POINTE DU RAZ

A l'extrême ouest du continent européen, le Cap-Sizun, avec ses falaises de 70 mètres de hauteur, forme un vieil éperon de pierre qui s'achève par la pointe du Raz.

Les traces d’une occupation humaine très ancienne sont parfois encore visibles dans le paysage des pointes du Cap, mais seule la pointe du Raz et dans une moindre mesure celle du Millier, ont véritablement connu une occupation récente s’accompagnant de l’installation d’un bâti. Les autres pointes conservent donc un paysage de landes et de pelouses sur lequel, souvent, les promeneurs et les pêcheurs résument la présence de l’homme.

Du fait de ses paysages remarquables et de l’obtention du label Grand Site de France, la Pointe du Raz a une renommée internationale.

La Pointe du Raz abrite une des plus importantes colonies françaises de mouettes tridactyles. Cet oiseau de haute mer, se déplaçant parfois très loin, passe la majorité de sa vie au large des côtes et n'accoste que le temps de se reproduire. Vers le mois de mars, elle revient fidèlement à son nid formé d'algues et d'herbes agglomérées, accroché sur les corniches les plus escarpées des falaises littorales. Toutefois, les colonies, étudiées et suivies par les scientifiques depuis de nombreuses années au Cap Sizun, sont plus mobiles, les variations d'effectifs y sont plus irrégulières que celles de la plupart des autres variétés d'oiseaux de mer. La mouette tridactyle se nourrit essentiellement de petits poissons dont les bancs affleurent en surface. Parmi les autres oiseaux observables sur le site, on note le cormoran huppé qui niche aussi sur les falaises de la Pointe du Raz tandis que l'emblématique crave à bec rouge, reproducteur en d'autres secteurs du Cap-Sizun, fait des apparitions régulières pour s'alimenter sur les pelouses littorales.

De la pointe de la Jument à la pointe du Van, les côtes Nord Cap Sizun présentent, sur plus d’une vingtaine de kilomètres de rivages, des enjeux paysagers et naturalistes majeurs. Acquises par le Conservatoire du Littoral depuis 1983 et gérées par la Communauté de Communes du Cap Sizun, les pointes du Millier, de Kastel Koz, de Penharn et de Castel Meur font depuis l’objet d’une gestion différenciée. Ainsi, afin de canaliser les flux, des aires de stationnement ont été aménagées en retrait des côtes.

Depuis la déprise agricole de la fin du XXe siècle, landes hautes et fourrés ont tendance à se développer aux dépens des pelouses et des landes rases. Ainsi, pour pallier cette fâcheuse évolution, des chantiers de fauche sont pratiqués. Les boisements vieillissants sont entretenus.

De précieux suivis naturalistes sont assurés, notamment par l’équipe de la Réserve de Goulien. Grâce à l’engagement de l’association “moulin de Kériolet” et aux concours de la commune de Beuzec, du Conseil Général du Finistère et de la Fondation du Patrimoine, le moulin de Kériolet est progressivement restauré.

Certaines pointes, comme celle du Millier, connaissent une fréquentation soutenue et nécessitent, pour éviter le piétinement des sols, le respect de leurs cheminements côtiers.

Carte d'identité du site

Commune(s) : PLOGOFF (29)

Surface protégée : 159.51 hectares

Protégé depuis : 1980

Nombre d'actes d'acquisition signés : 294

Balade Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don