ETANG DU PONT DE FER

Description

L’étang du Pont de Fer est une zone humide remarquable, installée au cœur d’un boisement qui la préserve de toute agression anthropique trop forte et qui en fait un havre de paix notamment pour l’avifaune. Ce site naturel a la particularité administrative d’être sur deux communes littorales Assérac et Camoël, deux départements Loire-Atlantique et Morbihan, et deux régions Pays de la Loire et Bretagne.

Cet espace est constitué d’un plan d’eau de 40 hectares qui est entouré d’un boisement composé de chênes, saules et pins. Cette étendue d’eau est une création artificielle de 1760, date de l’endigage d’une vallée ; ce plan d’eau de barrage était alors dédié à la pisciculture 

A l’instar du lac de Grandlieu, on retrouve ici quelques ilots flottants de végétation où on reconnait de majestueuses silhouettes d’aulnes et de saules.

Les qualités écologiques et paysagères de ce site font qu’il représente un patrimoine naturel remarquable reconnu par le réseau Natura 2000, ce site est aussi classé en Réserve Naturelle inter Régionale.

Faune et flore

La végétation aquatique est  bien développée sur cet espace où on aborde différents types de zones humides : plan d’eau, marais et landes atlantiques. Cette diversité de milieux est propice à la présence d’une biodiversité très riche.

Une grande roselière est présente au Nord du site et on retrouve sur l’ensemble des rives et des îlots des aulnes et des saules. A partir du mois de mai, il est agréable de voir ce plan d'eau se couvrir de fleurs de nénuphar jaune.

Coté faune, on peut observer à l’instar d’autres zones humides des oiseaux tel que le martin pêcheur, on retrouve aussi beaucoup de canards et d’amphibiens. 

Gestion

La gestion quotidienne du site est assurée par le Conseil Général de Loire-Atlantique et l'association des Amis du Pont de Fer. Le financement est assuré par le Conseil Général de Loire-Atlantique avec le soutien des régions Pays de Loire et Bretagne.

Le plan de gestion rédigé en 2007, et en cours de révision, prévoit les objectifs suivants :

-          maintenir, voire améliorer la diversité et la complémentarité de l'intérêt des habitats naturels de l'étang traditionnel et ses rives ;

-          poursuivre et amplifier les expertises scientifiques et assurer le suivi scientifique et administratif du site au sein de sa région naturelle.

Historique

La digue créée autour de 1760 est composée de pierres. Elle a fait usage de route pendant longtemps.

L’étang est répertorié à la fois sur la carte de Cassini du XVIIIe siècle et aussi sur le cadastre napoléonien réalisé en 1825.

Malgré le peu d’informations qui existent, il est acquis qu’une pêcherie existait sur ce lieu avant le XXe siècle et que l’étang était utilisé à des fins piscicoles.

Jusqu’au XXe siècle, les riverains des villages alentours venaient faucher le roseau pour réaliser les toits de chaume.

Des informations plus récentes indiquent qu’avant les années 90 cette étendue d’eau était vidangée tous les 3 ou 4 ans. Puis, à cause d’une vanne de vidange défectueuse, cette pratique a cessé, créant de facto un déséquilibre écologique : l’étang tend à s’atterrir car la matière organique ne s’y minéralise pas et tend à se déposer sur le fond de la zone humide. L’objet de la gestion que propose le Conservatoire est justement basé sur le retour à des pratiques ancestrales qui permettraient de maintenir l’étang, d’origine humaine, mais qui propose aujourd’hui des habitats naturels de très grande valeur et d’importance non remise en cause.

Pratique

Un projet d’ouverture du site via un observatoire est prévu. A terme, il permettra au public d’admirer la beauté de ce site tout en minimisant l’impact de la fréquentation. 

Carte d'identité du site

Commune(s) : ASSERAC (44)

Surface protégée : 50.14 hectares

Protégé depuis : 2005

Nombre d'actes d'acquisition signés : 1

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Faire un don