Paysages

ILE DE GROIX ET BELLE-ILE

Au large, respectivement à trois et à neuf milles nautiques, les îles de Groix et Belle-Île sont filles de l’océan plutôt que du continent. Leurs façades occidentales, sauvages, soumises aux forces des vents et des vagues ont d’abord attiré les regards des plus grands artistes (Monet, Maufra, Seurat… pour la peinture ; Flaubert, Sarah Bernhardt… pour la littérature et le théâtre). Aujourd’hui, ce ne sont plus seulement des artistes mais d’innombrables visiteurs qui viennent renouer sur ces îles du ponant avec cette expérience unique de découverte de paysages, restés, espèrent-ils, dans leur [...] Lire plus

Au large, respectivement à trois et à neuf milles nautiques, les îles de Groix et Belle-Île sont filles de l’océan plutôt que du continent. Leurs façades occidentales, sauvages, soumises aux forces des vents et des vagues ont d’abord attiré les regards des plus grands artistes (Monet, Maufra, Seurat… pour la peinture ; Flaubert, Sarah Bernhardt… pour la littérature et le théâtre). Aujourd’hui, ce ne sont plus seulement des artistes mais d’innombrables visiteurs qui viennent renouer sur ces îles du ponant avec cette expérience unique de découverte de paysages, restés, espèrent-ils, dans leur état originel de nature et de sublime. Les façades orientales avec leurs formes littorales plus douces, font face au littoral breton, leur horizon, et sont davantage humanisées.
Mais si Groix et Belle-Ile demeurent le réservoir d’un patrimoine naturel, géologique, faunistique et floristique exceptionnel, ce sont aussi des espaces habités où, il n’y a pas si longtemps l’agriculture et la pêche comptaient davantage que les ressources touristiques. Aujourd’hui, de plus en plus dépendantes de l’économie des loisirs, ces îles sont tenues à une grande vigilance, seule garantie du maintien de ces qualités paysagères et écologiques incomparables.

Regards d'artistes

Claude Monet, Les rochers de Belle-Île, la côte sauvage, 1886
Paris, Musée d’Orsay
« Je suis dans un pays superbe de sauvagerie, un amoncellement de rochers terribles et une mer invraisemblable de couleurs ; enfin je suis très emballé quoique ayant bien du mal, car j'étais habitué à peindre la Manche et j'avais forcément ma routine, mais l'Océan, c'est tout autre chose. »

« Je suis dans un pays superbe de sauvagerie, un amoncellement de rochers terribles et une mer invraisemblable de couleurs ; enfin je suis très emballé quoique ayant bien du mal, car j'étais habitué à peindre la Manche et j'avais forcément ma routine, mais l'Océan, c'est tout autre chose. »

Lettre de Monet à Gustave Caillebotte, 1896

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    Ile de Groix

    • A 5,5 km au large de Lorient, une île de 8 km sur 2
    • Un plateau de 40 m d’altitude moyenne
    • Un paysage reconnu pour ses côtes sauvages et ses landes à bruyères vagabondes

    Ile de Belle-Ile

    • A 15 km au large de Quiberon, la plus grande île de Bretagne (14 km de long sur 7 de large)
    • Un plateau élevé de 50 m en moyenne au-dessus de la mer, entaillé de vallons très encaissés près des côtes
    • Une côte sauvage au sud-ouest, tournée vers l’océan ; une côte plus abritée au nord-est, tournée vers le continent
    • Un paysage intérieur agricole agrémenté de landes et de boisements

  • Picto Pano menace

    Ile de Groix

    • Une déprise agricole qui peut à terme banaliser les paysages
    • Une population pérenne en déclin (2300 habitants en 2013) mais un étalement urbain notable
    • Une fréquentation touristique importante à maîtriser

    Belle-Ile

    • 5 200 habitants permanents, 400 000 visiteurs par an, une population multipliée par 5 l’été

  • Picto Pano protection

    Ile de Groix

    • 2 sites classés au titre de la loi de 1930, 1 espace naturel préservé par le Conservatoire du littoral

    Belle-Ile

    • 2 sites classés au titre de la loi de 1930 ; 4 espaces naturels protégés par le Conservatoire du littoral

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages