LA CROIX DES GARDES

Le massif de la Croix-des-Gardes offre un panorama exceptionnel sur la baie de Cannes, les îles de Lérins, l’Esterel et les Préalpes d’Azur. Cet espace naturel, enclavé dans une zone très urbanisée, a été cédé au Conservatoire du littoral par la ville de Cannes afin d’en assurer sa protection définitive.

En situation de corniche, les terrains aujourd’hui protégés avaient une vocation essentiellement agricole (et horticole avec la culture du mimosa). La déprise agricole a engendré un développement anarchique du mimosa (accacia déalbata), porte greffe des espèces de mimosa ornementales. La quasi-totalité du site est aujourd’hui recouverte d’un taillis de mimosas, ce qui augmente considérablement le caractère inflammable du couvert végétal, et réduit drastiquement la biodiversité.

La partie Est du site présente des fasciés plus naturels autour du Vallon de Roquebillière

Maîtriser l’invasion du Mimosa constitue donc ici l’axe principal de gestion écologique. Cela se traduit par deux actions principales : d’une part, sur la majeure partie du site, des opérations de coupe des repousses de Mimosa sauvage et de plantation d’autres espèces forestières ; d’autre part, la remise en culture de friches avec la plantation d’une mimosée à vocation pédagogique, qui permet la restauration d’une activité agricole traditionnelle faisant partie du patrimoine culturel local.

La faune

Sur la quarantaine d’espèces d’oiseaux identifiées sur le site, en dehors des espèces communément observées dans les bois et les parcs urbains, on trouve des espèces plus remarquables telles que le Hibou petit duc, la Huppe fasciée, la Bécasse des bois, la Pie-grièche écorcheur, le Loriot d’Europe ou encore le Faucon crécerelle. Mais la faune se compose également de nombreux reptiles (Couleuvre de Montpellier, Couleuvre à échelons, Vipère aspic[BR1] , Tarente de Mauritanie), petits mammifères et insectes.

Depuis peu, le sanglier s’est réinstallé, et pose de nombreux problèmes sur les propriétés riveraines notamment

La flore

Sa végétation est caractéristique de celle de la Provence cristalline (Chênes-lièges, Pins parasols et maquis) mais envahie par les Mimosas et, dans une moindre mesure, par les Eucalyptus.

Le vallon et le rocher de Roquebillière bénéficient d’un arrêté de Biotope depuis 1996 car on y trouve des espèces rares et patrimoniales comme l’Isoète de Durieu et l’Asplenium obovatum subsp, une fougère rare qui n’est connue dans le département qu’à cet endroit ainsi que dans les massifs du San Peyre et de l’Estérel.

D’autres espèces rares ont été recensées sur le site comme le Cassier (autrefois cultivé pour son parfum et devenu très rare aujourd’hui), l’Orchis odorant ou encore diverses espèces de Carex.

Anciennement propriétaire du site, la ville de Cannes en assure désormais la gestion depuis plus de 10 ans. Un plan de gestion, réalisé en 2002, fixe les objectifs suivants, à atteindre sur le long terme :

-          Garantir la protection du site contre une fréquentation touristique excessive et les risques d’incendies (mise en place de sentiers de découverte à la fois pour sensibiliser les visiteurs aux richesses du site mais également pour éviter leur dispersion sur des milieux plus fragiles ; mise en place d’aires de stationnement pour éviter un stationnement anarchique sur le site ; coupe de Mimosas sauvages hautement inflammables pour lutter contre le risque incendie etc.) ;

-          Mettre en place une gestion écologique et paysagère qui renforce le caractère naturel des lieux ;

-          Concilier protection et usages locaux actuels ou futurs (réhabilitation d’une parcelle vouée à la culture du Mimosa afin de faire revivre une activité traditionnelle ancrée dans les mémoires des habitants sur le site tout en retirant partout ailleurs les repousses de Mimosa sauvage).

Pour mieux comprendre l’appellation Croix des Gardes, il faut revenir au règne de François 1er, car, en 1525, c’est lui qui installa à cet endroit, une garnison de Gardes suisses qui servaient dans l’Armée Royale. De là-haut, ils étaient fort bien placés pour surveiller la mer et les possibles invasions ennemies.

Le Mimosa peut être considéré comme un patrimoine historique du site puisque le 1er Mimosa de la Côte d’Azur a été planté à la Croix des Gardes par Lord Brougham, alors propriétaire des lieux, en 1864. Et c’est aussi là qu’ont été installées les 1ères mimosées vers 1880. En témoignent les anciennes terrasses de culture et fermes de mimosistes encore visibles sur le site.

En 1925, la ville de Cannes rachète 33 ha dans le but d’y établir un parc pour ses habitants. Classé en zone naturelle inconstructible et en espace boisé en 1989 par la ville, le site est provisoirement protégé contre une urbanisation. Mais pour le protéger définitivement, la ville décide de céder au Conservatoire du littoral les terrains qu’elle a rachetés en 2000. Depuis, ce dernier a continué la politique d’acquisition foncière engagée par la ville, portant à près de 60 ha l’ensemble définitivement protégé.

Le site est ouvert toute l’année, l’interdiction de fumer ou d’utiliser du feu est elle aussi permanente.

20 km de sentiers balisés sont accessibles, dont le Sentier des Belvédères, un sentier de découverte de la faune et de la flore du site par le biais de panneaux d’informations.

Possibilité d’effectuer une visite guidée par le garde du littoral pour les groupes (minimum 8 personnes), sur RDV. Pour les groupes, une autorisation préalable (délivrée par le garde du littoral) à la venue sur site est obligatoire.

Informations et réservations au 06 15 51 28 27

 

Pour plus de renseignements :

Ville de Cannes 

http://www.cannes.com/fr/cadre-de-vie/patrimoine/naturel-et-historique/la-croix-des-gardes.html

Tél : Service des espaces verts : 04 89 82 24 40

 


Carte d'identité du site

Commune(s) : CANNES (06) , CANNES (06)

Surface protégée : 60.1 hectares

Protégé depuis : 2000

Nombre d'actes d'acquisition signés : 9

Site internet : Ville de Cannes

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don