoignent d’un processus de fabrication qui, pendant des millénaires, fournira aux populations littorales les précieux cristaux nécessaires à la cuisine et à la conservation des aliments. À cette époque, la pêche aux coquillages est déjà très prisée. À l’ouest du site, de nombreux dépôts alimentaires constitués d’amas de coquilles ont été découverts. Bancs de pierre, trous de barre à mine et vestiges de carrières jalonnent la côte de Bringuiller à Kerlavos. Témoins silencieux d’une époque révolue, ils évoquent l’histoire des mineurs, débiteurs et tailleurs qui transformèrent la pierre rose-bistre en moellons, pavés, auges, linteaux et autres produits réputés pour leurs grains fins. Implantée sur le front de mer ou vers l’intérieur des terres, l’activité d’extraction connut son apogée dans les années 1860, au moment de la construction du viaduc de Morlaix. L’île Jaouen, riche de superbes monolithes et très accessible, permettait alors aux gabares de charger les blocs quelle que soit la marée. L’exploitation y sera intense. Jusque dans les années 1970, l’agriculture littorale façonne un paysage côtier ouvert. Ceintes de murets de pierres sèches, de petites parcelles produisent betteraves, pommes de terre, blé, orge et avoine. La lande est exploitée par cycle. Jeune, elle sert de litière et d’alimentation aux animaux, arrivée au stade buissonnant, elle chauffe les fours à pain environnants.

Site de la Région Bretagne :  www.bretagne-environnement.org

 

Mairie de Trégastel

BP 17

22730 TREGASTEL

Tél. 02 96 15 38 00

www.ville-tregastel.fr

 

Mairie de Pleumeur-Bodou

3 Place du Bourg

22560 PLEUMEUR-BODOU

Tél. 02 96 23 91 17

 www.pleumeur-bodou.com

 

Communauté d’Agglomération Lannion-Trégor

BP 10761

22307 LANNION

Tél. 02 96 05 09 00

www.lannion-tregor.com

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : PLEUMEUR-BODOU (22) , TREGASTEL (22)

Surface protégée : 36.83 hectares

Protégé depuis : 1981

Nombre d'actes d'acquisition signés : 45

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don