ILE AUX OISEAUX

Un milieu naturel au ras de l’eau, un caractère sauvage, une identité culturelle et paysagère très marquée par ses célèbres cabanes « tchanquées », ainsi apparaît l’Île aux Oiseaux, cette île au milieu du Bassin d’Arcachon qui occupe une place si particulière dans l’imaginaire des visiteurs et dans le cœur des habitants du Bassin.

Son accès est difficile, lié à l’insularité, au milieu sablo-vaseux et au jeu des marées pouvant se refermer sur le visiteur. Mieux vaut l’observer depuis un bateau en la contournant ou la découvrir depuis la cabane tchanquée aux volets blancs lors des jours de visite.

Ce territoire insulaire oscille entre 1700 hectares à marée basse et seulement 100 lors des pleines mers. Il est composé de marais maritimes, la slikke (vasière inondée deux fois par jour) et le schorre (pré salé recouvert uniquement lors de pleines mers à fort coefficient). Par leur diversité végétale et faunistique, ils sont biologiquement très riches. Sur la partie non soumise au mouvement des marais, reste une pinède fragilisée par les tempêtes.

L’île est parcourue par les esteys. Ces petits cours d’eau structurent la zone de transition terre-eau.

Les cabanes, éléments forts de ce paysage plat (l’île « culmine » à 5,74 m !) constituent des repères visuels. Elles sont regroupées en cinq quartiers : Port de l’Île, Afrique, Îlot, Truc Vert et Saous. L’Île est particulièrement sensible à l’élévation du niveau de la mer.

Des petits ponts et des quais, face aux cabanes, complètent le paysage.

A l’interface entre terre et mer, les zones humides de l’Île aux Oiseaux sont riches d’un patrimoine naturel exceptionnel. L’intérêt du site réside dans l’intérêt écologique du passage continu des écosystèmes maritimes aux écosystèmes terrestres.

Le toponyme du site montre bien son rôle essentiel dans l’accueil des oiseaux (nicheurs, migrateurs, hivernants ou sédentaire). Les vasières et prés salés constituent un vaste garde-manger d’autant plus recommandable qu’il est insulaire !

Depuis 2005 la commune de La Teste de Buch est gestionnaire du site. Un garde du littoral est attaché à son bon fonctionnement.

Un plan de gestion vient d’être réalisé en concertation avec les acteurs du site. Il a pour vocation de déterminer des objectifs de gestion consensuels et d’aboutir à un plan opérationnel efficace et partagé, pour assurer la préservation et l’amélioration de l’équilibre et de la qualité de l’ile :

· Disposer d'une connaissance suffisante et renouvelée

.  Maintenir une présence humaine compatible avec la conservation du patrimoine naturel, architectural et paysager et garante de sa qualité

· Préserver l’identité de l’île

. Garantir le respect de l’ensemble des réglementations sur le site

Téléchargez le plan de gestion du Site de l'Ile aux Oiseaux

L’île serait issue d’un ancien banc de sable, détaché durant le Moyen-âge de la côte sud du Bassin. Dans l’axe de l’embouchure de la Leyre, va peu à peu se former une île qui sera définitivement coupée des dunes boisées d’Arcachon au XVIIème siècle.

Elle devient un lieu de pacage, de pêche et de chasse  pour les habitants des paroisses du Bassin et fait partie des terres des captals de Buch. La tempête de 1882 qui décime les troupeaux met fin à l’activité de pacage.

L’île est intégrée au Domaine Public en 1827. L’ostréiculture s’y installe entre 1849 et 1857 et des premières cabanes à usage professionnel se construisent. Au XXème siècle, la motorisation des pinasses permettant le travail à la journée transforme progressivement l’usage des cabanes pour la chasse et les loisirs. Un arrêté préfectoral  de 1967  autorise l’attribution de ces cabanes à des non professionnels. Peu à peu l’île devient un lieu dédié à la chasse, la pêche, la promenade et les loisirs.

En 1925, l’Etat a vendu les 44 hectares du domaine terrestre (partie exondée). Cette propriété privée (SCI de l’Île aux Oiseaux) comporte 11 cabanes et existe toujours.

En 2005, l’Etat remet en gestion au Conservatoire du littoral, pour 30 ans, 219 ha du Domaine Public Maritime de l’Ile aux Oiseaux. Sur les 139 ha émergés, sont implantées 40 cabanes (plus les deux célèbres « tchanquées », les pieds dans l’eau dès que la marée remonte), 41 lacs de tonne et 15 pantes (espace ouvert pour la chasse à l’alouette).

Les cabanes, devenues cabanes de loisir, font l’objet d’une Autorisation d’Occupation Temporaire (AOT), délivrée par le Conservatoire selon une procédure  d’attribution. Cette attribution, pour 7 ans, évite les dérives de la transmission privilégiant la famille ou les proches, contraire au droit maritime et au droit en général concernant le Domaine Public. L’ « Aotiste » est seulement occupant, pas propriétaire !

En 2008, le site a été classé.

  Voir l'image en grand

Carte d'identité du site

Commune(s) : LA TESTE-DE-BUCH (33)

Surface protégée : 218.62 hectares

Protégé depuis : 2004

Nombre d'actes d'acquisition signés : 1

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

Faire un don