Paysages

DUNES ET ETANGS LANDAIS

Depuis le bassin d’Arcachon au nord jusqu’à Vieux-Boucau-les-Bains au sud, le paysage, héritage des grands travaux de plantation de pins qui ont permis d’assécher ces terres sableuses et humides au XIXe siècle, a été profondément marqué par la ligne de l’immense plage bordée par un massif dunaire fixé par l’Homme, derrière lequel s’étend la forêt landaise. Bien que toutes deux constituées en grande partie de pins maritimes, la forêt côtière se distingue de la forêt de production : implantée sur le relief dunaire et sculptée par le vent et le sable, la première piège le sable et constitue un [...] Lire plus

Depuis le bassin d’Arcachon au nord jusqu’à Vieux-Boucau-les-Bains au sud, le paysage, héritage des grands travaux de plantation de pins qui ont permis d’assécher ces terres sableuses et humides au XIXe siècle, a été profondément marqué par la ligne de l’immense plage bordée par un massif dunaire fixé par l’Homme, derrière lequel s’étend la forêt landaise. Bien que toutes deux constituées en grande partie de pins maritimes, la forêt côtière se distingue de la forêt de production : implantée sur le relief dunaire et sculptée par le vent et le sable, la première piège le sable et constitue un rempart de protection ; la seconde, souvent qualifiée de monotone malgré la variété de sa hauteur et de sa densité en fonction de l’âge des pins, s’étend à perte de vue sur un relief relativement plat. Au nord, le relief dunaire a fait barrage aux eaux de ruissellement qui se sont concentrées dans les lacs et les étangs. Le canal des Landes relie les étangs de Cazaux-Sanguinet et de Biscarosse-Parentis entre eux, et au bassin d’Arcachon. Au sud, les eaux traversent les reliefs de sable sous la forme de quatre courants : courant de Sainte-Eulalie, courant d’Aureilhan, courant de Contis et courant d’Huchet. La trilogie « océan-forêt-étangs » a construit la réputation de la Côte d'Argent et explique l'attractivité touristique dont elle fait l'objet. Pour empêcher le développement de l'urbanisation anarchique qui aurait pu en être la dommageable conséquence, un plan d’aménagement d’envergure régionale considérant le littoral comme un vaste ensemble d’espaces naturels a été mis en place dans les années 1970. Il protège l’ensemble de la forêt littorale devenue la pièce maîtresse de l'attractivité du paysage maritime aquitain.

Regards d'artistes

Louis-Augustin Auguin, Le Calme, 1885
« J'ai vu toutes ces merveilles ; mais pour dresser ma tente, je choisirais les Landes. Je les choisirais avec la conviction profonde que si je faisais ce choix, ce serait en m'affranchissant de l'attirance vulgaire du pays natal ou de ses alentours. Je choisirais les Landes, peut-être pas pour demeurer toute une année sous cette même tente, mais parce que je ne sais aucun autre pays parmi tous ceux que j'ai parcourus où je pourrais plus librement voyager non loin de mon dernier foyer avec, à ma porte, autant de variété et de joie dans la triple contemplation de la plaine, de la mer et des [...] Lire plus

« J'ai vu toutes ces merveilles ; mais pour dresser ma tente, je choisirais les Landes.
Je les choisirais avec la conviction profonde que si je faisais ce choix, ce serait en m'affranchissant de l'attirance vulgaire du pays natal ou de ses alentours. Je choisirais les Landes, peut-être pas pour demeurer toute une année sous cette même tente, mais parce que je ne sais aucun autre pays parmi tous ceux que j'ai parcourus où je pourrais plus librement voyager non loin de mon dernier foyer avec, à ma porte, autant de variété et de joie dans la triple contemplation de la plaine, de la mer et des monts. Région complète, parce que le penseur y retrouve partout l'océan sur les cimes ondulées de l'immense forêt, sur la crête écumante des vagues ou sur les proches sommets pyrénéens figés dans l'éternité des marbres. Région heureuse, parce qu'elle a pour elle une saine richesse qui n'est pas faite de clinquant et parce que le philosophe et l'artiste peuvent trouver dans ce triptyque de quoi faire vibrer toute leur âme selon le cycle des saisons : en été, la montagne et la mer; en hiver, la mer encore ; au printemps et à l'automne, la plaine, mais la plaine parée de tous les mystères du renouveau ou du déclin, en la poésie des étangs cachés par la pignada sauvage... »

Maurice Martin, La côte d'argent, Sur le littoral de Gascogne, 2e Edition, G. Gounouilhou, Bordeaux, 1906.

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • Une côte sableuse rectiligne et une dune bordière ponctuée de cinq stations balnéaires

    • Une frange forestière littorale stabilisant une succession parallèle de cordons dunaires, traversée par des courants

    • De vastes étangs en chapelet et une forêt qui s’étend à perte de vue sur le plateau landais

  • Picto Pano menace

    • Une érosion côtière considérable (recul moyen du trait de côte de 2 m/an) et des risques d’incendie


    • Une pression urbaine contenue autour des pôles urbains existants et s’accroissant au nord du fait de l’attractivité de Bordeaux  et d’Arcachon

  • Picto Pano protection

    • Un site acquis par le Conservatoire du littoral (courant de Sainte-Eulalie)

    • 3 sites classés au titre de la loi de 1930 (courant d’Huchet et ses rives, étang de Léon, étang d’Aureilhan et ses abords)

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages