Paysages

Bloc Paysage

COTE ROCHEUSE DES ALBERES

C‘est au sud d’Argelès, au lieu-dit du Racou, que débute le grand plongeon des Pyrénées dans la Méditerranée, interrompant ainsi la longue succession de terres basses, d’étangs et de lagunes du littoral languedocien. Partie la plus orientale du massif, les Albères dessinent ici une côte rocheuse – la côte Vermeille – festonnée de caps et d’anses plus ou moins amples, qui se déroule au-delà de la frontière avec l’Espagne jusqu’à la presqu’île de Cadaqués. Dans les baies les plus propices et les mieux abritées, les petites villes-ports de Collioure, Port-Vendres, Banyuls, Cerbère, accolées à de [...] Lire plus

C‘est au sud d’Argelès, au lieu-dit du Racou, que débute le grand plongeon des Pyrénées dans la Méditerranée, interrompant ainsi la longue succession de terres basses, d’étangs et de lagunes du littoral languedocien. Partie la plus orientale du massif, les Albères dessinent ici une côte rocheuse – la côte Vermeille – festonnée de caps et d’anses plus ou moins amples, qui se déroule au-delà de la frontière avec l’Espagne jusqu’à la presqu’île de Cadaqués. Dans les baies les plus propices et les mieux abritées, les petites villes-ports de Collioure, Port-Vendres, Banyuls, Cerbère, accolées à de grands versants cultivés en terrasses ou couverts de végétation basse, renforcent, chacune avec leur personnalité propre, le caractère remarquable du littoral. Si leurs extensions récentes tendent à grignoter les espaces naturels des caps et à remonter le cours des vallées et les versants les moins raides, les différentes initiatives de protection et d’aménagement engagées par l’État ou les collectivités locales (sites classés, espaces naturels protégés par le Conservatoire du littoral, valorisation de sites et ouverture au public) ont sans doute contribué à conserver l’essentiel de la typicité de la côte rocheuse des Albères, qui demeure aujourd’hui encore bien identifiable et perceptible.

Regards d'artistes

Derwent Lees, Landscape at Collioure, 1910
Londres, Tate Collection.
« Port-Vendres est un petit port, au pied et dans les Pyrénées, car elles l'entourent de partout, ne laissant de vide que la passe qui conduit à la mer ; – c'est un pays pauvre, doux et sauvage. La température y est tiède, quand elle n'y est pas très chaude. Dans le fond de cette crique, avec les montagnes qui nous cernent, qui renvoient la chaleur de leurs pentes au miroir des eaux qui la leur rend, on peut se croire à infuser dans une grande tasse de thé ; — du moins, depuis que j'y suis, je sens ma personne infusée.»

« Port-Vendres est un petit port, au pied et dans les Pyrénées, car elles l'entourent de partout, ne laissant de vide que la passe qui conduit à la mer ; – c'est un pays pauvre, doux et sauvage. La température y est tiède, quand elle n'y est pas très chaude. Dans le fond de cette crique, avec les montagnes qui nous cernent, qui renvoient la chaleur de leurs pentes au miroir des eaux qui la leur rend, on peut se croire à infuser dans une grande tasse de thé ; — du moins, depuis que j'y suis, je sens ma personne infusée.»

Jules Barbey d'Aurevilly, Œuvres de Barbey d'Aurevilly. 13, A. Lemerre, 1879

Evolution de l'urbanisation

de la côte rocheuse des Albères
1965 1965
2014 2014

En 1965, l’urbanisation est concentrée autour des ports et villages historiques de la côte rocheuse (Collioure, Port-Vendres, Banyuls-sur-Mer et Cerbères) et remonte de manière limitée les vallées auxquelles ils sont associés (respectivement le Dui, le Correc del Vall de Pintes, Ribera de Vallauria).
En 2014, les mêmes villes-ports ont au moins doublé leur surface, colonisant les versants les moins raides et les plus proches des collines aux dépens des terres agricoles, des espaces naturels et des falaises. L’urbanisation a remonté plus haut les vallées des principaux cours d’eau et de leurs affluents. Depuis les années 1980, le Conservatoire du littoral est intervenu pour protéger les paysages les plus reconnus de la côte, concentrant son action sur les caps et leurs falaises (Racou, cap Béar, Armen, cap de l’Abeille), ainsi que les petites baies attenantes.

Jouer la vidéo

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • Une belle côte rocheuse essentiellement schisteuse correspondant au versant maritime du massif des Albères

    • Une alternance de caps et de baies plus ou moins évasées

    • De petites villes portuaires et pittoresques inscrites dans les anses les plus larges (Collioure, Port-Vendres, Banyuls-sur-Mer, Cerbère)

    • Un arrière-littoral de grands versants (de 200 à 500 m au-dessus de la mer) couverts de vignes cultivées en terrasses, de végétation « naturelle » rase de maquis ou de garrigue

    • Un réseau dense de vallées profondes et de petits vallons

    • Un patrimoine défensif et militaire remarquable (fortifications, batteries, etc.)

  • Picto Pano menace

    • Une concentration de la pression urbaine et des infrastructures sur le littoral et dans les vallées proches des villes-ports

    • Une fréquentation touristique estivale importante, induisant l’artificialisation de la bande côtière en général, un étalement urbain qui peut localement diffuser jusqu’au au plus près des caps et des falaises en particulier

  • Picto Pano protection

    • 6 espaces naturels protégés par le Conservatoire du littoral, 10 sites classés au titre de la loi de 1930, une réserve naturelle marine (RN de Banyuls-Cerbère), un parc naturel marin (golfe du Lion)

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages