Paysages

BASSE VALLEE DE L'ARGENS

La vallée de l’Argens sépare le sombre massif des Maures de celui de l’Estérel, éclatant d’ocres et de rouges. Après une traversée escarpée d’une centaine de kilomètres au nord des reliefs littoraux, l‘Argens, le plus long fleuve du Var, sillonne à partir du Muy et jusqu’à son débouché dans le golfe de Fréjus une vaste dépression majoritairement agricole. A son embouchure, l’alternance d’étendues d’eau et de terres humides et inondables très planes, le site offre des vues lointaines au nord sur l’Estérel, au sud sur les Maures et au nord-ouest sur la silhouette emblématique du Rocher de [...] Lire plus

La vallée de l’Argens sépare le sombre massif des Maures de celui de l’Estérel, éclatant d’ocres et de rouges. Après une traversée escarpée d’une centaine de kilomètres au nord des reliefs littoraux, l‘Argens, le plus long fleuve du Var, sillonne à partir du Muy et jusqu’à son débouché dans le golfe de Fréjus une vaste dépression majoritairement agricole. A son embouchure, l’alternance d’étendues d’eau et de terres humides et inondables très planes, le site offre des vues lointaines au nord sur l’Estérel, au sud sur les Maures et au nord-ouest sur la silhouette emblématique du Rocher de Roquebrune. Cette coupure de haute valeur paysagère et écologique est originale sur le littoral très urbanisé du Var.

Regards d'artistes

Ambroise Louis Garneray, Vue de la ville de Fréjus et du port de Saint-Raphaël
Archives départementales du Var, 1 FI 265, 1823
« Une promenade nous conduira à Fréjus, située sur une petite éminence qui domine d’un côté le rivage et à un quart de lieue de la mer, et de l’autre une grande plaine entrecoupée de lacs et de ruisseaux et couverte de jardins de moissons, de prairies ; des montagnes couronnées de pins maritimes, avec des oliviers à leur base, forment le fond du tableau… »

« Une promenade nous conduira à Fréjus, située sur une petite éminence qui domine d’un côté le rivage et à un quart de lieue de la mer, et de l’autre une grande plaine entrecoupée de lacs et de ruisseaux et couverte de jardins de moissons, de prairies ; des montagnes couronnées de pins maritimes, avec des oliviers à leur base, forment le fond du tableau… »

François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Tome IV, 1849

Evolution de l'urbanisation

entre les Issambres à l’ouest et Saint-Raphaël à l’est
1965 1965
2014 2014

Entre 1965 et 1975 (carte du haut), les principaux pôles urbains se sont étendus sur les pentes des premiers reliefs des Maures à l’ouest et de l’Estérel à l’est. Depuis, de nombreux espaces agricoles de la basse vallée de l’Argens ont été artificialisés et l’urbanisation a continué de s’approprier de grandes surfaces sur les premières collines côtières. Les acquisitions du Conservatoire du littoral dans les Maures et à l’embouchure de l’Argens (Étangs de Villepey) ont contribué à préserver des espaces naturels littoraux importants aux abords des secteurs très urbanisés et en constant développement de Fréjus et de Saint-Raphaël.

Jouer la vidéo

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • Des paysages de lagunes naturelles et d’espaces agricoles plans et ouverts, enserrés entre des zones urbaines en développement et étalées

    • Les reliefs des Maures, du Rocher de Roquebrune et de l’Estérel en toile de fond

  • Picto Pano menace

    • Une forte pression touristique et immobilière, particulièrement sur les franges des espaces déjà urbanisés, en piémont des reliefs et dans la vallée de l’Argens

    • Une forte érosion côtière, des risques d’inondation importants

  • Picto Pano protection

    • 2 espaces naturels protégés par le Conservatoire du littoral ; 1 site classé au titre de la loi de 1930 ; des zones importantes classées Natura 2000.

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages