RIVES DE SEINE SUD - 27

Le contexte écologique estuarien, la taille et la tranquillité de ce site depuis plusieurs décennies, ont permis à une flore et une faune présentant une forte typicité de s’installer sur un site d’origine artificielle.

Le paysage des Rives de Seine Sud est marqué par la présence de bois de saules et de bouleaux, de pelouses dunaires et de prairies pâturées, de haies, de falaises, de coteaux boisés et de roselières.

Par cette diversité de milieu, le site accueille une flore et une faune d’une grande richesse. Il constitue une zone de refuge à l’échelle de la région.

La flore

Les Rives de Seine Sud accueillent une proportion importante d’espèces assez rares à exceptionnelles dont la Pyrole à feuilles rondes, l’Orchis punaise, l’Epipactis des marais  ou l’Ophioglosse vulgaire.

La faune

De nombreux mammifères, insectes, reptiles et amphibiens protégés ont été recensés et confèrent à ce site son exceptionnel intérêt patrimonial.

Parmi les oiseaux, le Busard des roseaux, la Cigogne blanche, l’Aigrette garzette et le Pic noir ont été recensés. Dans l’ensemble, les effectifs les plus importants concernent les espèces forestières tel que les passereaux, tributaire des milieux de type bois, haies et bosquets. Le canal de retour et les végétations de roselières abritent des espèces paludicoles et aquatiques telles que le Gorgebleue à miroir blanc, la Fauvette des marais ou le Troglodyte mignon.

De nombreux mammifères fréquentent le site et le rendent précieux avec notamment la présence de la crossope aquatique, seule espèce de musaraigne protégée en France ou d’espèces de chauve souris, venant chasser sur le site, telles que le Grand murin et la Barbastelle.

La gestion quotidienne de cet espace naturel est assurée, pour la partie située dans le Calvados, par le Syndicat mixte Calvados Littoral, et, pour la partie située dans l’Eure, par le Conseil général de l’Eure.

Ils ont en charge la surveillance et l’entretien courant. Un garde du littoral est présent sur le site. Il a en charge le gardiennage, l'entretien et le suivi scientifique, ainsi que les relations avec les usagers locaux. Les Rives de Seine Sud sont dotées d’un plan de gestion. Il s’agit d’un document cadre donnant les orientations d’aménagement et de gestion visant à protéger ce site naturel.

Le site Rives de Seine Sud se situe sur la rive gauche de l’Estuaire de la Seine, en amont du Pont de Normandie, à cheval entre les deux régions normandes et s’étend entre la ville de Honfleur dans le Calvados jusqu’à l’embouchure de la Risle dans l’Eure.

Avant le XIXe siècle, l’estuaire de la Seine était vaste et préservé, avec de grands marais saumâtres, des vasières, des roselières, et de nombreux bancs de sable changeants, le principal « le banc Saint-Sauveur » se situait sur les rives de Seine sud.

Ce milieu très dynamique, très mouvant, a rapidement été le lieu d’enjeux importants pour la navigation. Près de deux siècles de chenalisation et d’endiguement de l’estuaire de la Seine ont marqué cet espace. Les terrains en arrière des digues sont longtemps restés inondables et formaient de marais. Puis le démantèlement de la digue « haute sud », et le dépôt des produits de dragage du chenal de la Seine bouleversent le milieu : 1000 hectares de terrains remblayés sont ainsi mis hors d’eau. L’assèchement du secteur « les Alluvions » entrepris à partir de 1948 avec la construction du canal de retour d’eau et du canal nord-sud permettaient un drainage des alluvions et sables entreposées suite au dragage du chenal. Ce drainage est optimisé, jusqu’en 1960, par la réalisation de curages réguliers. Ensuite, il est abandonné et le Port Autonome de Rouen décide de tirer partie de ces terrains en louant la majorité d’entre eux aux agriculteurs locaux qui développent le pâturage.

Initialement, les ambitions, pour ces terrains gagnés sur la mer, sont industrielles et portuaires. Une structure multi-partenariale complexe associant de nombreux partenaires institutionnels et économiques est créée dans les années 1970, la ZIPEC (Zone Industrialo-Portuaire Eure-Calvados). Elle a pour finalité d’industrialiser l’ensemble des 1800 ha de la plaine alluviale en rive sud de l’estuaire. Cependant, malgré la construction du Pont de Normandie, achevé en 1995, reliant les deux rives de l’estuaire, le développement industriel restera limité aux marges d’Honfleur.

En 1999, un rééquilibrage en faveur de la protection des espaces écologiques de l’estuaire, notamment dans le cadre des mesures compensatoires et du contentieux européen sur la conservation des oiseaux et des habitats sur Port 2000, a fait basculer la destination d’une grande partie de ce secteur. La DTA (Directive Territoriale d’Aménagement) de l’estuaire de la Seine affiche ainsi la conservation et la reconquête des écosystèmes estuariens dégradés, comme la nouvelle finalité de cette partie est de la plaine alluviale.

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : ABLON (14) , FIQUEFLEUR-EQUAINVILLE (27) , SAINT-SAMSON-DE-LA-ROQUE (27)

Surface protégée : 225.29 hectares

Protégé depuis : 2004

Nombre d'actes d'acquisition signés : 3

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

CG27

Les partenaires

natura 2000

Les animations associés

Faire un don