Biodiversité

Nature et données s'allient pour mieux comprendre le littoral

Gestion de la biodiversité et partage des connaissances

Les sites du Conservatoire du littoral sont depuis toujours des espaces d’étude du patrimoine naturel et de diagnostics écologiques, éléments nécessaires à leur gestion. Conscient de l’importance de la mutualisation de la connaissance ainsi accumulée, le Conservatoire du littoral réalise, depuis 2007, un état des lieux permanent de la biodiversité de ses sites. Dans cette optique, il a lancé en 2012 une plateforme Web de saisie et restitution dénommée « Visiolittoral ». Depuis 2018, celle-ci est relayée par une application mobile, téléchargeable depuis le playstore ou l’appstore.

Une collaboration étroite au profit de tous

De nombreux acteurs récoltent des données naturalistes : établissements publics, organismes privés, réseaux bénévoles, chercheurs… Les outils utilisés pour la collecte et le stockage de l’information sont eux aussi très diversifiés. La mutualisation d’une donnée suppose une entente sur la gouvernance des informations. L’enjeu est alors l’organisation et la diffusion entre le Conservatoire, ses gestionnaires et ses partenaires.

Des outils pour mieux appréhender la nature

Les efforts à fournir pour l’acquisition, la mise à jour et le partage des connaissances font partie des objectifs fixés par l’article L. 411-1 A de la loi 2016-1087 du 8 août 2016 pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages.

Le saviez-vous ?

Si le partage de la connaissance est nécessaire entre gestionnaires et décideurs, il l’est également au titre de la sensibilisation du grand public au problème de l’érosion de la biodiversité. À ce titre, les données naturalistes issues de « Visiolittoral » sont donc disponibles au sein de la plateforme de l’INPN qui les propose à tous les citoyens.

Un bilan de l'état de son patrimoine naturel

Par cette démarche, le Conservatoire du littoral souhaite s’inscrire dans le dispositif plus global de préservation et de gestion de la biodiversité auquel de nombreux acteurs contribuent déjà : communauté scientifique, gestionnaires d’espaces naturels, associations naturalistes, etc.
En effet, le Conservatoire du littoral a une responsabilité importante pour la conservation de certains habitats ou espèces. C’est ainsi qu’il est directement responsable de l’avenir de :

© cdl

Ces habitats et espèces ont été introduits dans un outil dénommé « Listes de vigilance » qui interfère dans l’élaboration ou la révision des plans de gestion.

La réflexion autour de la gestion et des outils de suivi fait partie intégrante de la dynamique des écosystèmes : il faut penser en fonction du territoire mais aussi sur la durée, et dépasser les limites des espaces protégés et les engagements à court terme fixés par l’Union européenne.

Le Conservatoire du littoral expérimente même sur certains sites la « libre évolution », avec l’aide d’autres réseaux d’aires protégées.

Contribution du Conservatoire à la mise en oeuvre du Plan Biodiversité

En juillet 2018, le gouvernement a adopté le Plan Biodiversité qui vise à renforcer l’action de la France pour la préservation de la biodiversité. Le Conservatoire du littoral, acteur majeur sur le littoral, a élaboré sa contribution à la mise en œuvre des principales orientations de ce plan.