Paysages

MARAIS BRETON

Entre la Loire Atlantique et la Vendée, le marais Breton, vaste paysage horizontal de prairies, s’étend dans la baie de Bourgneuf entre les doux coteaux bocagers et urbanisés par Moutiers-en-Retz au nord, Machecoul à l’est et Beauvoir-sur-Mer au sud. Du Moyen Âge au XVIIIe siècle, sa réputation repose sur ses marais salants, qui le hissent au rang de plus grand producteur de sel en France. Aujourd’hui en grande partie dédié à l’élevage, le marais présente encore le modelage des siècles passés, véritable architecture de tourbe structurée par un entrelacs complexe d’étiers, de bassins et de [...] Lire plus

Entre la Loire Atlantique et la Vendée, le marais Breton, vaste paysage horizontal de prairies, s’étend dans la baie de Bourgneuf entre les doux coteaux bocagers et urbanisés par Moutiers-en-Retz au nord, Machecoul à l’est et Beauvoir-sur-Mer au sud. Du Moyen Âge au XVIIIe siècle, sa réputation repose sur ses marais salants, qui le hissent au rang de plus grand producteur de sel en France. Aujourd’hui en grande partie dédié à l’élevage, le marais présente encore le modelage des siècles passés, véritable architecture de tourbe structurée par un entrelacs complexe d’étiers, de bassins et de fossés. Ancien bras de mer isolant autrefois l’île de Bouin, le Dain en forme la véritable colonne vertébrale. Situé au-dessous du niveau des plus hautes mers, le marais est isolé de la baie de Bourgneuf par une digue qui s’étire sur la quasi-totalité du rivage. Quatre ports de pêche implantés aux embouchures des étiers constituent une autre source de richesse économique. Ici, la gestion de l’eau douce et de l’eau salée se fait via un système de vannes, qui détermine dans le marais la répartition des milieux doux, saumâtres ou salés, cadre d’une diversité écologique remarquable. Tout l’enjeu paysager du marais Breton réside dans le maintien de ses activités, notamment celle de l’élevage, garant de l’entretien des prairies et du réseau hydraulique.

Regards d'artistes

Charles Milcendeau, La bourrasque, Soullans, 1872
Musée Milcendeau-Jean Yole
« La vie des paysans du Marais est très particulière. La cabane est une cabane vraiment. […] Point de bois pour la cuisine ou la froidure. On a la bouse de vache pour unique chauffage. Le paysan, parcourant sa terre, soulève délicatement de sa petite pelle - dite curou, parce qu’elle sert à curer les rigoles - la galette odorante qui, arc-boutée contre sa voisine, sèche ainsi de tous les côtés. […] Le seul ennui est que les aliments y gagnent un fumet dont seul le vrai maréchain sait prendre son parti. »

« La vie des paysans du Marais est très particulière. La cabane est une cabane vraiment. […] Point de bois pour la cuisine ou la froidure. On a la bouse de vache pour unique chauffage. Le paysan, parcourant sa terre, soulève délicatement de sa petite pelle - dite curou, parce qu’elle sert à curer les rigoles - la galette odorante qui, arc-boutée contre sa voisine, sèche ainsi de tous les côtés. […] Le seul ennui est que les aliments y gagnent un fumet dont seul le vrai maréchain sait prendre son parti. »

George Clémenceau, Figures de Vendée, La Chasse aux cailles, Éditions Plon, 1930

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • Partie nord du marais vendéen (45 000 hectares), composée de marais salés et doux (majoritairement) pâturés de manière extensive
    • Un important réseau hydraulique d’étiers et de canaux
    • Des polders cultivés et des zones aquacoles sur la frange littorale
    • Un fort potentiel écologique

  • Picto Pano menace

    • Un phénomène de déprise agricole, conséquence des difficultés économiques des éleveurs bovins, qui menace la valeur paysagère du marais
    • Un parcellaire très morcelé qui complique la gestion foncière
    • Un comblement des bassins par manque de curage

  • Picto Pano protection

    • 2 espaces naturels protégés par le Conservatoire du littoral

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages