Losari : la métamorphose d'un site naturel

Mardi 24 mai 2016

Actualité

50 hectares de terrain en bord de mer qui ont fait l’objet d’un projet de renaturation et de mise en valeur.

L'inauguration des travaux a eu lieu le 18 mai dernier.

 

Situé au Nord Ouest de la Corse, le site de Lozari constitue la porte d’entrée du territoire de la Balagne, microrégion devenue ces dernières années une des plus touristiques de l’île.

Acquis en 2010 par le Conservatoire du littoral, ce sont près de 50 hectares de terrain en bord de mer qui ont fait l’objet d’un projet de renaturation et de mise en valeur, mené en étroite collaboration avec la commune de Belgodère, gestionnaire du site, et grâce à la participation financière de l’Office de l’Environnement de la Corse et du Fonds Européen de Développement Régional.


Les travaux, commencés à l’automne 2013, aujourd’hui achevés, se sont appuyés sur les grands principes suivants :
- la restauration écologique et paysagère des espaces dégradés du bord de mer et de
l’ancien domaine agricole datant de l’entre deux guerres ;

- l’organisation de l’accueil du public, l’importance de la fréquentation estivale se
traduisant par le stationnement de plusieurs centaines de véhicules en bordure même
de la plage avec pour conséquence une dégradation du milieu naturel et un impact
visuel fort ;

- la restauration du bâti patrimonial (la chapelle de Notre Dame de Losari, la tour
génoise de Losari et divers éléments du patrimoine rural : murets en pierres sèches,
ponceau, etc.) ;

- le maintien des activités agricoles sur les prairies d’arrière-plage contribuant ainsi à la
gestion du site.


Concrètement, les opérations de réhabilitation du milieu et de requalification paysagère mises en oeuvre ont principalement consisté en des travaux de démolition de 10 vieux hangars et bâtiments en état de ruines ; l’enlèvement de plus de 300 m3 de déchets ; l’enfouissement des lignes électriques qui sillonnaient le site ; la suppression des pistes et stationnements en bord de mer permettant la cicatrisation des terrasses alluvionnaires d’arrière plage et la mise en défens du cordon dunaire par l’installation de ganivelles ; l’éradication sur l’ensemble du site des plantes exogènes envahissantes, en particulier les griffes de sorcières et les figuiers de barbarie.

En ce qui concerne l’accueil du public, le principe a été de l’organiser en 2 pôles fonctionnels situés en retrait de la plage, aux deux extrémités de celle-ci, avec des aires de stationnement naturelles correctement intégrées dans la topographie du site et aux masses végétales existantes. A l' Ouest de la plage, une maison d’accueil et de gestion a été aménagée au sein du seul bâtiment de l’ancien domaine agricole présentant un intérêt architectural. Porte d'entrée, point d'accueil, "A Casa di Losari" propose une approche sensible des lieux à travers l'histoire, de la période génoise à celle du développement touristique avantgardiste des années 1930; et du patrimoine naturel de la vallée du Reginu, royaume du milan royal, au canyon sous-marin, domaine des cachalots. La création d’un réseau de sentiers piétons pour la découverte du site et l’accès à la plage a complété le programme, avec notamment le remplacement d’un ancien pont par une passerelle piétonne en bois permettant le franchissement de la rivière (Reginu) et assurant ainsi la continuité du sentier littoral. Enfin, les deux établissements de plage présents sur site depuis de nombreuses années ont pu être relocalisés au niveau des deux pôles d’accueil du public, libérant ainsi la plage de leur emprise et permettant à nouveau une perception pleine et entière du croissant de plage.

Consultez le dossier de presse

En savoir plus