PORT DIEU

L’essentiel du site est constitué de hêtraies et chênaies sur forte pente. Les peuplements forestiers sont mixtes, à la fois en essence et en classe d’âge, engendrant une importante diversité biologique.

Les boisements des gorges ont un rôle de corridor pour les espèces en limite de répartition géographique. On rencontre ainsi des espèces animales ou végétales absentes ou très rares dans le reste de la région.

Les forêts sur pente assurent également de nombreuses fonctions comme le ralentissement de la vitesse des eaux sur les versants, favorable en période de crue. Le réseau racinaire des arbres fixe les sols, atténuant ainsi les phénomènes d’érosion et de glissement de terrain.

Les milieux ouverts (éperons rocheux, landes) renforcent la biodiversité du site et peuvent offrir des points de vue remarquables sur le paysage des gorges de la Dordogne et du Dognon.

La présence d’arbres âgés est favorable à de nombreuses espèces qui y trouvent le gîte et le couvert, notamment les oiseaux et les chauves-souris. L’accès à ces forêts est difficile du fait des pentes fortes, ce qui crée des secteurs tranquilles pour la nidification. Un des enjeux du site est la présence d’espèces d’oiseaux patrimoniales, tels les rapaces : aigle botté, milan royal et bondrée apivore.

Parmi les espèces de chauves-souris inventoriées sur le site de Port Dieu, certaines nécessitent une attention particulière en raison de la faiblesse des effectifs au niveau régional, national, voire européen (Barbastelle, Grand rhinolophe, Petit rhinolophe, Grand murin). Leur raréfaction s’explique souvent par la dégradation des habitats.

La permanence de la couverture forestière depuis de nombreuses décennies a permis le maintien de certaines plantes remarquables comme le lis martagon.

Les objectifs de gestion du site résident dans la protection de la richesse naturelle, sa mise en valeur paysagère et l’accueil du public. Il est donc envisagé d’effectuer un travail paysager en créant des ouvertures, des mises en valeur de sites emblématiques mais tout en préservant la quiétude du milieu.

Une non-exploitation volontaire de la forêt qui est apte à se renouveler par elle-même a été choisie pour préserver les habitats et les espèces présentent sur le site.

Le Conservatoire du littoral a entrepris d’importants travaux de restauration pour traiter des sites de dépôts sauvages de déchets qui ont un impact paysager négatif et représentent un risque en terme de pollution de l’eau du lac.

Téléchargez le plan de gestion des sites du lac de Bort-les-Orgues

Les activités humaines et les paysages locaux sont les témoins d’un bouleversement majeur : la création de la retenue de Bort-les-Orgues en 1951. Avant la création de ce barrage, les activités humaines étaient essentiellement orientées vers l’agriculture, le commerce et l’accueil. Les paysages étaient ouverts, avec des versants boisés entrecoupés de lieux de vie structurés.

Après la mise en eau en 1951-1952, qui a entrainé la disparition du village de Port-Dieu, déplacé et rebaptisé Confolent-Port-Dieu, et la destruction des fermes isolées, la vallée se désertifie et la forêt regagne ses droits. Ainsi, une couverture totale des versants s’opère par les boisements principalement feuillus mais aussi une installation des résineux (par dissémination et plantation).

La forêt épouse les formes du relief et constitue un masque. Une perte de diversité paysagère est donc constatée.

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : CONFOLENT-PORT-DIEU (19) , MONESTIER-PORT-DIEU (19)

Surface protégée : 142.59 hectares

Protégé depuis : 1986

Nombre d'actes d'acquisition signés : 20

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don