DUNES DE BIVILLE

Le massif dunaire de Biville se présente comme une mosaïque de dunes et de petits plans d’eau. Ces nombreuses dépressions s’inondent temporairement chaque hiver. Ce phénomène est lié à une remontée du niveau de la nappe phréatique, mais aussi à la pluviométrie. C’est ce qui va contribuer au développement d’une végétation herbacée ou buissonnante de teinte sombre qui contraste fortement avec la teinte claire ou grisâtre des pelouses dunaires environnantes.

Larges d’environ 500 mètres au nord et au sud du site, les dunes s’étendent jusqu’à plus de 2 kilomètres sur la commune de Vasteville. Autre élément remarquable du paysage, la présence d’une pinède autrefois plantée sur la commune de Vasteville, dont la hauteur contraste avec l’ensemble de la dune, est l’empreinte de l’homme sur ce milieu. Au nord, sur la commune de Vauville, se situe la réserve naturelle nationale de la « Mare de Vauville ». Se trouvent également quelques parcelles bocagères (prairies ou cultures) situées sur le plateau, en périphérie du massif. Le massif est traversé par deux cours d’eau principaux. Le Grand Douet marque la limite de la dune le long de la commune de Vasteville et se jette dans la mer au niveau de la commune d’Héauville. Le Petit Douet n’est présent qu’en très petite partie sur Siouville-Hague.

Flore

La diversité des milieux du massif dunaire est propice au développement d’une flore exceptionnelle, particulièrement dans les dunes fixées, mais également dans les dunes mobiles ou au sein des dépressions humides. Parmi ces espèces, se trouvent la Sagine noueuse, la Littorelle uniflore, l’Oeillet  des dunes, le Chou marin, l’Epilobe des marais… La présence de la Véronique en épis, en grande concentration sur les pelouses dunaires, est la particularité du site. Il s’agit d’une petite plante qui se reconnait à sa floraison en épis bleu violet de juillet à octobre. 

 

Faune

En ce qui concerne l’avifaune, les dunes attirent deux espèces régulières : le Pipit farlouse et l’Alouette des champs, mais il est possible d’observer l’Accenteur mouchet ou le Tarier pâtre dans les buissons. La plage est le lieu de nidification privilégié par les Gravelots. La présence des dépressions humides favorise la nidification et le passage en migrationdu Phragmite des joncset de la Rousserolle effarvatte, ainsi que l’accueil d’anatidés en hiver ou de limicoles en fin d’été.

Mais le plus grand intérêt des dépressions humides réside surtout dans le fait qu’elles hébergent presque la totalité des espèces d’amphibiens présentes en Basse-Normandie, soit 14 espèces, toutes protégées : Triton crêté, Triton marbré, Crapaud accoucheur, Crapaud calamite, Rainette verte…

Les terrains acquis par le Conservatoire du littoral ou les terrains communaux sous convention de gestion sont remis en gestion au Syndicat mixte des espaces littoraux de la Manche (SyMEL). Un garde du littoral est affecté à ce site. Il a notamment en charge le gardiennage, l'entretien et le suivi scientifique, ainsi que les relations avec les usagers locaux. (http://www.symel.fr/)

Les dunes de Biville disposent de mesures de préservation depuis 2005, date à laquelle fut rédigé le 1er plan de gestion. Il s’agit d’un document cadre, un guide, donnant les orientations d’aménagement et de gestion pour protéger ce site naturel. L'objectif de gestion de ce site est de maintenir une mosaïque de milieux au sein du massif : pelouses rases, prairies dunaires, fourrés, zones humides…

Avec l’abandon de l’activité pastorale au début de la seconde moitié du XXème siècle, les fourrés tendent lentement à coloniser les milieux humides, au détriment d’une flore spécifique rase  souvent rare.

La majorité des mares a tendance à évoluer naturellement par comblement ou par assèchement. Pour compenser, des mesures de gestion douces sont alors nécessaires pour préserver la richesse écologique : débroussaillage, recreusement, pâturage… Ainsi, entre 2009 et 2013, des travaux ont été menés sur une douzaine de dépressions humides de Biville et Héauville pour les entretenir ou les restaurer.

Ainsi, a été mis en place un programme MARE (Milieu où les Amphibiens se Reproduisent Effectivement), au niveau national, en 2006, mis en place par le Muséum National d’Histoire Naturelle. Il a pour but de suivre sur le long terme les populations d’amphibiens, afin de vérifier leurs tendances évolutives. Ce programme est actuellement mis en place sur le massif dunaire de Biville (3 passages par campagne tous les 2 ans). Pour l’instant, les 3 premières années de suivi montrent une tendance générale (Manche) à la baisse, avec une régression des sites de reproduction de 70% des espèces, les espèces communes étant souvent les plus affectées.

Au printemps 2012, un nouvel enclos de pâturage a été mis en place au sud du Calvaire des dunes, afin de restaurer et d’entretenir par l’abroutissement d’animaux les secteurs de pelouses et de prairies dunaires en contenant les fourrés. Les modalités de pâturage dans cet enclos sont définies par une convention entre la commune, le Conservatoire du littoral, le SyMEL et l’exploitante de Biville. C’est donc un troupeau de 5 à 30 moutons, complété par 15 chèvres qui entretiennent ce milieu naturel.

En novembre 2013, les propriétés du Conservatoire sur le site des dunes de Biville se sont agrandies avec l’affectation au Conservatoire du littoral de 320 hectares  de terrains militaires par le Ministère de la Défense, sur les communes de Vasteville et Héauville. .

Par ailleurs, le site est aussi inclus dans le périmètre Natura 2000 s’intitulant « Massif dunaire de Héauville à Vauville » du fait de ses habitats (milieux naturels) et espèces d’intérêt européen. (http://littoral-normand.n2000.fr/les-sites-littoraux-normands/sic-massif-dunaire-de-heauville-vauville)  Il est ainsi doté d’un document de gestion, appelé Document d’Objectifs, qui fut validé en février 2001. Par la suite, en mars 2006, les dunes de Biville furent également intégrées à un second site Natura 2000 désigné pour les oiseaux « Landes et dunes de la Hague ».

Le massif dunaire de Biville (707 hectares sur 8 kilomètres de longueur) a été formé par l’action conjointe de la mer et du vent entre -20 000 et -5 000 ans. Il doit son originalité à son relief constitué de dunes perchées culminant à 114 mètres au-dessus du niveau de la mer. Malgré son nom, les dunes de Biville s’étendent en réalité sur les communes de Biville, Vasteville, Héauville et Siouville-Hague.

Une végétation spécifique, mais fragile, s’y est implantée. La présence de terrains d’entraînement militaire a longtemps placé les dunes à l’abri de toute construction ou activité. Cependant, la fréquentation touristique croissante, liée à l’accès à la plage en été, et le développement des loisirs [SV1] sportifs de nature (randonnée, raids, course d’orientation…), rendent nécessaires la surveillance et l’entretien de la dune tout au long de l’année, afin de conserver ces paysages et cette biodiversité.

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : BIVILLE (50) , HEAUVILLE (50) , SIOUVILLE-HAGUE (50) , VASTEVILLE (50)

Surface protégée : 341.38 hectares

Protégé depuis : 1993

Nombre d'actes d'acquisition signés : 4

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

symel

Les partenaires

natura 2000

Les sites à proximité

Faire un don