CHEVANU - BRUZZI

Au sud-ouest de la réserve naturelle des Bouches de Bonifacio, ce site s’étend sur toute la pointe des Bruzzi et l’anse de Chevanu, offrant une diversité de milieux remarquables dans un paysage extraordinaire mêlant les formes fantastiques des rochers face à la mer et la douceur verte du petit étang de Chevanu en fond de baie.

A l’entrée du site, un sentier bordé de beaux chênes lièges  et fleuri d’asphodèles dès le début du printemps permet de faire le tour de la pointe des Bruzzi. En approchant du rivage, le travail du vent et de la mer se fait sentir, sculptant aussi bien le minéral que le végétal, à tel point qu’on croirait qu’ un artiste un peu fou est venu ici donner libre cours à son imagination. La petite plage de Vénus doit son nom à un rocher émergeant de l’eau, telle l’antique déesse de la beauté. De l’autre côté de la presqu’île, la plage Corail doit son nom au foraminifère rouge, petit animal  en forme d’arbre minuscule calcifié de couleur rouge-rosé, qui se fixe sur les rochers sous-marin. La côte rocheuse très découpée dégage une atmosphère sauvage qui contraste avec la rondeur de la végétation basse du maquis, sculptée elle aussi par le vent, formant des massifs si réguliers qu’on y verrait sans sourciller l’œuvre d’un jardinier. Au bout de la presqu’île, toutes proches, les îles Bruzzi, classée en réserve naturelle, ne font pas partie des terrains du Conservatoire mais contribuent à la richesse biologique du site.

Ce paysage sauvage entièrement modelé par les éléments et qui ouvre une vue lointaine sur la Sardaigne offre une impression grisante : on y est comme « seul au monde ».

Au fond de l’anse de Chevanu, l’ambiance est plus intimiste. Le petit étang à l’eau saumâtre, séparé de la mer par une dune boisée de lentisques et tamaris africains, est bordé de milieux naturels variés et riches typiques des zones littorales méditerranéennes.

Habitats et Flore

Dans ce paysage balayé par les vents, les arbres ne peuvent prendre de la hauteur. Le maquis bas, typiquement corse, mêle genévriers de Phénicie, bruyère arborescente, lentisque, cistes, myrte.

Les hauts-fonds des Bruzzi sont couverts d’un vaste herbier de posidonie : la biodiversité marine y est exceptionnelle.

Sur les îles Bruzzi, la végétation est très clairsemée, soumise à des conditions naturelles extrêmes : elle est constituée de fourrés de plantes adaptées au sel, où l’on trouve notamment la très rare Matthiole à trois cornes.

Autour de l’étang de Chevanu, la végétation des milieux humides rassemble des espèces déterminantes telles que la Linaire sarde et l’Isoète à voiles.

 

Faune

La patelle géante, autrefois si fréquente en Méditerranée, si rare aujourd’hui, est bien présente sur les rochers souvent submergés des Bruzzi : elle s’en détache pour aller brouter les algues, lorsque l’eau les submerg. Sous la mer, c’est une abondance de poissons qui profitent des herbiers nourriciers : corbs, mérous, dentis… Le cormoran huppé de Desmarest, oiseau emblématique des Bouches de Bonifacio, apprécie à son tour la manne que constitue cette profusion sous-marine. Il niche sur les îles Bruzzi où l’on trouve une des plus belles colonies de Corse.

Sur les îlots, le phyllodactyle d’Europe et le lézard tyrrhénien ont évolué de manière particulière, comme c’est souvent le cas sur les petits îlots isolés où les espèces ne sont pas en contact avec leurs semblables du « continent ». 

Enfin, les zones humides de Chevanu abritent le crapaud vert reconnaissable à sa peau tachetée. De nombreux oiseaux de passage profitent des milieux nourriciers de l’étang et du rivage : le gravelot à collier interrompu, le chevalier guignette, le bécasseau minute, l’aigrette garzette…

 

Znieff des îles Bruzzi 

Znieff de l’anse de Chevanu 

La création du périmètre d’intervention du Conservatoire permet de protéger la pointe d’un mitage urbain lié au développement de l’activité touristique.

Dans tout l’extrême sud de la Corse (communes de Porto Vecchio, Bonifacio, Figari, Pianottoli-Caldarello, Monaccia d’Aullène), les protections terrestres du Conservatoire (4000 ha) sont complémentaires de la préservation assurée en mer et sur les îlots par la Réserve naturelle des Bouches de Bonifacio (80 000 ha). Ce vaste ensemble préservé s’inscrit dans le cadre transfrontalier du GECT-Parc Marin International dont fait aussi partie le Parc national de l’Archipel de la Maddalena en Sardaigne.

C’est l’Office de l’Environnement de la Corse qui gère le domaine du Conservatoire du littoral, conjointement avec la réserve naturelle, assurant ainsi une gestion intégrée terre-mer.

À l’instar de nombre d’îlots entourant le littoral corse, les Bruzzi étaient des presqu’îles rattachées à l’île principale avec la fonte des glaciers il y a environ 10 000 ans. Cette montée du niveau marin explique que l’on trouve des taffoni sous la mer : cette forme particulière de désagrégation des roches, due à la cristallisation des embruns salés dans les fissures du granite, ne peut se produire sous l’eau : les taffoni sous-marins étaient donc jadis hors de l’eau.

Ici, sur la pointe, la taffonisation des roches granitiques est particulièrement spectaculaire, produisant des formes extraordinaires.

Au large des Bruzzi, l’îlot des Moines, aujourd’hui signalé par un fanal, est longtemps resté un point très dangereux sur la côte : en 1887, un vapeur en provenance de Bombay et à destination de Londres, le Tasmania, fit naufrage sur les Moines, causant de nombreuses victimes, principalement dans l’équipage.

La baignade est interdite autour des Bruzzi, dans l’espace de la réserve naturelle. Un stationnement aménagé permet d’accéder au sentier de découverte des Bruzzi, qui comporte deux itinéraires en boucle permettant de découvrir l’ensemble du site. Au carrefour des deux boucles est installé un petit belvédère qui permet d’apprécier les vues lointaines.

Sentier Bruzzi

Réglementation sur les terrains du Conservatoire du littoral : le camping, le bivouac, les feux, les dépôts de déchets et la circulation des véhicules à moteur sont interdits.  

Carte d'identité du site

Commune(s) : PIANOTTOLI-CALDARELLO (2A)

Surface protégée : 112.3 hectares

Protégé depuis : 1984

Nombre d'actes d'acquisition signés : 11

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don