Paysages

PRESQU'ILE DE LA HAGUE

À l’extrémité nord-ouest du département de la Manche, la presqu’île de la Hague dessine un promontoire dentelé, bordé par les flots, découpé par les roches des falaises et des récifs, jalonné de criques et ourlé de baies de galets ou de sable. Ses trois façades littorales, son exposition à différents vents marins et les variations d’altitude de son plateau, également morcelé par les déclivités des cours d’eau douce (ruisseaux des Vaux, de Herquemoulin, du Moulin ou des Landes), offrent aux regards une transition douce entre paysages sauvages et ambiances bocagères. À l’ouest et au sud, la [...] Lire plus

À l’extrémité nord-ouest du département de la Manche, la presqu’île de la Hague dessine un promontoire dentelé, bordé par les flots, découpé par les roches des falaises et des récifs, jalonné de criques et ourlé de baies de galets ou de sable. Ses trois façades littorales, son exposition à différents vents marins et les variations d’altitude de son plateau, également morcelé par les déclivités des cours d’eau douce (ruisseaux des Vaux, de Herquemoulin, du Moulin ou des Landes), offrent aux regards une transition douce entre paysages sauvages et ambiances bocagères. À l’ouest et au sud, la force des vagues du Raz Blanchard, qui longe la baie d’Écalgrain jusqu’au cap de la Hague à Goury, anime d’abord l’horizon ; puis une lande aux tons violets et dorés pare les falaises de Jobourg et la pointe de la Hague, avant que la fine trame horizontale des haies et des murets de pierre ne vienne quadriller les parcelles ; au nord, la presqu’île se fait plus arborée et pastorale, toujours frangée sur sa côte par les  falaises du Mur Blanc et de la pointe de Jardeheu, mais aussi par les étendues sableuses de l’anse Saint-Martin et de la plage d’Urville-Nacqueville. Entre la rudesse grandiose des séquences maritimes et les ambiances rurales, le paysage de la presqu’île a représenté un décor romanesque idéal pour de nombreux cinéastes, parmi lesquels Truffaut, Brialy ou Polanski. Depuis 1966, pourtant, un vaste centre de retraitement nucléaire est venu imposer sa silhouette massive et ses hautes cheminées sur le plateau.

Regards d'artistes

Georges Moteley, « Un grain, La Hague », 1907
Musée Thomas-Henry, Cherbourg-Octeville
« Le sentier longeait la falaise. Il était bordé de calamines en fleur et de brouillouses un peu passées dont les pétales noircis jonchaient le sol. Des insectes pointus avaient creusé le sol de mille petits trous sous les pieds, c'était comme de l'éponge morte de froid. Jacquemort avançait sans se presser et regardait les calamines dont le cœur rouge sombre battait au soleil. À chaque pulsation, un nuage de pollen s'élevait, puis retombait sur les feuilles agitées d'un lent tremblement. Distraites, des abeilles vaquaient. Du pied de la falaise s’élevait le bruit doux et rauque des vagues. [...] Lire plus

« Le sentier longeait la falaise. Il était bordé de calamines en fleur et de brouillouses un peu passées dont les pétales noircis jonchaient le sol. Des insectes pointus avaient creusé le sol de mille petits trous sous les pieds, c'était comme de l'éponge morte de froid.
Jacquemort avançait sans se presser et regardait les calamines dont le cœur rouge sombre battait au soleil. À chaque pulsation, un nuage de pollen s'élevait, puis retombait sur les feuilles agitées d'un lent tremblement. Distraites, des abeilles vaquaient. Du pied de la falaise s’élevait le bruit doux et rauque des vagues. S’arrêtant, Jacquemort se pencha sur l’étroit rebord qui le séparait du vide. En bas, tout était très loin, à pic, et de l’écume tremblait dans le creux des roches comme une gelée de juillet. Cela sentait l’algue braisée. »

Boris VIAN, L’Arrache-Cœur, 1953

Evolution de l'urbanisation

depuis Urville-Nacqueville jusqu’à Beaumont-Hague.
1965 1965
2014 2014

L’évolution de l’urbanisation s’est faite de manière très modérée uniquement autour des bourgs de la presqu’île, tandis que le périmètre des zones acquises et protégées s’est largement intensifié, jusqu’à suivre tout le linéaire côtier. Aujourd’hui, la majeure partie de l’unité littorale est située en sites inscrits ou classés, et les espaces naturels à enjeux se trouvent déjà dans les périmètres autorisés du Conservatoire du littoral. L’un des objectifs de ce dernier est de poursuivre sa politique d’acquisition dans un contexte foncier marqué par le morcellement parcellaire, de manière à constituer des unités gérables pour assurer leur préservation aux côtés d’acteurs locaux.

Jouer la vidéo

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    - Un paysage fait d’alternances et de variations entre différents paysages côtiers : falaises abruptes, récifs, cordons de galets et anses, baies et criques, plages sableuses

    - Un arrière-pays marqué par la diversité de ses milieux, entre une végétation de landes, un plateau nivelé par de nombreux cours d’eaux et ruisseaux et des parcelles irrégulières de bocage et de pâturage

  • Picto Pano menace

    - Un phénomène de déprise agricole observable, en partie en raison d’un vieillissement de la population agricole et d’exploitations d’agriculture traditionnelle et extensive ne trouvant pas repreneurs

    - Une urbanisation modérée, mais un impact paysager et environnemental très fort de la centrale de retraitement nucléaire à Beaumont-Hague, s’étendant sur plus de 3 km de long et 290 hectares

  • Picto Pano protection

    - Une frange littorale entièrement classée au titre des « sites pittoresques »

    - Une forte présence du Conservatoire du littoral sur toute la bande littorale, avec notamment 4 sites préservés et des secteurs d’intervention couverts par des zones de préemption au titre des Espaces naturels sensibles.

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages