ILES DU FRIOUL

L’archipel du Frioul est situé au centre de la rade de Marseille. Il est constitué de deux îles principales, Pomègues et Ratonneau et de deux îlots satellites : l’île d’If et le Tiboulen de Ratonneau. Il comprend un espace habité, urbanisé dans les années 1970 autour du Port du Frioul. Relié au Vieux-Port et au centre urbain par un service de navettes maritimes, le Frioul est un quartier de Marseille, administrativement rattaché au 7e arrondissement sous le nom ″Les Îles ». Il compte un peu moins de 150 habitants permanents.

La création par le Conservatoire du littoral du périmètre autorisé « Iles du Frioul » date de 2005. En février 2011, le Conseil Municipal de Marseille a approuvé la cession des 137 hectares d’espaces naturels de l’archipel au Conservatoire du Littoral. Cette cession s’est réalisée en 2014, à titre gratuit.

En 2012 le Parc National des Calanques a été créé en intégrant les espaces naturels terrestres des îles de l’archipel. Il est, avec la Ville de Marseille, co-gestionnaire du site.

Visibles depuis l’ensemble du littoral métropolitain, facilement accessibles, les îles du Frioul constituent une entrée majeure et emblématique vers les espaces naturels insulaires du Parc national des Calanques. Les paysages y sont remarquables en raison du relief marqué et de la diversité des espaces : calanques, plages et criques sablonneuses, à-pics impressionnants, lumière, blancheur des rochers, transparence de l’eau…

La situation géographique de l’archipel en fait un site majeur pour l’accueil de publics variés, étrangers ou locaux : randonneurs, baigneurs, plaisanciers, pêcheurs, plongeurs, groupes scolaires. Il accueille plus de 400 000 visiteurs par an. Un enjeu important est donc de permettre l’accueil du public tout en assurant la protection d’un paysage exceptionnel et d’espaces naturels abritant une biodiversité terrestre et marine remarquables.

Pour en savoir plus en images, le reportage filmé réalisé dans le cadre de "Celebrate Islands 2020"  

L’archipel du Frioul est particulièrement remarquable, tant pour la diversité de ses habitats, que pour sa richesse en espèces, souvent rares ou menacées. Il constitue à ce titre un site refuge majeur à l’échelle méditerranéenne. Il est également reconnu au niveau européen en étant intégré au réseau Natura 2000 au titre des directives « Oiseaux » et « Habitats, Faune, Flore ».

On y retrouve une végétation spécifique aux îles de Marseille et unique en France. L’aridité des lieux (site le plus sec de France), l’exposition au vent d’Est et au Mistral, l’importance des embruns et la présence d’un substrat calcaire très perméable sont les facteurs principaux du développement d’une flore spécifique et très rare. Près de 350 espèces végétales ont été recensées dont 14 rares ou protégées comme l’Astragale de Marseille, le Lys des sables ou la Petite Saladelle.

On y trouve aussi une faune remarquable comme par exemple le Phyllodactyle d’Europe, petit gecko insulaire de la famille des Tarentes, très abondant sur le Frioul et dont la répartition mondiale se limite aux îles de la méditerranée occidentale.

L’archipel constitue également un important site de nidification pour les oiseaux marins pélagiques de méditerranée. Il abrite les 3 espèces de procellariiformes de méditerranée : le Puffin cendré, le Puffin de méditerranée et l’Océanite tempête, espèces d’intérêt communautaire dont l’Etat français s’est engagé à assurer la conservation.

La biodiversité sous-marine n’est pas en reste : la qualité des fonds sous-marins des îles de Marseille est réputée internationalement. Six habitats marins à forte valeur patrimoniale ont été identifiés, dont un d’intérêt prioritaire : l’herbier à Posidonie. Dix-sept espèces protégées et cinq d’intérêt communautaires peuvent être observés autour du Frioul, comme le Mérou Brun, la Grande Nacre ou la Cigale de Mer.

La gestion de l’ensemble du site est assurée en co-gestion par la Ville de Marseille et le Parc national des Calanques.

Un des enjeux majeurs du site consiste à concilier les activités humaines et la préservation du patrimoine naturel. Disposant d’une vocation affirmée d’accueil touristique et comptant sur son territoire à la fois des espaces à vocation sauvage, des espaces habités et des espaces destinés à recevoir du public, l’archipel du Frioul doit pouvoir s’affirmer à l’échelle méditerranéenne comme un exemple de transition écologique d’un espace insulaire.

Gestion de la fréquentation : plusieurs mesures sont mises en œuvre pour limiter l’impact de la fréquentation : organisation de cheminements terrestres, mise en place d’un plan de balisage maritime autour du Frioul, information et sensibilisation du public, surveillance du site et réglementation.

Un réseau de chemins balisés permet d’accéder aux zones de baignades, de découvrir la nature des îles, les forts et les points de vue remarquables. Le Conservatoire du littoral, en association avec la Ville de Marseille et le Parc national des Calanques fait réaliser ces travaux par l’association Alpes de Lumière, spécialisée dans le travail de la pierre sèche et la restauration du patrimoine bâti.

D’autres actions ont également été menées :

  • Rédaction du plan de gestion de site
  • Réalisation d’une étude préalable à l’attribution du Domaine Public Maritime du Conservatoire du littoral tout autour du Frioul
  • Réalisation d’une étude pour la restauration et la valorisation culturelle de la Villa Marine, afin d’en faire un lieu d’accueil du public (espace muséal sur la thématique biodiversité terrestre et marine).

La position de l’archipel du Frioul, à quelques encablures du Vieux-Port de Marseille, lui a de tout temps conféré un rôle militaire stratégique, soit pour défendre doit pour attaquer la cité phocéenne. A partir du XVIIème siècle, l’isolement insulaire et la multitude de calanques protégées et accessibles conduisent Marseille à utiliser ce site pour la mise en quarantaine des navires venant d’Afrique et d’Orient. En 1627, l’anse de Pomègues devient port de quarantaine et l’île est interdite d’accès. En 1821, l’épidémie de fièvre jaune impose l’aménagement de nouveaux dispositifs sanitaires. Une digue reliant les îles de Pomègues de de Ratonneau est alors construite, permettant la réalisation d’un vaste port de quarantaine. En complément un lazaret, l’hôpital Caroline, est édifié.

De 1859 à 1862, le programme de réarmement des frontières conduit à construire sur les îles du Frioul de nombreuses batteries.

Jusqu’à l’occupation allemande de 1942, les forts sont occupés par des régiments affectés à la défense et à la surveillance de la rade.

En 1970, la ville de Marseille rachète au Ministère de la Défense une grande partie du Frioul et engage un programme de construction visant à créer sur ces îles un nouveau quartier de Marseille. L’urbanisation commence à partir de 1974.  Le quartier compte actuellement un peu moins de 150 d’habitants à l’année. Le Frioul abrite également un centre de vacances de la Fédération Léo-Lagrange, une caserne de marins-pompiers, l'une des stations du service du pilotage de Marseille-Fos, et une ferme aquacole bio, installée dans l'ancien port de quarantaine de Pomègues.

L’archipel accueille de nombreux visiteurs à la journée ou à la demi-journée : visites touristiques, randonnées pédestres, sorties pédagogiques, plaisance, plongée..

Le patrimoine bâti historique participe à l’attractivité du site. C’est le cas pour l’Hôpital Caroline, monument historique inscrit du 19ème siècle qui compte 12 corps de bâtiments répartis suivant une symétrie autour d'une chapelle centrale et qui fait l’objet d’une restauration depuis 2007. Cette opération pilotée par la Ville de Marseille s’inscrit comme action d'insertion et de formation aux métiers du patrimoine. Depuis fin 2007, se sont plus de 1000 salariés qui ont été embauchés et formés sur ce site. De nombreux visiteurs s’arrêtent sur les lieux pour découvrir cet espace bâti, témoin d’une histoire assez récente et singulière de la ville-port de Marseille.

                                                                                                 

Pour plus de renseignements :

Parc National des Calanques

Adresse : Bâtiment A4 – Parc Valad – Impasse Paradou – 13009 MARSEILLE

Tel : 04 20 10 50 00

Mail : contact@calanques-parcnational.fr

Site internet : http://www.calanques-parcnational.fr/fr

 

 

 

Carte d'identité du site

Commune(s) : MARSEILLE (13)

Surface protégée : 134.33 hectares

Protégé depuis : 2013

Nombre d'actes d'acquisition signés : 2

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don