LE CLOT

Le site du Clôt est situé dans une plaine humide littorale limono-argileuse d'environ 650 ha, délimitée par l'Hérault à l'Est, le Canal du Midi au nord, le canal du clôt à l'ouest et la Mer Méditerranée au sud (10% sur la commune de Vias, 90% sur la commune d’Agde). Il s’agit d’une vaste zone agricole et naturelle traversée par un réseau hydraulique dense (cours d’eau, canaux…) débouchant sur la mer.

Trois facteurs principaux influencent la répartition des habitats naturels au sein de la zone (Les écologistes de l’Euzière, 2009) :

- Le degré de salinité : le secteur d’étude étant localisé sur le littoral, le sel est un facteur prépondérant dans la répartition des habitats naturels. On distingue ainsi un gradient de salinité décroissante depuis la mer vers l’intérieur des terres, la limite étant très fluctuante en fonction de la durée des périodes d’inondation mais aussi en fonction des activités agricoles (type d’activités et pression) ;

- L’influence de l’eau dans le sol : la présence d’une nappe alluviale d’un réseau hydrographique dense et d’un régime d’inondation régulier influencent la répartition des habitats sur la zone, au même titre que les variations du degré de salinité ;

- Les activités humaines : le paysage bocager typique du secteur est un héritage des pratiques agro-pastorales traditionnelles qui ont longtemps façonné ce territoire. Les modifications des pratiques opérées ces dernières décennies (intensification de certaines pratiques, abandon par endroit des pratiques pastorales, changement des types de cultures, arrachage des vignes...) ont contribué à l’évolution rapide de ces milieux qui se traduit notamment par la disparition des haies et alignements d’arbres autour de certaines parcelles, l’installation de boisements naturels ou de friches.

Faune

Oiseaux : La diversité des habitats naturels sur le secteur et leur bon état de conservation général présente un intérêt très important pour les oiseaux, avec 87 espèces dont 59 d'espèces nicheuses présentes. On retrouve ainsi les peuplements caractéristiques des roselières et zones humides littorales (fauvettes paludicoles, Echasse blanche...), des sansouires et cordons dunaires (Pipit rousseline), des boisements rivulaires et des cours d’eau (Martin-pêcheur, Rollier, Bihoreau gris...), ainsi que des milieux agricoles méditerranéens (Guêpier, Coucou geai...). Parmi les 87 espèces recensées, on note la présence de 2 espèces d’intérêt patrimonial majeur (Le Rollier d’Europe et le Blongios nain). A noter que le Butor étoilé est uniquement occasionnel sur la zone.

Reptiles : La zone d’étude présente également un très fort intérêt pour les reptiles mais les difficultés d’inventaires de ces animaux discrets n’ont permis de recenser que 5 espèces. L’une d’entre elles présente un intérêt patrimonial majeur : la Cistude d’Europe, une tortue d’eau douce. D’autres espèces ont été recensées, tel que le Psammodrome d’Edwards ou encore la couleuvre de Montpellier, la Couleuvre vipérine et le Lézard des murailles. Le fleuve Hérault et le canal du Midi pourraient, d’après une étude, constituer un milieu de transit avéré pour la Cistude d’Europe, laissant penser que la population de cistudes réintroduites à la réserve naturelle du Bagnas depuis 2008 puisse échanger librement des individus avec la petite population des Verdisses/Ardaillon. Cette connexion pourrait accroitre les chances de survie de chacune des deux populations.

Insectes : Les inventaires entomologiques ont permis de recenser plus de 60 espèces. La zone d’étude est donc très riche, notamment pour les odonates. Comme lépidoptères, notons la présence de la Diane (Zerynthia polyxena). D’autres espèces comme le Criquet tricolore, la Libellule fauve ou encore l’Aeschne printanière ont également été recensées.

Amphibiens : On notera la présence de la grenouille de Perez, de la Grenouille rieuse, du Pélodyte ponctué et de la rainette méridionale.

Mammifères : Neuf espèces de Mammifères ont été répertoriés sur le site. Les espèces potentiellement présentes sur la zone incluraient le Campagnol amphibie et le Crossope aquatique.

 

Flore

Comme indiqué plus la zone dispose d’habitats remarquables très divers. Ainsi on distingue principalement des prés salés (méditerranéens, halo-psammophiles et à Carex divisa), des dunes (mobiles embryonnaires, blanches méditerranéennes et fixées du littoral du Crucianellion maritimae), des prairies (humides méditerranéennes à grandes herbes du Molinio-Holoschoenio et mésophiles de basse altitude) ainsi que des fourrés halophiles méditerranées et thermo-atlantiques. On trouve également des étangs et mares temporaires méditerranéennes ainsi que des boisements de frênes et des rivières des étages planitiaire à montagnard. D’autres milieux, sans enjeu d’un point de vue floristique, revêtent un intérêt tout particulier de par leur rôle d’habitats et/ou de corridors pour un certain nombre d’espèces. C’est par exemple le cas des fourrés de Tamaris, des roselières ou encore la végétation. Ces milieux sont particulièrement sensibles à des variations importantes du niveau d’eau, de la salinité et des apports en nutriments.

Les principales missions de gestion sur ce site consistent en :

  • La mise en œuvre du PAEN,

  • La surveillance par 4 gardes du littoral,

  • La Gestion pastorale des prairies par voie de convention avec éleveur équin

  • La Sécurisation du site fermeture (intégration paysagère du patrimoine bâti historique, enlèvement des tags),

  • La Mise en œuvre d'actions de nettoyage du site par les riverains et associations.

Ce marais bocager est historiquement une zone d’expansion des crues de l’Hérault et du Libron. Peu à peu, le drainage et la mise en place de canaux, de barrages anti-sel, de pompes, ont amené une division du parcellaire.

Cette évolution se poursuit encore aujourd’hui par des partages en unités de plus en plus réduites, susceptibles de répondre à une demande de zones de pâture, de chasse et de cabanisation.

Parallèlement à cette forte demande, d’autres territoires s’enfrichent selon un processus rapide qui mène vers des boisements denses et de frênes et d’ormes.

Accès au site :

Par l'A9: prendre la sortie n°34 -Agde, direction le Cap d'Agde, continuez sur D612, à hauteur de la Ville d'Agde prendre la sortie en direction de la D32E le Agde-la Tamarissière. Prendre direction Vias-plage par le chemin de traverse menant au pont plat des Verdisses. 

Par Béziers ou l'A75: prendre la direction du Cap d'Agde et suivre même itinéraire que précédemment.

Depuis Sète-Montpellier par la D612 prendre direction Béziers et suivre le même itinéraire que précédemment.

En train:        •    Gare SNCF d'Agde à 1 km, plus taxis ou bus.

                        •     Gare SNCF de Béziers à 16 km, plus autocars G.R.V

 

Site Internet de l’Agglo Hérault Méditerranée  : http://www.agglo-heraultmediterranee.net/

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : AGDE (34) , VIAS (34)

Surface protégée : 69.38 hectares

Protégé depuis : 1996

Nombre d'actes d'acquisition signés : 25

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

Les partenaires

Les sites à proximité

Faire un don