VACCARES

Entre fleuve et mer, entre Europe et Afrique, plus de 13 000 hectares de milieux naturels sauvages constitués d’une mosaïque d’étangs (dont le plus grand, le Vaccarès représente 6 500 hectares), de lagunes littorales, de sansouires, de dunes vives ou fossiles et de plages, composent la Réserve naturelle nationale de Camargue. Le périmètre du site a été étendu aux zones humides limitrophes à l’est (cabanes de Romieu) et à l’ouest (cabanes du Vaccarès) de la réserve nationale pour mener une préservation des écosystèmes et engager une gestion cohérente.   

Diversité dans l'espace mais aussi diversité dans le temps : le Vaccarès passe d'un désert salé estival à une immense zone inondée en hiver. Flore et faune permanentes sont limitées par ces dures conditions, mais plusieurs milliers d'espèces y trouvent leur habitat de prédilection une partie de l'année.

Sous son apparente sécheresse, la sansouire fait, par exemple, partie des milieux très accueillants pour la faune et la flore. Elle constitue une immensité plate entre la mer et les étangs. Sa végétation est verdoyante, en touffes denses et éparses.

Plus d'informations en images avec le reportage Prioriterre ici

La faune

Site d’alimentation majeur pour le Flamant rose, le Vaccarès accueille en été plus de 30 000 individus qui cohabitent avec près de 300 autres espèces d’oiseaux dont plusieurs à fort enjeu de conservation comme la sterne naine. Quant à ses eaux saumâtres, elles accueillent près de 40 espèces de poissons, parmi lesquelles l’Anguille ou l’Alose feinte méditerranéenne.

Des milliers d’insectes (papillon Diane, libellule Leste à grands stigmas, etc.) et de nombreux mammifères (Belettes, Renards roux, chauves-souris, etc.) fréquentent le site.

Enfin, parmi les amphibiens et reptiles présents, on note le rare Pélodyte ponctué (« crapaud persillé ») ainsi que la Cistude d’Europe (tortue d’eau douce).

 

La flore

Le Vaccarès est un site floristique d’exception : sur plus de 500 espèces floristiques recensées, 12 sont protégées au niveau national (dont l’Ail petit Moly ou encore le Myosotis ténu) et 19 au niveau régional (dont le Lys maritime ou encore la Zostère naine) ; sans compter celles qui sont inscrites sur la Liste Rouge de la Flore menacée au niveau national ou régional.

Depuis 1927, la Société nationale de protection de la nature est gestionnaire de cet ensemble d’écosystèmes lagunaires deltaïques méditerranéens fonctionnels. Sa gestion permet de conserver leurs potentialités écologiques, en préservant notamment les variabilités spatiales et temporelles. Les missions du gestionnaire – scientifiques, pédagogiques et de surveillance – sont réalisées selon des modes durables et exemplaires, pour les générations actuelles et futures.

Plan de gestion

Les 1ères traces d’une occupation humaine du Vaccarès, découvertes lors de fouilles archéologiques à Amphise, la Capelière et Mornès datent de l’Antiquité.

Au début du siècle passé, l’expansion simultanée de deux acteurs économiques dominants, aux objectifs totalement opposés, va transformer le Vaccarès en enjeu vital : les salins au sud-est envisagent de le transformer en étang de pré concentration en sel alors que les agriculteurs préfèreraient l’utiliser pour déverser les eaux douces issues de l’irrigation agricole. Heureusement, grâce à l’action conjuguée du marquis de Baroncelli et d’imminents naturalistes, le Vaccarès devient Réserve Zoologique et Botanique en 1927.

En 1972, la Compagnie des Salins du Midi vend à l’Etat le site qui deviendra Réserve naturelle nationale en 1975 par arrêté ministériel.

En 2006, l’Etat affecte la Réserve naturelle nationale de Camargue au Conservatoire du littoral. Plus récemment, le Conservatoire du littoral a étendu le site par :

  • des parties d’étang du Vaccares au niveau du grand Romieu (acquisition en 2016)  et des cabanes du Vaccarès (affectation en 2016 suite à une dation en 2014)
  • l’affectation par l’Etat du phare de la Gacholle en 2016

La Réserve Naturelle Nationale de Camargue, propose trois espaces aménagés pour l’accueil et la sensibilisation du public :

- La Capelière : lieu d’accueil et d’information générale (exposition permanente, sentier et observatoires). Ouvert toute l’année.

- Salin de Badon : 2 sentiers thématiques et 3 observatoires sur 4,5km pour observer les oiseaux. Autorisation d’accès à retirer à la Capelière.

- Digue à la mer – Phare de la Gacholle : lieu de randonnée de 15km à pied ou à vélo. Centre d’informations au phare, avec un observatoire et une exposition. Ouvert tous les week-ends, et pendant les vacances scolaires et jours fériés.

Renseignements :

SNPN – Réserve Nationale de Camargue - La Capelière, C134 de Fiélouse, 13200 Arles

Tel : 04.90.97.00.97

Mail : reservedecamargue@espaces-naturels.fr

Site internet de la Réserve naturelle nationale de Camargue : www.snpn.com/reservedecamargue 

Page Facebook de la Réserve naturelle nationale de Camargue :

www.facebook.com/reservedecamargue

Pour plus d’informations sur le gestionnaire : www.snpn.com   

Il existe des possibilités d'hébergement sur ce site.
Téléchargez la fiche du gîte.

Carte d'identité du site

Commune(s) : SAINTES-MARIES-DE-LA-MER (13)

Surface protégée : 15294.46 hectares

Protégé depuis : 2006

Nombre d'actes d'acquisition signés : 4

Site internet : SNPN Vaccares

Balade Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Faire un don