ETANG DU GOL

La plaine du Gol, située sur la rive droite de la rivière Saint Etienne entre le débouché du cirque de Cilaos et l’océan, est une baie de comblement fluvio-marin séparée de l’océan par un cordon littoral d’alluvions, amalgames de galets et de sable qui forme une digue naturelle et empêche le drainage. C’est ainsi que, sur la limite des communes de Saint Louis et Etang salé s’est formé l’étang du Gol, autrefois alimenté par cinq ravines : Deschenez, des Cafres, petit et grand Maniron, du Gol.

L'étang, environné de cultures de canne à sucre, offre un vrai espace de respiration à la population locale, qui peut venir s'y détendre, y pique-niquer ou s'y promener dans un cadre agréable où pâturent des boeufs moka en toute quiétude. Deux gravières, creusées pour l’édification de la route nationale à la fin des années 1970 complètent le site.

Flore

En période de forte houle ou de fortes pluies, le niveau de l’étang gonfle, le cordon littoral est rompu ou submergé, permettant les échanges entre eau de l’océan et eau de l’étang.  Ces variations de niveau,  ce mélange eaux douces-eaux salées, de même que les fluctuations de leur rythme d’écoulement favorisent la diversité des habitats naturels aquatiques et terrestres.

La zone de l’étang, bordée de prairies sèches et humides et de vasières, se referme peu à peu sous l’effet du comblement ainsi que de la diminution de l’alimentation pluviale. Une formation végétale rare à l’échelle de l’île comme les prairies humides à riz marron se raréfient. Comme dans tous les habitats naturels littoraux, les invasions par des espèces exotiques sont abondantes, particulièrement ici les Faux Poivriers. 

Faune

Environ une vingtaine d’espèces d’oiseaux ont été observées dans la zone humide du Gol. 20% de ces espèces sont de forte valeur patrimoniale, parmi lesquelles la poule d’eau, l’oiseau-lunette gris et le héron strié. Le site abrite une importante zone de reproduction de cette espèce puisqu’on a pu y compter jusqu’à 120 nids actifs une même saison.

 Le reste des espèces sont exotiques : foudi de Madagascar dont le mâle arbore un plumage rouge vif, tisserin gendarme dont les colonies ornent tous les faux tamarins du site, bulbul orphée qui niche dans les peuplements de faux poivriers, martin triste qui suit les bœufs moka pour mieux consommer les  insectes qu’ils attirent….

Les zones en eau ne sont pas moins riches puisqu’elles recèlent 19 des 24 espèces indigènes de poissons et 6 des 10 espèces indigènes de macro crustacés que compte l’île.

La zone humide du Gol est une imbrication complexe d’écosystèmes soumis à de nombreuses menaces et pressions. Elle est désormais « encadrée » par deux zones artisanale et industrielle, une station d’épuration, diverses installations industrielles classées comme la sucrerie, de nombreuses exploitations agricoles et la route nationale qui fait barrage aux écoulements venant de son amont. Pour toutes ces raisons, l’eau de l’étang du Gol n’est plus baignable depuis longtemps et on assiste à son invasion par des plantes aquatiques. A certaines périodes de l’année, la totalité de la zone en eau est uniformément recouverte par ces jacinthes et laitues, provoquant des épisodes de mortalité de poissons. Afin de prendre en charge au mieux la gestion de la zone humide, tant sur ses parties immergées que terrestres, un opérateur unique a été choisi en la commune de Saint Louis. Une convention rassemblant sept signataires cadre son intervention. Elle est valide jusqu’en mars 2014.

La colonisation du Sud de La Réunion débute au début du XVIIIème siècle, avec l’essor de la culture du café. En 1719, la première concession près de l’étang du Gol est accordée à la famille Desforge-boucher ; en 1747, le fils Desforge-boucher fait édifier un château au bord de l’étang, en pierre de taille, où la mémoire rapporte que se mêlait « sous ses riches portiques, le goût français au luxe asiatique ».  Le château est abandonné au moment de l‘avènement de la culture de la canne. Il n’en subsiste aujourd’hui plus que la prestigieuse allée de cocotiers qui y conduisait.

Les carreaux de canne se multipliant dans la plaine du Gol, l’usine sucrière du Gol fut édifiée par M. De Kerveguen à son emplacement actuel.

Au début du XXième siècle, le plan d‘eau était très fréquenté par les embarcations. On pouvait pêcher dans l’étang : carpes, mulets, cabots, chevrettes, carangaises d’eau douce… On y récoltait également des massettes, ces joncs servant à empailler les « chaises du Gol » dont la renommée s’étendait à toute l’Île.  Cette activité perdure encore de nos jours.

Ces espaces sont vivants et fragiles, merci de respecter la réglementation et d'adopter un comportement respectueux des paysages, de la flore, de la faune et de la tranquillité des lieux. Ne laissez aucune trace de votre passage. Sur les terrains du Conservatoire du littoral, le camping, le bivouac, les feux, les dépôts de déchets et la circulation des véhicules à moteur sont interdits.
Pour de plus amples informations, vous pouvez contacter :
Département de La Réunion Direction de l’Environnement 16 rue Jean Châtel 97400 Saint Denis Tel : 02 62 90 24 07

Mairie de Saint Louis Direction du Développement Economique et du Tourisme Tel : 02 62 33 10 80 Mail : ddet@mairie-saint-louis.re

Conservatoire du littoral Délégation DOM Antenne Océan Indien 14, rue de Crémont – 97400 Saint-Denis Tel : 02 62 23 59 61 ocean-indien@conservatoire-du-littoral.fr

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : SAINT LOUIS (974)

Surface protégée : 66.98 hectares

Protégé depuis : 1985

Nombre d'actes d'acquisition signés : 3

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don