LES FONDERIES

Situé sur un plateau, 3 unités écologiques se dessinent : les cultures (céréales – maïs) et les pelouses calcicoles, ponctuées de fourrés (petits arbustes).

Le ruisseau du « Pisseau » entaille ce plateau calcaire sur une profondeur de 8 à 10 m et se déverse en cascade à 20 m au-dessus de l’estran. Il forme un vallon qui délimite la commune de Tracy-sur-Mer à l’est.

La falaise est attaquée à sa base par la mer, qui crée alors une encoche, favorisant la formation de surplombs au niveau de la couche calcaire supérieure. Ceux-ci, instables du fait de l’écoulement de l’eau entre les couches marneuses et calcaires, finissent par s’écrouler ponctuellement, laissant en contrebas de nombreux éboulis.

Les nappes souterraines, contenues par les couches sédimentaires du Jurassique, représentent une très importante ressource en eau.

Le recul de la côte est important, depuis 1824, la falaise a reculé de 35 à 40 m au Cap Manvieux. Puis, jusqu’au bourg de Tracy vers l’est, le recul atteint 10 à 15 m.

La flore

Face à la mer, les pelouses ont une végétation plus rase et à biodiversité intéressante avec la présence du Cirse laineux, de plusieurs espèces d’orchidées :Orchis de Fuchs, Orchis pyramidal, Ophrys abeille, l’Orchis bouc et d’autre plante rare comme le Sénéçon à feuilles spatulées.

Vers les terres, les pelouses deviennent plus dense et la hauteur de végétation plus importante. Elle est alors composée essentiellement de Brachypode, graminée qui a tendance à dominer les autres espèces et qui engendre une baisse de la diversité.

Composés d’arbustes et de plantes grimpantes, les fourrés calcicoles sont aussi le signe d’une fermeture du milieu. Ici, les conditions extérieures, que sont le vent et les embruns chargés de sel, « brûlent » la végétation et empêchent les arbustes de se développer normalement. On observe alors le port en drapeau caractéristique des arbustes du littoral. De nombreux sureaux noirs se développent le long du « Pisseau », où les conditions sont moins rigoureuses que le long de la falaise. Les fourrés forment des îlots isolés ce qui contribuent alors à la diversité des habitats et présentent un intérêt écologique non négligeable, notamment pour la nidification des oiseaux.

La faune

Les falaises abruptes de Tracy et Manvieux constituent un des secteurs les plus intéressants pour la nidification des Goélands argentés et du Fulmar boréal. Parmi les autres espèces d’intérêt, notons également le Faucon pèlerin et le Grand corbeau.

Les Fonderies de Tracy-sur-Mer font parties des sites d’intervention du Conservatoire du littoral. Les terrains acquis sont remis en gestion au Syndicat mixte Calvados Littoral « Espaces Naturels ». Un garde du littoral est en charge de ce site. Il a en charge la surveillance, l'entretien, le suivi scientifique, ainsi que les relations avec les usagers locaux.

Les Fonderies disposent de mesures de préservation depuis 2004, date à laquelle a été rédigé le 1er plan de gestion.

Le plan de gestion est un outil technique programmant, décrivant les actions et opérations à mettre en œuvre pour protéger et conserver le patrimoine naturel. Des objectifs de gestion conciliant les usages et la préservation des milieux naturels sont définis en collaboration avec les gestionnaires et différents partenaires.

Ce document sera réactualisé en 2014 et sera appréhendé à l’échelle « supra site » pour comprendre l’ensemble des sites des dunes et des falaises du Bessin situés sur un linéaire de près de 20 kilomètres  (sites de la Batterie de Longues-sur-Mer, de la Fonderie de Tracy-sur-Mer, du Mont Castel, d’Omaha Beach et la Pointe du Hoc).

L’objectif de gestion à long terme est de conserver et restaurer les milieux naturels et semi-naturels pour maintenir et accroître la diversité biologique et paysagère du site.

Téléchargez le plan de gestion des sites des dunes et falaises du Bessin

Depuis le site des fonderies de Tracy-sur-Mer le point de vue est unique sur les vestiges du port artificiel d’Arromanches. Son nom de code : le port Mulberry aussi appelé port Winston Churchill. Il a été construit pour permettre l'acheminement de nombreux matériels et équipements des armées alliées, dans les jours qui suivirent le débarquement. Il était constitué de différents grands éléments préfabriqués en Angleterre, acheminés et assemblés sur la côte normande. Ce port artificiel a souvent été mis en avant comme ayant permis la réussite de la bataille de Normandie.

Ainsi, devant les falaises de Tracy-sur-Mer se trouvaient des Phoenix, immenses caissons de béton armé, qui venaient compléter la digue constituée par des blockships, c’est-à-dire de vieux navires de guerre lestés de béton et coulés sur place. La liaison à la côte avait été allongée, par les Anglais, à l’aide de blocs rocheux prélevés, creusés dans la falaise. Les falaises étaient utilisées comme zone de réserve de munitions.

Du fait de l’érosion et des éboulements sur le littoral du Bessin, la sécurité des randonneurs est remise en cause car le sentier se rapproche dangereusement du bord de la falaise. La circulation sur ce sentier est d’ailleurs interdite par arrêté préfectoral depuis 2001. Des réflexions sont engagées pour étudier le report du sentier et garantir ainsi la sécurité du public.

Carte d'identité du site

Commune(s) : TRACY-SUR-MER (14)

Surface protégée : 18.62 hectares

Protégé depuis : 1977

Nombre d'actes d'acquisition signés : 32

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

Département du Calvados

Les sites à proximité

Faire un don