PARDIGON

Sur le littoral varois, à cheval sur les communes de Cavalaire-sur-mer et de La Croix-Valmer, le site de Pardigon s’inscrit dans un vaste amphithéâtre de verdure adossé aux contreforts du massif des Maures et ouvert sur une baie délimitée par un relief très marqué entre le Cap de la Vigie à l’Ouest et la pointe de Vergeron à l’Est.

Située dans un des lieux majeurs de la villégiature estivale sur le littoral Sud de la Baie de Saint-Tropez, cette ancienne plaine agricole est aujourd’hui une importante coupure d’urbanisation.

Dans les années 1980, Pardigon fut la cause de tensions entre son propriétaire Pierre&Vacances et les associations locales de protection de l’environnement. L’objectif de ces derniers était d’éviter la création d’une ZAC à vocation touristique et d’assurer la protection définitive de ce lieu grâce à une acquisition par le Conservatoire du littoral.

Après plus de 20 ans de négociations, le Conservatoire du littoral en deviendra finalement propriétaire en Janvier 2013.

La faune

Près de 40 espèces d’oiseaux ont été recensées sur le site. Suivant le milieu, les espèces rencontrées diffèrent : Pic vert et Pic épeiche sont ainsi observables dans les milieux boisés du site alors que l’Engoulevent d’Europe ou le Faucon crécerelle ne pourront être vus que dans des milieux ouverts à semi-ouverts.

Parmi les mammifères présents sur le site, Renards roux, Lapins et Ecureuils roux sont les plus communs.

Enfin, la Tortue d’Hermann est le reptile le plus remarquable du site.

La flore

Dans les lambeaux de forêt méditerranéenne de Chênes verts et de Chênes-lièges, on trouve des espèces spécifiques comme la Pulicaire odorante alors que les maquis qui leur sont associés sont dominés par des Bruyères arborescentes et des Cistes.

Au sein des friches post-culturales, seule la Vesce élevée, que l’on trouve sur les friches de haut de plage est remarquable.

En revanche, les pelouses sèches accueillent de nombreuses espèces d’Orchidées telles que la Serapias parviflora ou la Serapias neglecta.

Mais le cordon dunaire reste le milieu le plus original, abritant de nombreuses plantes rares qui leur sont inféodées comme le Chardon bleu, la Luzerne littorale ou encore la Giroflée des dunes.

Dans l’attente d’une gestion globale du site, une 1ère convention de gestion a été signée entre le Conservatoire du littoral et la commune de Cavalaire-sur-Mer. Une 2ème convention entre le Conservatoire du littoral, la commune de la Croix-Valmer et le Parc National de Port-Cros devrait être signée prochainement.

Les principaux objectifs à atteindre consistent à :

-          protéger et restaurer les paysages, les habitats naturels et les populations d’espèces remarquables (en luttant contre le risque incendie ; en recréant le cordon dunaire et en le mettant en défens grâce à la pose de ganivelles ; en protégeant les zones humides associées au ruisseau de la Carrade et en restaurant les friches humides ainsi que le bassin d’arrière dune) ;

-          maîtriser la fréquentation et sensibiliser le public (en requalifiant les entrées de site ; en créant une boucle de promenade et en privilégiant la réhabilitation de sentiers dans le secteur Nord plutôt que dans le secteur Sud pour rééquilibrer la fréquentation) ;

-          réhabiliter et mettre en valeur le patrimoine bâti, culturel et historique (en restaurant les friches du secteur Nord en chênaie et domaine viticole ; en protégeant et en valorisant les richesses archéologiques du site).

Téléchargez le plan de gestion du site de Pardigon ici

Dans les années 1980, des fouilles archéologiques ont révélé la présence d’un dépotoir et de 2 villas romaines réparties sur 2 domaines viticoles distincts : l’un sur le territoire de La Croix-Valmer et l’autre sur celui de Cavalaire-sur-mer, à l’Ouest du ruisseau de la Carrade.

Jusqu’au XXe siècle, la plaine de Pardigon est cultivée. Viticulture, maraîchage et élevage bovins sont les principales activités agricoles qui y sont exercées.

Au cours de la 2nde Guerre Mondiale, le site est occupé par les Italiens et les Allemands. Puis, le 15 août 1944, ce sont les troupes alliées qui débarquent sur Pardigon.

Après guerre, le tourisme prend de l’essor et les 1ères parcelles viticoles sont livrées à la promotion immobilière.

En 1975, un grand projet d’aménagement touristique est envisagé avec notamment parcours de golf et programme immobilier. Rapidement, les associations locales de protection de l’environnement contestent le projet. Après de multiples batailles juridiques, le Conseil d’Etat déclare Pardigon « Site littoral remarquable », le rendant définitivement inconstructible. C’est ce qui permit au Conservatoire du littoral, après de longues négociations, de l’acquérir et de le rendre inaliénable en Janvier 2013.

Carte d'identité du site

Commune(s) : CAVALAIRE-SUR-MER (83) , LA CROIX-VALMER (83)

Surface protégée : 90.12 hectares

Protégé depuis : 2009

Nombre d'actes d'acquisition signés : 3

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don