RESTAURER

UN PROJET POUR LE SITE

Une fois le site acquis, le Conservatoire s'appuie sur un gestionnaire qui peut être une collectivité, une association ou un établissement public. La convention de gestion acte ce partenariat.

En premier lieu, le site fait l’objet d’études (généralement menées par des bureaux d'études) qui vont qualifier l'état des lieux au moment de l’acquisition (bilan écologique, patrimonial, inventaire des usages...) et analyser les enjeux présents. Chaque site présente des enjeux et des spécificités.

Sur cette base, un projet pour le site  va être établi conjointement par le propriétaire (le Conservatoire) et le gestionnaire, en concertation avec les acteurs du territoire (organismes socioprofessionnels, usagers, associations…). Sa définition repose sur des principes communs qui structurent le projet : respect de l'esprit des lieux, sobriété des solutions retenues, ouverture raisonnée au public, définition des choix de gestion…

L’objectif du Conservatoire reste d’ouvrir les sites aux différents usages compatibles avec la préservation durable des patrimoines et le maintien, voire le développement d'activités responsables basées sur une exploitation raisonnée des ressources. Plus de 1200 conventions sont signées avec des exploitants (agriculteurs, saulniers, pisciculteurs...).

Un projet pour un site peut mettre l'accent sur la préservation des équilibres écologiques, sur la valorisation culturelle ou des paysages,l’accueil du public, la gestion intégrée de la bande côtière ou encore la gestion souple du trait de côte.

Le plan de gestion constitue le projet pour le site qui définit les réalisations souhaitables pour restaurer, aménager et entretenir le site.

Le Conservatoire assure la maîtrise d'ouvrage des opérations lourdes de restauration ou d’aménagement ou peut également la déléguer à son gestionnaire. Il mobilise ses fonds propres : 25% de son budget est consacré à des investissements dans les territoires. Il sollicite des fonds européens, nationaux, régionaux  et départementaux, parfois du mécénat d’entreprises.