TERRE ROUGE

Site littoral, en périphérie de la zone urbaine de Saint-Pierre (à deux kilomètres du centre ville), Terre-Rouge a pour particularité une valeur paysagère forte, dans une zone urbanisée et mitée : son ouverture sur la mer est spectaculaire et favorisée par une végétation basse, battue par les vents et par les embruns. Le site présente également des points de vue intéressants vers les Hauts, particulièrement Piton MontVert.
Terre Rouge constitue un espace de respiration au cœur de l’agglomération, propice à la promenade et à la détente.
Les parcelles ont été acquises par le Conservatoire par expropriation au terme d’une déclaration d’utilité publique en date du 5 septembre 1997 destinée à assurer une protection définitive du littoral sud de Saint-Pierre et son ouverture au public, conformément au plan d’aménagement présenté lors de l’enquête publique.

La flore
Les 23 hectares site (altitude comprise entre 0 et 50 m) sont constitués de 4 parties distinctes :
- le Bois de Buis au nord : savane herbacée et arbustive dont la partie basse se caractérise par la présence d’espèces végétales indigènes et endémiques (certaines espèces étant protégées par arrêté préfectoral en date du 6 février 1987) comme la lavangère et la Souveraine de mer ; la partie proche de la route étant un sous-bois d’espèces envahissantes
- des parcelles cultivées en cannes
- un boisement de Filaos (falaises riches en espèces végétales endémiques)
- les rives de la Ravine des Cafres / Bassin 18  dont les falaises sont riches en espèces végétales endémiques.

La faune
Les falaises au nord du site font parties des aires de nidification privilégiées des Phaéton à bec jaune et d’une espèce de chauve souris le Petit Molosse. On trouve aussi des Oiseaux blancs et des Salanganes.

La communauté Intercommunale des Villes Solidaires est gestionnaire du site de Terre Rouge depuis janvier 2008. Un important projet de restauration écologique et de reconstitution de forêt sèche littorale est programmé sur le site, avec des partenaires comme l’Office National des Forêts (O.N.F.) et le Conservatoire Botanique National de Mascarin (C.B.N.M.).
Cette action de reconstitution de forêt vise à augmenter et à conforter la valeur écologique et la richesse biologique de cette coupure d’urbanisation entre les quartiers de Terre-Sainte et de Grands-Bois.

En tant que gestionnaire, la C.I.VI.S met en œuvre ce chantier de restauration écologique et prend en charge le nettoyage du site, la lutte contre les espèces végétales envahissantes, la plantation d’espèces végétales indigènes à forte valeur patrimoniale et l’aménagement d’itinéraires de promenade et d’aires de stationnement.
Programmée sur le long terme, la reconstitution d’une forêt sèche littorale est une opération peu commune qui pourrait être exemplaire pour le sud. Les investissements nécessaires à cette opération sont à la charge du Conservatoire : scories, terre végétale et plants d’espèces indigènes et endémiques ont été achetés par le Conservatoire.
Le fonctionnement est du ressort de la Collectivité : les besoins pour le site de Terre-Rouge / Bois de Buis sont pris en compte dans l’enveloppe globale annuelle attribuée au Service Espaces Naturels (de l’ordre de 35 000 à 40 000 €) pour l’achat des outils et du matériel de sécurité des équipes de terrain et pour produire les plantes en Pépinière Intercommunale.

Programmée sur le long terme, la reconstitution d’une forêt sèche littorale est une opération peu commune qui pourrait être exemplaire pour le sud.

Les investissements nécessaires à cette opération sont à la charge du Conservatoire : scories, terre végétale et plants d’espèces indigènes et endémiques ont été achetés par le Conservatoire. Le fonctionnement est du ressort de la Collectivité : les besoins pour le site de Terre-Rouge / Bois de Buis sont pris en compte dans l’enveloppe globale annuelle attribuée au Service Espaces Naturels (de l’ordre de 35 à 40 000 €) pour l’achat des outils et du matériel de sécurité des équipes de terrain et pour produire les plantes en Pépinière Intercommunale.

Ainsi, depuis 2008, les travaux conduits ont permis :
- de réaliser une aire de stationnement bien intégrée paysagèrement ;
- de lutter de manière cohérente et continue contre des espèces exotiques envahissantes, toute en les remplaçant petite à petite par des plants d’espèces indigènes ; le tout dans le cadre d’une programmation faite jusqu’en 2025 ;
- de mettre en œuvre une action pilote, validée par le Comité National de Protection de la Nature de renforcement de populations de bois d’ortie, un arbuste endémique protégé de La Réunion ;
- d’entreprendre la renaturalisation et l’ouverture à tous d’un ancien jardin privé de plantes succulentes.

Depuis 2010, la CIVIS délègue une partie de la gestion à des associations du quartier de Bassin 18. Leur activité principale concerne l’entretien de l’aire de pique-nique. Terre rouge est un site relai de l’activité de sensibilisation aux espaces naturels conduite par la CIVIS. A ce titre,  il accueille de nombreuses manifestations mises en œuvre au profit des écoles de Saint Pierre.

Le site de Terre Rouge apparaît dans l’iconographie historique grâce au pont qui franchit la ravine des Cafres : Louis Antoine Roussin, le célèbre dessinateur qui a immortalisé nombre de paysages et constructions de La Réunion à la fin du XIXe siècle, l’a en effet croqué en Juin 1847.
Toujours emprunté malgré son relatif délabrement, ce pont continue de relier le quartier de Terre Sainte à celui de Grand Bois.
IL surplombe le magnifique « bassin 18 », bassin rocheux naturel prisé par les plus courageux pour la baignade. Son nom actuel aurait dérivé de « bassin des huitres » en référence aux récoltes qu’on pouvait y faire autrefois.
De nombreux sentiers permettent aux « pêcheurs gaulettes » d’accéder directement à la mer. Ce mode de pêche traditionnelle est très apprécié : il s’agit d’une activité de loisir, mais certains pêcheurs revendent leur prise. Les pêcheurs viennent de Grand Bois, de Terre Sainte et même de quartiers plus éloignés de St Pierre.
Quelques véliplanchistes se mettent à l’eau au niveau de bois de Buis. Les plongeurs privilégient bassin 18.
Le site de Terre rouge est également fréquenté par des marcheurs occasionnels, plus ou moins sportifs dont la majorité est résidente de Terre Sainte.
Les cueilleurs de nids de guêpe fréquentent le site de mars à avril.
Enfin, l’aire de pique nique de bassin 18, bien que de petite taille, est très prisée et fréquentée.

Ces espaces sont vivants et fragiles, merci de respecter la réglementation et d'adopter un comportement respectueux des paysages, de la flore, de la faune et de la tranquillité des lieux. Ne laissez aucune trace de votre passage. Sur les terrains du Conservatoire du littoral, le camping, le bivouac, les feux, les dépôts de déchets et la circulation des véhicules à moteur sont interdits.
Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter :
C.I.V.I.S
Service Espaces Naturels
60 CD 26
97410 SAINT PIERRE – PIERREFONDS

BP 370 97455 SAINT PIERRE CEDEX Numéros utiles :
Standard : 0262 49 96 00
Fax : 0262 49 96 99  Emails :
 accueil@civis.re
http://www.civis.re

Conservatoire du littoral
Délégation DOM
Antenne Océan Indien
14, rue de Crémont – 97400 Saint-Denis
02.62.23.59.61
ocean-indien@conservatoire-du-littoral.fr

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : SAINT PIERRE (974)

Surface protégée : 33.63 hectares

Protégé depuis : 1997

Nombre d'actes d'acquisition signés : 17

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don