ETANG DE COUSSEAU

Le site offre un paysage diversifié puisqu'il renferme les principaux milieux naturels que l'on peut rencontrer dans les Landes de Gascogne : la forêt, les dunes et les marais.

L'Etang de Cousseau s'inscrit dans le chapelet d'étangs littoraux compris entre l'estuaire de la Gironde et les falaises de la Côte basque. En effet, il y a environ 3000 ans, le sable accumulé en haut de plage a été rejeté par le vent vers l'intérieur des terres formant des dunes paraboliques. Ces dunes ont empêché que les rivières drainant les Landes de Gascogne, rejettent leurs eaux en mer. Il s'est alors formé une série de plans d'eau parallèle au rivage et séparée de l'Océan par un cordon dunaire.

En quittant la route, le promeneur suit les chemins forestiers qui convergent vers une clairière où un observatoire offre une perspective sur l'étang et ses deux rives : l'une, occidentale, correspond à un paysage fermé avec un abrupt dunaire boisé. L'autre, orientale, s'ouvre sur le marais.

Les différents milieux et leur flore

Sur les dunes boisées sèches, le pin maritime domine dans les peuplements forestiers à l'exclusion des secteurs de fortes pentes non-exploitables où des feuillus parmi lesquels les chênes verts et pédonculés, les arbousiers et les grands houx prennent le dessus.

Entre les dunes, des dépressions renferment de petites zones humides qui prennent ici le nom de « barins ». Selon leur stade d'assèchement, une végétation caractéristique s'y développe. Les saules sont peu à peu remplacés par des bouleaux alors que la végétation du sous bois se compose de carex, d'osmonde royale, ou de phragmites jusqu'à l'envahissement par la molinie.

L'étang d'environ 50 hectares est entouré de phragmites, de massettes et d'iris dans les anses abritées. Il y a également de belles étendues de nénuphars blancs et jaunes auxquels sont mêlés des potamots.

Le marais de Talaris de 500 hectares associe cladium, myrte des marais, saule cendré, molinie, rossolis à feuille intermédiaire...

La faune

Le site de l'Etang de Cousseau, espace protégé, sert de refuge à la faune, notamment à certaines espèces qui tendent à se raréfier ailleurs en même temps que disparaissent leurs biotopes. On peut rencontrer une tortue, la cistude d'Europe, la coronelle girondine couleuvre des endroits secs ou la couleuvre vipérine adepte de la nage qui partage l'étang avec les perches et les brochets. Elle aussi nageuse, la loutre chasse la nuit comme la genette qui fréquente la dune boisée.

L'étang de Cousseau est situé sur un couloir de migration, passage privilégié des oiseaux migrateurs. On peut y observer de ce fait une grande diversité d'espèces. Chez les rapaces, le circaète Jean-le-blanc, chasseur de serpents, côtoie la bondrée apivore friande de larves de guêpes en particulier. La rousserolle effarvatte, le troglodyte mignon et le râle d'eau notamment peuplent le marais. La grue cendrée est une habituée du site où elle vient hiverner.

Depuis son classement en Réserve Naturelle en 1976, le site fait l'objet de recherches scientifiques. Le gestionnaire, la SEPANSO (Société pour l'Etude, la Protection et l'Aménagement de la Nature dans le Sud Ouest) a remis le marais en pâture pour préserver la richesse de la flore menacée par le développement du cladium et du saule. Une race rustique régionale, la vache marine, pâture librement sur le site. Les travaux de réouverture des marais sont réalisés pour retrouver une alimentation suffisante en eau et une variation saisonnière normale du niveau d'eau. Sur les terrains environnant la Réserve Naturelle, l'Office National des Forêts concilie exploitation du bois, préservation du paysage forestier et richesse biologique en privilégiant une diversité des essences. Des aménagements pour l'accueil du public ont été créés par l'ONF et le Conseil Général. Le Conservatoire du littoral intervient pour assurer une maîtrise publique des terrains dans la réserve et sa périphérie, en particulier dans les dunes boisées, afin de mener une gestion forestière respectueuse du paysage et de la diversité faunistique et floristique.

Jusqu'à la fin du XVIIIème siècle, le secteur était constitué de landes rases, inondées en hiver où les bergers laissaient paître librement leurs troupeaux de moutons et empêchaient le développement d'arbustes par l'écobuage. Début XIXème, l'Etat entreprend des travaux et fait semer des graines de pins maritimes. C'est la naissance de la forêt de pins des Landes de Gascogne. La pinède fût alors exploitée pour le bois bien sûr, mais aussi pour la gemme, c'est à dire la résine. Le gemmage pourrait doucement se réinstaller sur le site, offrant au public la découverte de ces usages ancestraux. Il existe encore dans la réserve une minuscule cabane de gemmeur. Le marais de Talaris quant à lui était une prairie permanente humide pâturée en été par des vaches. Plus récemment, dans les années 70, la pratique du ski nautique sur l'étang perturbait considérablement la quiétude du site. Le classement en Réserve Naturelle Nationale a permis à la faune de reprendre possession des lieux.

Carte d'identité du site

Commune(s) : LACANAU (33)

Surface protégée : 184.83 hectares

Protégé depuis : 1996

Nombre d'actes d'acquisition signés : 2

Balade Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

Sepanso CG Gironde RN Cousseau

Faire un don