PALUMBAGGIA

Au sud de la commune de Porto Vecchio, la côte de Palumbaggia est l’une des plus réputées de Corse pour ses grandes plages de sable blanc et fin, ses paysages de carte postale, collines emmaquisées et grands pins parasols, images emblématiques du littoral méditerranéen.

Entre l’étang et le sommet de la Punta Cerbicale, qui culmine à 150 mètres, le site domine la grande plage de Palumbaggia et fait face aux îles Cerbicale, dans la réserve naturelle des Bouches de Bonifacio.

Ici la roche claire, un granite leucocrate érodé en boules douces,  confère clarté et douceur au paysage. Une seule route mène à Palumbaggia, qui est comme un petit bout du monde face au large, dans un paysage idyllique.  Coincées entre l’urbanisation touristique et la mer, les zones humides y conservent un fort intérêt écologique et paysager.

Habitats et Flore

Ils incarnent Palumbaggia : les grands et magnifiques pins parasols centenaires qui bordent la plage. Dans le maquis, quelques gros genévriers se font une place, au milieu des cistes, genêts, arbousiers, lentisques, myrtes et asphodèles dont les grandes tiges fleurissent. En bord de mer, davantage soumise à l’influence des éléments, la flore se fait plus trapue, mais toujours délicate : cyclamen, crocus, immortelles…

Faune

Palumbaggia abrite un invité étonnant : la guêpe germanique, qui construit ses nids à partir de fibres de bois mâchées et mêlées à la salive. Parfois confondue avec un frelon, cette grande guêpe est commune en Europe. Dans le marais, se reproduisent au moins trois espèces d’amphibiens : discoglosse sarde, rainette sarde et crapaud vert des Baléares (abondant).

 

Dans ce site très touristique, très fréquenté en été, l’action principale des gardes est de limiter les extensions anarchiques de paillottes et contrôler la circulation des véhicules, afin de garantir au site sa qualité paysagère et protéger les milieux naturels. En effet, de nombreuses pistes rejoignent la grande plage, qui ne fait pas partie des sites du Conservatoire mais qui est enserrée entre deux sites protégés (Palumbaggia et Tamaricciu).

Les dunes ont été entièrement protégées par ganivelles afin de limiter les piétinement et le passages d’engins motorisés.

Dans tout l’extrême sud de la Corse (communes de Porto Vecchio, Bonifacio, Figari, Pianottoli-Caldarello, Monaccia d’Aullène), les protections terrestres du Conservatoire (4000 ha) sont complémentaires de la préservation assurée en mer et sur les îlots par la Réserve naturelle des Bouches de Bonifacio (80 000 ha). Ce vaste ensemble préservé s’inscrit dans le cadre transfrontalier du GECT-Parc Marin International dont fait aussi partie le Parc national de l’Archipel de la Maddalena en Sardaigne.

C’est l’Office de l’Environnement de la Corse (par délégation de la Collectivité de Corse) qui gère le domaine du Conservatoire du littoral, conjointement avec la réserve naturelle, assurant ainsi une gestion intégrée terre-mer.

La région est très longtemps restée à l’écart du développement : la présence de nombreuses petites zones humides a favorisé l’installation, dès le Moyen-Age, de la malaria qui rendait la zone insalubre. Ce territoire, comme tant d’autres, n’était donc fréquenté que de manière saisonnière, par les bergers hivernant leurs troupeaux. Il fallut attendre le XXe siècle et les grandes campagnes de pulvérisation de DDT pour « assainir » les marais en Corse. Dès lors, à partir des années 1950, avec l’éradication de l’anophèle vecteur du paludisme, cette zone littorale  a été réinvestie et connu un développement très rapide, avec  une urbanisation importante dans les secteurs littoraux. Les dunes de Palumbaggia sont des dunes reliques : le sable y a été déposé par les glaciers il y a plus de 10000 ans. Ne se reconstituant plus, soumises à la triple pression des coups de mer, du ruissellement des pluies et des installations commerciales, elles sont l’objet d’une attention particulière pour tenter de les maintenir. 

Un stationnement sous les grands pins accueille les visiteurs en contrebas du hameau de Palumbaggia. Un petit sentier permet de rejoindre la petite crique qui fait partie du terrain du Conservatoire.  Il n’existe pas de sentier littoral.

Réglementation sur les terrains du Conservatoire du littoral : le camping, le bivouac, les feux, les dépôts de déchets et la circulation des véhicules à moteur sont interdits. 

LEFT
RIGHT

Carte d'identité du site

Commune(s) : PORTO-VECCHIO (2A)

Surface protégée : 18.22 hectares

Protégé depuis : 1991

Nombre d'actes d'acquisition signés : 2

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les sites à proximité

Faire un don