Paysages

LITTORAL DE PETITE TERRE - MAYOTTE

Petite mais très contrastée ! Accrochée au Grand Récif, Petite Terre est à la fois tournée vers l’immensité de l’océan à l’Est et l’enclos du lagon de Mayotte à l’Ouest, d’où Grande Terre, centrale, s’élève à l’horizon. Son paysage est d’abord caractérisé par ses maars, figures géologiques emblématiques présents à la pointe Nord et à l’Est de l’île. Cratères volcaniques effondrés, ils créent des alcôves retirées du monde au creux de hautes falaises verticales bordées de plages de sable blanc. Dans la continuité de leurs crêtes, la colline de Vigie les surplombe pour offrir un panorama [...] Lire plus


Petite mais très contrastée ! Accrochée au Grand Récif, Petite Terre est à la fois tournée vers l’immensité de l’océan à l’Est et l’enclos du lagon de Mayotte à l’Ouest, d’où Grande Terre, centrale, s’élève à l’horizon. Son paysage est d’abord caractérisé par ses maars, figures géologiques emblématiques présents à la pointe Nord et à l’Est de l’île. Cratères volcaniques effondrés, ils créent des alcôves retirées du monde au creux de hautes falaises verticales bordées de plages de sable blanc. Dans la continuité de leurs crêtes, la colline de Vigie les surplombe pour offrir un panorama d’ensemble de l’ile. Depuis la côte Ouest, on perçoit l’île sous un tout autre angle, celui d’un paysage au relief doux et aux collines arrondies. Séparée du grand lagon par un fin cordon de terre émergée, la vasière des Badamiers abrite une mangrove, riche en faune et en beauté. Reflétant palétuviers, collines et nuages sur ses eaux lisses, la lagune laisse apparaître un paysage de sable et de roche à marée basse. A l’arrière, la plaine littorale accueille toute la population de l’île, répartie dans les villes de Dzaoudzi, Labattoir et Pamandzi. Dans les terres, l’île se déboise au profit de cultures comestibles. Habillées de cultures sèches et peu gourmandes, les pentes et crêtes des collines semblent plus arides.

Regards d'artistes

Jérôme Agostini, La plage de Moya, Petite-Terre, 2010
Croquis et voyages – Mayotte 2010.
« Je suis né sur cette île, Mayotte, ce paradis jadis, Sur ce rocher nommé île au lagon, Mayotte, l’île hippocampe,... J’ai vu le jour entouré d’eau, Sur un havre de paix, J’ai vécu sous les pieds des cocotiers, Un lieu où l'amour était la seule et unique richesse, Et des Ylang - Ylang pour embellir le décor, […] J’ai grandi dans les battants des vagues, De l’île aux milles parfums,… Comme j’adore agiter l’eau de la mer, Cela me représente des tempêtes, Qui de temps à autre secouent ce petit bout de l’Océan Indien, Mayotte l’autre France du bout du Monde. » Lire plus

« Je suis né sur cette île,
Mayotte, ce paradis jadis,
Sur ce rocher nommé île au lagon,
Mayotte, l’île hippocampe,...
J’ai vu le jour entouré d’eau,
Sur un havre de paix,
J’ai vécu sous les pieds des cocotiers,
Un lieu où l'amour était la seule et unique richesse,
Et des Ylang - Ylang pour embellir le décor, […]

J’ai grandi dans les battants des vagues,
De l’île aux milles parfums,…
Comme j’adore agiter l’eau de la mer,
Cela me représente des tempêtes,
Qui de temps à autre secouent
ce petit bout de l’Océan Indien,
Mayotte l’autre France du bout du Monde. »

Phenix JP, Mayotte, l’autre France du bout du monde, 2017

Evolution de l'urbanisation

à Petite Terre.
1965 1965
2016 2016

Dans un contexte de forte croissance démographique depuis les années 1950, accélérée dans les années 1980 et 1990, les deux communes de l’île, Dzaoudzi-Labattoir et Pamandzi accueillent la densité de population la plus haute de France avec 2200 habitants/km2. L’insularité et la topographie de Mayotte ont contraint l’homme à s’installer dans l’étroite bande littorale de l’île, ici plane uniquement sur la côte Ouest. Dans les années 1960, seuls trois modestes noyaux urbains existaient. L’aéroport faisant de Petite Terre la porte d’entrée principale de Mayotte, ils s’étendirent vers les pentes les moins abruptes, préservant les collines pour la culture, et fusionnèrent en une masse dense. Aux reliefs abrupts et ravinés, la côte Est, en grande maîtrisée par le Conservatoire du littoral, a été totalement préservée de l’urbanisation. Elle héberge néanmoins de nombreuses cultures vivrières.

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • La deuxième plus grande île de l’archipel mahorais

    • Une île collinaire culminant à 187 m, où la terre vient directement au contact du récif barrière, cas unique de l’archipel

    • Plusieurs cratères effondrés, appelés maars. Sur la côte Est, ils sont ouverts vers le large et forment de hautes falaises. Non ouvert, le Dzani Dzaha constitue un lac abrité devenu emblématique du paysage de Petite Terre.

    • Trois plages de sable blanc tournées vers le grand large : Moya, Papani à l’Est et celle de l’aéroport au Sud

    • La seule lagune de Mayotte, à l’Ouest de l’île : Vasière des Badamiers

    • Une île urbanisée pour moitié, accueillant la plus forte densité de peuplement de Mayotte et de France

    • Un pôle majeur pour l’archipel, rassemblant l’aéroport, un important site militaire et des infrastructures industrielles prioritaires (dépôt pétrolier, centrale thermique, usine de dessalement d’eau de mer)

    • Le second port de plaisance de Mayotte derrière Mamoudzou, le chef-lieu

  • Picto Pano menace

    • Un littoral fortement construit et artificialisé, principalement sur la côte Ouest et Sud

    • Une agriculture vivrière largement pratiquée dans les terres, générant la destruction des milieux naturels et une très forte érosion des sols

  • Picto Pano protection

    • De solides outils de protection des espaces naturels et des paysages :

     - Parc Naturel Marin de Mayotte ;

    - Réserve Marine de la Passe en S ;

    - 1 site classé au titre de la Convention Ramsar : Vasière des Badamiers

    - 2 sites protégés par le Conservatoire du littoral :
    Vasière des Badamiers et ses ilots (104 ha), Cratères de Petite Terre (252 ha).

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages