Paysages

LITTORAL BITERROIS

Interlude entre les grands espaces lagunaires qui s’égrènent depuis la Camargue jusqu’à Agde et leurs homologues méridionaux de la Narbonnaise, la bande littorale biterroise se déroule sans aspérités de l’embouchure de l’Hérault au nord à celle de l’Orb au sud. Le cordon dunaire, interrompu seulement à l’embouchure de la Grande Maïre, a favorisé la constitution de zones humides arrière-littorales, parfois cultivées, se partageant l’espace avec la vigne. Derrière la plage et le cordon dunaire, hormis les quelques fenêtres naturelles protégées par le Conservatoire du littoral, une bande de 500 [...] Lire plus

Interlude entre les grands espaces lagunaires qui s’égrènent depuis la Camargue jusqu’à Agde et leurs homologues méridionaux de la Narbonnaise, la bande littorale biterroise se déroule sans aspérités de l’embouchure de l’Hérault au nord à celle de l’Orb au sud. Le cordon dunaire, interrompu seulement à l’embouchure de la Grande Maïre, a favorisé la constitution de zones humides arrière-littorales, parfois cultivées, se partageant l’espace avec la vigne. Derrière la plage et le cordon dunaire, hormis les quelques fenêtres naturelles protégées par le Conservatoire du littoral, une bande de 500 m à 1 km est presque partout construite. L’urbanisation s’y est étalée de part et d’autre des stations balnéaires de Portiragnes ou de Sérignan, sous forme d’un mitage souvent dévalorisant. Très fréquentés l’été, ces paysages côtiers n’ont guère été valorisés par le regard d’artistes. Si aujourd’hui les photographes amateurs ou professionnels ont bien intégré les qualités plastiques des sansouïres et des roselières littorales, jusqu’il y a peu de temps seul le canal du Midi était reconnu comme motif de paysage digne de représentation.

Regards d'artistes

« Voie étroite entre le pont vieux de Vias et le Libron, Canal... », 1907-1930
Archives départementales de l’Hérault, 40 Fi 10 N°6a.
 « (…) À l'ouest de l'Hérault, les alluvions de l'Ardaillon et du Libron ont comblé les anciens étangs de Vias et de Portiragnes ; le travail de l'homme, par la construction du canal du Midi et de nombreuses maires ou roubines, les a desséchés et transformés en plaines agricoles. Il n'en reste plus que le Clôt ou Trou de Vias et la Grande Maire. Le massif volcanique de Vias, qui a dû faire saillie autrefois dans la mer ou dans les marais, est enfermé aujourd'hui dans les terres. L'Orb a rempli de ses apports un ancien golfe très profond, qui s'étendait en pointe jusqu'au pied de Béziers et [...] Lire plus

 « (…) À l'ouest de l'Hérault, les alluvions de l'Ardaillon et du Libron ont comblé les anciens étangs de Vias et de Portiragnes ; le travail de l'homme, par la construction du canal du Midi et de nombreuses maires ou roubines, les a desséchés et transformés en plaines agricoles. Il n'en reste plus que le Clôt ou Trou de Vias et la Grande Maire. Le massif volcanique de Vias, qui a dû faire saillie autrefois dans la mer ou dans les marais, est enfermé aujourd'hui dans les terres. L'Orb a rempli de ses apports un ancien golfe très profond, qui s'étendait en pointe jusqu'au pied de Béziers et qui est remplacé aujourd'hui par les riches vignobles de Villeneuve et de Sérignan. Notre-Dame-des-Ports, aujourd'hui à 4 km du rivage, était encore un port en 898. Il ne subsiste de ce golfe que le grau vaseux de Sérignan et sa plage de bains de mer. Après Sérignan, un léger plateau de collines quaternaires sépare les embouchures de l'Orb de celles de l'Aude, ne laissant le long de la mer qu'une étroite frange de sables. » (…)

L. Malavialle, « Le littoral du Bas-Languedoc », dans Bulletin de la Société languedocienne de géographie, 1894

Evolution de l'urbanisation

le long du littoral biterrois
1965 1965
2014 2014

Alors qu’il n’y avait presque pas de constructions entre Agde et Valras, l’urbanisation de cette partie du littoral languedocien a été particulièrement intense depuis 1965. Du Grau d’Agde au nord-est jusqu’à Sérignan-Plage au sud-ouest, les annexes balnéaires des bourgs originels installés en retrait de la côte (Vias, Portiragnes, Sérignan) se sont largement étalées, alors que les bourgs eux-mêmes se sont très étendus. La côte est aujourd’hui en grande partie mitée et soumise à un étalement urbain important. Les fenêtres naturelles qui demeurent sont en grande partie liées aux espaces protégés par le Conservatoire du littoral (lagunes de la Grande Maïre et des Orpellières).

Jouer la vidéo

Carte des paysages

  • Picto Pano paysage

    • Entre l’embouchure de l’Hérault au nord-est et celle de l’Orb au sud-est, une mosaïque de zones naturelles et agricoles (vigne) sous la pression d’une forte urbanisation

    • Des paysages balnéaires étalés le long d’une côte basse, où subsistent quelques espaces naturels lagunaires

    • Des fleuves côtiers (Hérault, Libron, Orb) et le canal du Midi à la forte présence paysagère

  • Picto Pano menace

    • Des phénomènes d’étalement urbain et de cabanisation

    • Une grande fréquentation touristique estivale qui concourt à la fragilisation des milieux dunaires

  • Picto Pano protection

    •  5 espaces naturels protégés par le Conservatoire du littoral, une réserve naturelle

Découvrez les unités littorales voisines :

Séquences paysages