Paysages

ILES D'IROISE

Six points qui s’égrènent sur l’océan : ce sont les îles d’Iroise, accessibles en bateau à partir de Brest ou du Conquet. Parmi elles, la plus éloignée du continent (à 20 km et 2 heures de traversée), la plus grande, la plus haute – Enez Eussa en breton –, la plus décrite et imaginée : Ouessant et ses cinq phares. Puis, plus proches de la côte finistérienne, Molène, Balanec, Trielen, Quéménès, Béniguet et leur cortège d’îlots occupent un espace maritime aux qualités écologiques exceptionnelles. Composés de falaises et d’écueils, de cales remuantes, de landes et de prairies parsemées de murets [...] Lire plus

Six points qui s’égrènent sur l’océan : ce sont les îles d’Iroise, accessibles en bateau à partir de Brest ou du Conquet. Parmi elles, la plus éloignée du continent (à 20 km et 2 heures de traversée), la plus grande, la plus haute – Enez Eussa en breton –, la plus décrite et imaginée : Ouessant et ses cinq phares. Puis, plus proches de la côte finistérienne, Molène, Balanec, Trielen, Quéménès, Béniguet et leur cortège d’îlots occupent un espace maritime aux qualités écologiques exceptionnelles. Composés de falaises et d’écueils, de cales remuantes, de landes et de prairies parsemées de murets de pierre, de phares et d’amers, de vent et d’embruns, les paysages des îles d’Iroise n’en finissent plus d’entretenir des mythologies de tempêtes, de naufrages et d’attirer chaque année des milliers de touristes et de promeneurs, toujours au risque d’une banalisation des sites et des milieux.

Regards d'artistes

Maurice Utrillo, Les rochers d'Ouessant, 1912
« Une brise silencieuse se traîne, saturée d’âcres senteurs par la sueur nocturne de la mer. Les astres de l’île éclairent encore, ils ont l’air fatigués par leur veille. Livide, la lune de Stiff palpite, blanc, blanc, rouge ; Creac’h, à perte d’haleine, lance circulairement ses pâles faisceaux de rayons. À l’est la nuit se troue et le matin monte à travers la fente, telle de la chair sanguinolente. Un frémissement court sur la mer, comme si elle frissonnait. Les coups de lumière de Creac’h s’envolent comme des voiles minces laissant apparaître les couleurs livides de l’île, la mer se colore. [...] Lire plus

« Une brise silencieuse se traîne, saturée d’âcres senteurs par la sueur nocturne de la mer. Les astres de l’île éclairent encore, ils ont l’air fatigués par leur veille. Livide, la lune de Stiff palpite, blanc, blanc, rouge ; Creac’h, à perte d’haleine, lance circulairement ses pâles faisceaux de rayons. À l’est la nuit se troue et le matin monte à travers la fente, telle de la chair sanguinolente. Un frémissement court sur la mer, comme si elle frissonnait. Les coups de lumière de Creac’h s’envolent comme des voiles minces laissant apparaître les couleurs livides de l’île, la mer se colore. Creac’h s’éteint. Au nord Stif éclate encore une fois, rouge, puis sa lumière ne revient plus. »

Bernhard Kellermann, La Mer, Flammarion, 1924 (traduit de l’allemand par Georges Sautreau)

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • Des paysages marins et insulaires reconnus et protégés


    • Des falaises à Ouessant, des plateaux sans relief et bas dans l’archipel de Molène

    • Une végétation rase où chaque élément vertical (phare, sémaphore, maison, écueil) attire l’œil et devient repère

  • Picto Pano menace

    • Une fréquentation du public de plus en plus importante, principalement à Ouessant, notamment sur certains lieux comme les pointes de Creac’h, de Pern ou du Stiff

    • Un piétinement intense des accès au littoral

    • Une tendance au mitage urbain autour des principales routes et aux alentours du bourg de Lampaul

  • Picto Pano protection

    • 2 espaces protégés par le Conservatoire du littoral, 2 sites classés au titre de la loi de 1930, un parc naturel marin (Parc naturel marin de l’Iroise), un parc naturel régional (PNR d’Armorique), une réserve naturelle nationale (Réserve naturelle d’Iroise)

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages