Webforum littoral

Le Conservatoire du littoral, opérateur national sous la tutelle du ministère de la Transition écologique, protège aujourd’hui plus de 200 000 hectares littoraux et lacustres. Il vise dans sa stratégie d’intervention 2015-2050 à atteindre 320 000 hectares, contribuant ainsi au « tiers naturel de côte sauvage », sur environ 1000 sites protégés de métropole et d’Outre-mer. L’action du Conservatoire du littoral est partie intégrante de l’ambition nationale portée par la stratégie nationale des aires protégées.

Le Conservatoire est également un opérateur engagé avec les acteurs des territoires pour promouvoir des principes et méthodes d’aménagement favorisant l’adaptation aux effets du changement climatique sur le littoral et rétro-littoral. Les défis sont techniques, culturels, économiques et politiques.

Le Webforum littoral programmé en 6 webinaires, soit 1 séance d’ouverture et 5 séances ateliers, permettra à notre communauté de travail de partager expériences et solutions émergentes.

-------

-------

Les solutions fondées sur la nature : une ingénierie souple et adaptative de gestion de l’interface terre-mer


Présentateurs

  • Sybille MULLER, cheffe du bureau des risques d'inondation et littoraux, DGPR, MTE
  • Adrien PRIVAT, responsable de la mission Interface Terre-Mer, Conservatoire du littoral

Programme

  • 18 novembre 2021
    - Séquence 1 : Partage du constat
    Quelle efficacité quels retours d’expérience des solutions fondées sur la nature pour la gestion des risques littoraux ?
    - Séquence 2 : Réflexion en petits groupes
    Comment mettre en place et diffuser ces solutions, quelles connaissances développer, quelle complémentarité avec les autres approches

  • 2 décembre 2021
    - Séquence 1 : Présentation des conclusions des groupes
    - Séquence 2 : Partage et consolidation des messages avec un panel d’experts

Problématique résumée

  • Les événements littoraux extrêmes enregistrés ces dernières décennies et les trajectoires d’élévation du niveau de la mer, confirmées par le GIEC, ont mis en lumière l’importance des enjeux des territoires côtiers exposés au risque d'inondation par submersion marine. Ils font naître également des incertitudes quant au comportement à terme des ouvrages de protection.

    Dans ce contexte, l’idée d’utiliser les milieux naturels comme espace tampon face aux aléas marins est intuitivement séduisante, mais elle ne repose pas sur une ingénierie éprouvée ni sur un nombre d’expériences suffisant pour en assurer la robustesse. Les systèmes de défense n’intègrent pas encore suffisamment le rôle des milieux naturels car cela impliquerait l’apport d’expertises encore peu développées et ne figurant pas aujourd’hui dans le champ du génie civil. De fait, la diversité et la complexité des contextes hydrosédimentaires rencontrés rendent difficile la modélisation et la prévision du comportement des systèmes naturels face aux aléas. En conséquence, le dimensionnement des ouvrages qu’il est souvent nécessaire d’associer à ces espaces, notamment sur leur limite arrière, est conçu comme pour des ouvrages de premier rang et indépendamment de l’apport possible des milieux naturels, en matière notamment d’amortissement et de dissipation de l’énergie des événements météorologiques.

    Or, il est essentiel, pour promouvoir ces solutions fondées sur la nature, de faire la preuve de leur efficacité à la fois technique et économique. Le présent atelier aura donc pour objectif, dans un premier temps, de faire le point sur les connaissances disponibles en la matière, en s’appuyant sur la présentation de cas concrets permettant d’illustrer les expérimentations plus ou moins abouties ou projets opérationnels. Enfin, il visera l’identification des points sur lesquels il est possible d’afficher des certitudes ainsi que ceux sur lesquels les efforts de recherche sont à renforcer.

-------

La perception sociale : changer le regard pour une approche partagée d’un littoral dynamique et résilient


Présentateurs

  • Raphaël MATHEVET, directeur de recherche,CNRS, membre du Conseil scientifique du Conservatoire du littoral
  • Sophie SEJALON, déléguée-adjointe PACA et Didier OLIVRY, délégué Bretagne, Conservatoire du littoral


Programme

  • 13 janvier 2022
    - Approche et mise en perspective par Raphael Mathevet
    - Films et cas pratiques (festival « si la mer monte » île Tudy Finistère, projets de renaturation du trait de côte dans le Var)
    - Retour d’expérience Adapto

  • 20 janvier 2022
    - Résultats du questionnaireà l’issue du premier atelier
    - Comment intégrer les populations dans l’élaboration et la mise en oeuvre des projets
    - Exemples de participations citoyennes

Problématique résumée

  • Sur le littoral, les changements sont permanents et interconnectés, ils sont à la fois physiques (hydrauliques, sédimentaires…), écologiques (relations biologiques terre-mer, évolution des écosystèmes…) et sociaux (évolution des activités et des usages, modification des pratiques culturelles…). De plus, si ces changements sont inéluctables, ils n’en demeurent pas moins incertains en termes d’occurrence, de fréquence et d’intensité. La gestion du littoral se voit donc contrainte d’intégrer la complexité des phénomènes en jeu et aussi d’admettre en permanence un fort degré d’incertitude sur l’amplitude et la temporalité de l’évolution du trait de côte et des rivages.

    Compte tenu de l’importance des enjeux socio-économiques et environnementaux, un accompagnement scientifique et technique le plus en amont possible dans les réflexions s’avère nécessaire. Toutefois, anticiper et accompagner le changement sur le littoral ne peut se concevoir sans une réelle implication des élus, des habitants, des usagers, des professionnels… et un apprentissage collectif. Cela implique donc de se donner du temps, de progresser de façon méthodique, pas à pas. L’expérience conduite dans les projets Adapto, sur la base des études paysagères prospectives, illustre l’utilité de développer des démarches de co-construction adaptées au contexte géographique et sociologique local, pour construire une vision commune de l’espace littoral et identifier ensemble le sens de la trajectoire pour le site. On peut voir alors progressivement s’effacer les résistances au changement pour commencer à penser la transformation et concevoir des opportunités en termes de valorisations socio-économiques ou écologiques d’un nouvel espace littoral à venir.

    L’atelier sera également l’occasion d’exploiter les résultats de recherches en sciences sociales effectuées ou en cours sur ce thème. Il aura pour objectif final d’interroger les stratégies mises en œuvre par le Conservatoire et ses partenaires en la matière.

-------


L’agriculture littorale face au changement climatique


Présentateur

  • Patricia LARBOURET, cheffe du bureau du changement climatique et de la biodiversité, ministère de l'Agriculture et de l'alimentation
  • Jade ISIDORE, responsable de la mission Usages - Accueil, Conservatoire du littoral

Programme

  • 27 janvier 2022
    - Séquence 1 : Partage du constat
    Quels impacts du changement climatique sur l’agriculture de la bande littorale ?
    - Séquence 2 : Réflexion en petits groupes
    Comment sur les territoires à l’étude accompagner les agriculteurs dans le changement ?

  • 3 février 2022
    - Séquence 1 : Présentation des conclusions des groupes de travail
    - Séquence 2 : Partage et consolidation des messages avec un panel d’experts

Problématique résumée

  • L’agriculture littorale devra relever plusieurs défis dans les décennies à venir. Elle sera confrontée, comme sur l’ensemble du territoire, aux restrictions que l’évolution du climat fera peser sur la pluviométrie et les régimes hydriques des bassins versants, particulièrement dans les régions méridionales. Plus encore, dans les zones basses du littoral, elle sera confrontée aux aléas de submersion marine et à l’avancée du biseau salé dans les eaux souterraines, risquant d’être soumises à un « effet ciseau » entre la montée des eaux et les zones habitées protégées.

    Plus de la moitié des 750 sites protégés par le Conservatoire du littorale présente une activité agricole, qui avec des pratiques encadrées constitue un moyen de gestion efficace pour valoriser le potentiel écologique et paysager des espaces naturels. Mais la pérennité de ces activités agricoles est aujourd’hui menacée par les phénomènes décrits plus haut :

    - La maritimisation des zones basses et ses conséquences sur les systèmes prédominants en place de polyculture/élevage ;
    - L’aridification du bassin méditerranéen et ses conséquences notamment sur les cultures traditionnelles de la vigne et du maraichage.

    En tant que propriétaire de zones agricoles, à quels types de solutions le Conservatoire peut-il contribuer en faveur de ces activités, sur le plan foncier en premier lieu, mais aussi en promouvant quels modèles de production, avec quels partenariats ? Après un temps de présentation des impacts du changement climatique sur l’agriculture littorale, les participants travailleront sur des cas concrets des façades atlantiques et méditerranéennes pour explorer les différentes solutions possibles pour intégrer le changement et réfléchir au rôle du Conservatoire dans leur mise en œuvre.

-------

La biodiversité littorale face aux changements climatiques


Présentateurs

  • Matthieu PAPOUIN, sous-directeur de la protection et de la restauration des écosystèmes terrestres, DEB, MTE
  • Pascal CAVALLIN, responsable de la mission coordination scientifique et biodiversité, Conservatoire du littoral

Programme

  • 10 mars 2022
    -
    Présentation de 3 cas concrets et partage de questionnements.
    - Ateliers et restitution :
    L’avenir des roselières littorales d’Occitanie.
    Un indicateur d'évaluation et de prédiction de l'état écologique d'un site dans un contexte de dépoldérisation.
    De la recherche universitaire à la gestion opérationnelle de falaises littorales en territoire insulaire
  • 24 mars 2022
    - Présentation de 3 cas concrets et partage de questionnements.
    - Ateliers et restitution :

    Historique et prise en compte de l’enjeu tortue marine sur les rivages de l’hexagone.
    Rendre possible la translation des habitats...

Problématique résumée

  • La biodiversité littorale, comme celle de tout écotone, est particulièrement riche et souvent singulière. L’élévation du niveau de la mer entraînera nécessairement, sur les côtes basses ou les rivages sableux, d’importantes modifications des écosystèmes côtiers. Celles-ci pourront se traduire par une quasi disparition en cas de fixation du trait de côte par des ouvrages artificiels, ou par des transformations profondes dues à l’érosion ou à la maritimisation des eaux superficielles et souterraines. La « translation » vers l’amont des écosystèmes peut également s’imaginer, en fonction des conditions locales.

    L’enjeu pour les espaces protégés par le Conservatoire est d’anticiper ces changements de façon à préserver au mieux les équilibres écologiques côtiers dans leur globalité. Comment évaluer et comparer les différents scénarios d’évolution possibles ? Faut-il protéger les espèces et milieux patrimoniaux « coûte que coûte », ou faut-il « accompagner » le changement de ces milieux et accepter aussi le déplacement, voire la disparition d’espèces protégées, parfois (mais pas toujours) au profit d’autres espèces protégées ? Comment organiser avec les gestionnaires des réponses face à des phénomènes massifs comme les échouages de sargasses ou les conséquences de l’aridification des bassins versants ?

    Le présent atelier s’attachera dans un premier temps à préciser les enjeux, en termes d’habitats naturels, d’espèces et de services écosystémiques. Seront ensuite explorés les défis à relever, tant en termes de connaissance, que de gestion des aires protégées et de conséquences juridiques. Les outils spécifiques de caractérisation et d’évaluation de la biodiversité côtière dans le cadre d’adapto et d’autres projets seront présentés afin d’évaluer leurs apports possibles. Enfin, il s’agira de converger vers les options « sans regret » qui peuvent être adoptées dans les situations de changement attendu, tout en caractérisant les chantiers à poursuivre.

-------

Aménagement et usages des territoires littoraux : comment accompagner leurs adaptations ?

Présentateurs

  • Fabienne RICARD, sous-directrice des écosystèmes littoraux et marins, DEB, MTE – DEB
  • Guillemette ROLLAND, directrice de l’action foncière, Conservatoire du littoral


Problématique résumée

  • Certains territoires côtiers vont être profondément impactés par les changements globaux. Les transformations de la frange littorale, qu’elles soient anticipées ou subies, ont un impact croissant sur la planification de l’urbanisme, sur les infrastructures comme sur les usages, et finalement sur les équilibres économiques.

    Pour exemple, les plages et leur accès, élément moteur de l’économie balnéaire notamment, sont pour certaines maintenues artificiellement et sont menacées de disparition dans les stations balnéaires les plus exposées aux aléas climatiques.

    Dans cette équation complexe, les espaces naturels ont un rôle fondamental dans l’équilibre des territoires ; ils contribuent directement à l’objectif gouvernemental « zéro artificialisation nette ». Ils fournissent des services écosystémiques, tout en accueillant des activités économiques et de loisirs compatibles avec leur vocation et participent à l’attractivité touristique. Un focus sera fait sur l’importance de la maitrise foncière publique dans la mise en œuvre des projets déjà menés et à venir.

    Cet atelier aura pour objectif de caractériser et si possible de quantifier ce rôle (hier, aujourd’hui, demain), grâce aux regards de différentes parties prenantes. Les questions sont nombreuses tant en termes de prise en compte des espaces naturels dans les documents de planification et d’aménagement du territoire, que d’organisation des activités et des équipements en zones d’aléas, de bilans économiques globaux, de dialogue institutionnel… La conclusion devra permettre d’identifier des actions collectives pouvant être partagées entre les usagers et leurs représentants, les gestionnaires de sites et les collectivités concernés, ainsi que les services de l’Etat compétents.

-------

Porté par le Conservatoire du littoral et le BRGM, adapto est un projet Life qui explore des solutions face aux effets du changement climatique sur le littoral en préconisant une gestion souple du trait de côte.