DUNES DU CAP FERRET

Cap, pointe, presqu’île, des mots évocateurs de grands espaces et ceux-ci ne manquent pas quand on parcourt le site. Les dunes offrent un paysage remarquable face au Banc d'Arguin, aux passes du Bassin, à la Dune du Pilat et à l’Atlantique.

Le Cap-Ferret est une flèche sableuse, qui alimentée par la dérive littorale nord-sud due aux courants côtiers, tend à fermer le Bassin d'Arcachon. Le site, partie intégrante du système dunaire de la côte Aquitaine, est soumis à une forte érosion marine et éolienne. Érosion marine, plus particulière à la Pointe de part le phénomène cyclique d'ouverture des passes du Bassin d'Arcachon.

La restauration du cordon dunaire réalisée par le Conservatoire du littoral a amené une importante évolution du paysage qui est passé de dunes blanches menaçantes à des dunes végétalisées d'une apparente stabilité.

La flore

En 1980 les dunes étaient à blanc : l'érosion éolienne, une forte fréquentation et le manque d'entretien du site avaient provoqué une dégradation de la végétation très importante. La restauration dunaire a permis de retrouver les cortèges végétaux typiques.

Le Gaillet des sables et l'Epervière laineuse, espèces endémiques du littoral atlantique ont été observées. Les milieux liés aux dunes mobiles présentent un grand intérêt, avec la présence de la Linaire à feuilles de thym et  la Silène de Thore. Enfin, dans la petite zone humide de la Pointe, pousse l’Orchidée helleborine des marais.

La faune

La restauration de la végétation a régénéré des milieux que les mammifères lapins, sangliers, renards, ont rapidement colonisés.

Une étude entomologique a recensé 290 espèces dont le rhinocéros aux envols spectaculaires en juin, l'impressionnante scolie des jardins, la mouche rapace ou la punaise réduve.

La Pointe du Cap Ferret est un lieu de passage réputé pour les oiseaux migrateurs qui descendent vers le sud à l’approche de l’hiver.

Il existait à Lège une tradition de fuite devant les dunes de sable. Au XVIème siècle, le village est déplacé trois fois. La fixation des dunes par ensemencement ne débute réellement qu'en 1819. Après les affres de l'ensablement, c'est l'érosion marine qui, en 1898, détruit le sémaphore.
En 1975, les dunes laissées sans entretien depuis plusieurs décennies et sujettes à une importante fréquentation sont très dégradées. Certaines maisons sont déjà ensevelies. L'acquisition du site par le Conservatoire du littoral débute en 1980. Un vaste chantier de restauration du milieu naturel a lieu de 1989 à 1996. Après le désensablage des rues et de certaines maisons voisines, la restauration des dunes privilégie la plantation d'oyat, les couvertures de genêts, la pose de brise vent et la reconstitution de la frange forestière. Le succès de cette réhabilitation dépend de la gestion de la fréquentation humaine : sur près de 6 km, 12 traversées ainsi qu'un sentier piéton en arrière dune, accompagné d'un parcours d'interprétation posé en 2001, sont aménagés afin de canaliser les touristes qui veulent rejoindre les plages.
Le parcours d'interprétation, réalisé par Benoît Lafosse, ponctue un sentier pédestre nord-sud de 6 kms en arrière-dune. Cet abécédaire des dunes, de « A » comme Algues à « Z » comme Zostères rend la balade ludique et pédagogique en élargissant le vaste horizon naturel par des informations concrètes ou poétiques sur l’environnement.
En 2016 un arrêté préfectoral a fermé l’accès de la Pointe en raison du risque d’effondrement de la plage. Un nouveau sentier avec vue imprenable sur les passes et la dune du Pilat a été créé pour rejoindre l’océan depuis le parking de la Pointe.
La gestion du site (entretien dunaire et surveillance) est confiée à la commune et c’est l'ONF qui assure le suivi technique.

Le Cap-Ferret demeura longtemps un lieu inhabité où vivaient seulement des chevaux sauvages. En 1732, Masse ne rencontre au Cap que des dunes d'une blancheur éblouissante sans aucun point fixe qu'il considère comme un "invincible ennemi" et des bergers "dont la situation était pire que celle de l'homme des premiers âges"...

Les passes du Bassin d'Arcachon, dangereuses, sont la cause de nombreux naufrages (parfois "aidés"). Nul ne sait qui a élevé la croix à la Pointe, ni pourquoi (elle apparaît sur une carte de 1872), mais elle est devenue la croix de tous ceux péris en mer, "La Croix des Marins". L’originale de cette croix est maintenant dressée devant l’Eglise Notre Dame des Flots du Cap-Ferret.

Le Cap ne se peuple véritablement que dans les années 1880 avec l'essor de l'ostréiculture et la construction des premières cabanes. La presqu'île commence à être fréquentée au début du XXème siècle, lors du développement de la station balnéaire d'Arcachon. Puis l’urbanisation progresse tout au long du siècle.

Actuellement l'intérêt paysager de la Pointe du Cap-Ferret suscite un attrait touristique important. Et la forte fréquentation des plages est constante tout au long de l'année.

    Dépliant Dunes du Cap Ferret - L'abécédaire des dunes                                   

 

 

Un arrêté préfectoral ferme l’accès à la plage de la Pointe et un panneau indique le nouvel accès à l’océan.

 

Carte d'identité du site

Commune(s) : LEGE-CAP-FERRET (33)

Surface protégée : 257.2 hectares

Protégé depuis : 1980

Nombre d'actes d'acquisition signés : 4

Balade Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

Les sites à proximité

Faire un don