LE CAP TAILLAT

Le Cap Taillat fait partie des joyaux naturels de la presqu’île de Saint-Tropez. Enclavé entre les caps Lardier et Camarat, il s’en différencie notamment par son remarquable isthme sableux.

Véritable poumon vert, il offre aux visiteurs plus de 2,5 km de sentier littoral aménagé et bordé d’une magnifique et luxuriante végétation. Des sentiers permettent aussi de visiter l’intérieur du massif où l’on y découvre notamment vignoble privé et sépulture mégalithique (Dolmen de Briande). Sur le littoral, la Maison des Douanes dévoile ses 8 cellules entièrement restaurées en 2011 grâce, notamment, au soutien de la Région PACA et de la Fondation Banque Populaire. Centre d’information pour le public, elle accueille aussi des expositions temporaires.

Classé au titre de la Loi 1930 sur les paysages, le cap Taillat offre, depuis son sommet, des points de vue grandioses sur les deux autres caps, comme sur les îles d’Hyères.

Le Cap Camarat est le plus oriental des trois caps de la presqu’île de Saint-Tropez, classés au titre de la Loi 1930 sur les paysages depuis 1995.

Dernier « poumon vert » compris entre les lotissements de l’Escalet et de Camarat à l’Ouest et le lotissement de Bonnes Terrasses à l’Est, c’est le plus sauvage des 3 caps. Ne desservant qu’une seule plage (celle de Bonnes Terrasses), son sentier littoral est moins emprunté que les deux autres caps et son massif forestier, essentiellement composé de Chênes-lièges et d’un sous-bois d’espèces arbustives, est plus dense.

Il se distingue également par la présence du Phare de Camarat et de son sémaphore. Deuxième phare de France, après celui de Vallauris, par la hauteur de sa source lumineuse (130 m au-dessus du niveau de la mer), il offre une vue panoramique spectaculaire sur l’ensemble de la presqu’île de Saint-Tropez ainsi que sur l’immensité de la mer Méditerranée.

Le Conservatoire du littral s’est fait attribué 64 ha de Domaine public maritime au droit du Cap Taillat en vue d’assurer une cohérence de gestion entre la terre et la mer. Des patrouilles nautiques sont organisées en été notamment afin de sensibiliser les plaisanciers et autres usagers de la nécessaire préservation des herbiers…

Le site a été frappé par un incendie majeur fin juillet 2017 qui a parcouru une grande partie des parcelles du Cap Taillat. La faune et la flore ont été évidement fortement impactées.

Des suivis et études sont en cours sur le sujet qui montrent une atteinte majeure sur la population de tortues d’Hermann.

Les caractéristiques principales du site devraient cependant être restaurées d’ici quelques années :

La faune

Le site abrite plus de 80 espèces d’oiseaux dont 71 protégées au niveau national, 35 classées emblématiques au titre de la Directive Habitat Natura 2000 et 4 potentiellement nicheuses : Monticole bleu, Grand corbeau, Pie-grièche grise et Faucon hobereau.

De nombreux insectes et reptiles (dont la Tortue d’Hermann) le fréquentent aussi. Enfin, la faune maritime est tout aussi riche : Mérous, Cigales de mer, Grandes nacre etc.

La flore 

Une multitude d’habitats y est référencée : pinèdes de Pins maritimes, forêts de Chênes-lièges, dunes grises, falaises, herbiers de Posidonies etc.

Le cortège floristique est aussi riche en espèces protégées remarquables : Barbe de Jupiter, Isoète de Durieu, Palmier nain, Tamaris africain ou encore Chardon bleu (emblème du Conservatoire du littoral).

La biodiversité floristique des Caps se poursuit en mer : herbiers de posidonies notamment.

Sur ce site, le Conservatoire des Espaces Naturels de la Région PACA (CEN PACA) et la commune de Ramatuelle (gestionnaires du site) appliquent une gestion adaptative dont les grandes orientations de gestion sont :

-          La restauration et la conservation du site (restauration des zones fortement érodées du site, revégétalisation, restauration de l’isthme sableux par mise en place de ganivelles et accumulation des laisses de mer etc.) ;

-          La surveillance et le nettoyage du site (surveillance du risque incendie, retrait du goudron laissé par la marée noire due au naufrage du Haven en 1991 etc.) ;

-          L'accueil et la sensibilisation à l’environnement de publics divers et variés (visite du site à des scolaires, expositions temporaires à la Maison des Douanes etc.) ;

-         La réhabilitation et valorisation du patrimoine bâti (Maison des Douanes, Batterie napoléonienne, poudrière et logements de canonniers napoléoniens, sépulture mégalithique etc.).

Un projet de réouverture au public du Phare de Camarat est actuellement en cours.

Pour en savoir plus en images, le reportage filmé Prioriterre de France 3 Provence Alpes Côte d'Azur : Gestion durable du cap Taillat

Cap Taillat :

Les premières traces d’une occupation humaine datent de l’époque préhistorique (sépulture celto-ligure).

Sous Napoléon, de nombreux édifices militaires sont construits pour renforcer la défense côtière : Maison des Douanes, Batterie, poudrière…

Après-guerre, il attire un tourisme de masse et des tournages cinématographiques aux conséquences non négligeables.

En 1970, la SCI du Cap Taillat qui vient d’acquérir 27 ha entreprend l’installation d’un Club Med comprenant 400 bungalows et 25 000 m3 de volumes construits, dont un port.

Désireux de conserver intact le paysage exceptionnel du site, M. Raphaël, ancien maire de Ramatuelle, demande l’intervention du Conservatoire du littoral qui le rachète dès 1987.

 

Cap Camarat : Les premières traces d’une occupation humaine connues sur le site ne remontent qu’à l’époque de l’empire napoléonien (vestiges du renforcement de la défense côtière).

Erigés vers 1829, le phare et le sémaphore du Cap Camarat ont été occupés par les allemands lors de la 2nde Guerre mondiale. La transformation de la batterie napoléonienne en blockhaus en est l’un des témoignages.

Au début des années 1950, la Société Civile Coumipez rachète une partie du Domaine Camarat et y construit une maison avec dépendances.

Divers projets de lotissements sont tentés sur ce site. Ces derniers seront tous rejetés par la commune de Ramatuelle sous la pression de l’opinion publique.

L’ensemble des terrains sera alors vendu au Conservatoire du littoral en 1977.

Possibilité de balades sur le sentier du littoral du Cap Lardier à l’Escalet et également jusqu’au sommet du Cap Taillat où une vue à 360 degrés attend les randonneurs.

Depuis le parking du Phare de Camarat, sentier de jonction avec le sentier du littoral en contrebas.

Attention, pour limiter les risques d’incendie, le massif est soumis à l’arrêté préfectoral du 15 mai 2006 règlementant la pénétration dans les massifs forestiers varois du 21 juin au 30 septembre. Pour connaître l’état de la fermeture des massifs dans le Var, une carte est publiée chaque jour, avant 19h, pour le lendemain sur le site internet de l’Etat dans le Var. Elle renseigne sur le niveau de danger feu de forêt massif par massif.


Pour plus de renseignements :

Mairie de Ramatuelle

Place de l’Ormeau – 83350 RAMATUELLE

Tél. : 04 98 12 66 66

 info@mairie-ramatuelle.fr

Site internet de la ville de Ramatuelle

 

CEN PACA

Tél. : 04 42 20 03 83

 

Carte d'identité du site

Commune(s) : RAMATUELLE (83)

Surface protégée : 142.53 hectares

Protégé depuis : 1987

Nombre d'actes d'acquisition signés : 3

Balade Ouvert au public

Télécharger la balade en PDF

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don