HAVRE DE LESSAY

La flèche sableuse de la Pointe du Banc, qui constitue la dune, renferme le Havre et ses herbus dans un écrin de douceur et l'abrite des assauts marins de la Manche. Ces deux écosystèmes à part entière assurent une transition progressive et harmonieuse entre le milieu marin et continental. La laisse de mer, linéaire de jonction, en est la limite transitoire.

L'étendue large et ouverte du site procure ce sentiment d'espace et de liberté et donne au promeneur un souffle d'air bénéfique. Le regard glisse sur les herbus pour venir ensuite buter sur les digues en bord de havre ou sur les reliefs dunaires de Créances. Ces digues, noyées dans le paysage du pourtour du havre, sont quasiment indécelables.

Le rythme des marées créaient un paysage sans cesse renouvelé, offrant un panel de tableaux, animés par les flots et les couleurs douces de l’estran sableux et humide, de la slikke et des herbus, aussi appelés schorre ou pré-salé.

Plusieurs rivières côtières sont affluentes du Havre de Lessay : l'Ouve, la Brosse, le Dun et l’Ay, pour la principale.

L’activité humaine est représentée par la présence de bateaux de plaisance, concentrés sur une aire d'échouage, à proximité de l'embouchure du Havre. Aussi, par les troupeaux de moutons broutant dans les prés-salés.

La faune

La Pointe du Banc possède un fort intérêt patrimonial, notamment avec la présence d’amphibiens, tel que: le Triton marbré, le Triton de Blasius, le Triton palmé, fréquent dans les points d'eau, le Triton ponctué, présent uniquement sous la grande saulaie, le Pélodyte ponctué, l'Alyte accoucheur, de nombreux Crapauds calamite, et la Grenouille verte, présente dans quasiment toutes les zones humides du site.

Plus facile à identifier, de nombreux Lapins de garenne et quelques Lièvres fréquentent les dunes. La présence des lapins est favorisée par la mosaïque de milieux avec les fourrés isolés qui leur offrent une cache rapide en cas de danger. A leur présence est liée celle des oiseaux nicheurs au sol, tel que le Tadorne de Belon et le Traquet motteux. Les terriers sont en effet réutilisés par ces oiseaux pour établir leur nichée, tout comme une part des batraciens qui y trouvent un refuge diurne ou hivernal.

Aussi, leur existence est aussi un facteur de maintien et de rajeunissement de la dune par leur action d'abroutissement et de creusement de terrier, avec étalage des sables au devant du terrier, vecteur essentiel de création de zones permettant le développement d’espèces pionnières telles que la Laîche des sables, le Saxifrage tridactyle, la Sabline à feuilles de serpolet, la Véronique à feuilles de serpolet, ou le Cranson du Danemark.

La flore

Dans les dunes, la présence de dépression humide et de mares vont révéler un grand intérêt patrimonial au site avec la Pyrole à feuilles rondes, protégées nationalement, la Germandrée des marais, protégée régionalement, le Choin noirâtre, assez bien représenté sur le site et la Molinie bleue, l’Hydrocotyle et le Saule rampant.

Dans les zones abritées, deux jeunes pinèdes sont d'origine artificielle. Celle située au nord, dense et ombragée est représentée par le Pin noir. Celle au sud, plus clairsemée, est représentée par le Pin maritime. Elles sont toutes deux le lieu de dortoir, voire de nidification, de Pigeons ramiers essentiellement.

Le Havre de Lessay fait partie des sites d’intervention du Conservatoire du littoral. Les terrains acquis sont remis en gestion au Syndicat mixte des espaces littoraux de la Manche (SyMEL). Un garde du littoral est affecté à ce site. Il a en charge le gardiennage, l'entretien et le suivi scientifique, ainsi que les relations avec les usagers locaux. Cela est valable aussi pour les dunes communales de Saint-Germain-sur-Ay, qui bénéficient de ce même traitement de faveur de protection contractualisé par une convention.

Ainsi, ce site dispose de mesure de préservation depuis 2004, date à laquelle a été rédigé le 1er plan de gestion. Il s’agit d’un document cadre, un guide, donnant les orientations d’aménagements et de gestion pour protéger ce site naturel.

Aussi, la commune de Saint-Germain-sur-Ay est incluse dans le périmètre du Parc Naturel Régional des marais du Cotentin et du Bessin.

Le site du Havre de Lessay est également inclus dans le périmètre Natura 2000 s’intitulant « Havre de Saint-Germain-sur-Ay et Landes de Lessay ».

Le pâturage ovin est l’activité principale du Havre. En effet, cet espace naturel est entretenu grâce à du pâturage des moutons. Un partenariat avec un éleveur local a permis de mettre en place  un plan de pâturage. Le troupeau se partage entre les dunes de la Pointe du Banc et une partie des Landes de Lessay (Lande du Camp), durant le mois d'avril, puis du 15 juillet au 15 septembre.

Le Havre de Lessay était dans le passé un très grand pourvoyeur de tangue, matériau naturel (sédiment), jadis utilisé en agriculture, et donc extrait sur les herbus. De nos jours, cette pratique ancestrale a disparu. Elle permettait à la fois de lutter contre le colmatage naturel du Havre, et d'utiliser une ressource locale pour les activités maraîchères, notamment installées sur le terrain dunaire de faible relief, de la Pointe du Banc. On ne relève actuellement que les traces de ces extractions passées à travers quelques dépressions du schorre encore ennoyées, appelées "criches".

Les estrans de Saint-Germain-sur-Ay supportent une activité conchylicole exclusivement axée sur l'ostréiculture. Les tables ostréicoles sont disséminées sur les platiers rocheux.

Carte d'identité du site

Commune(s) : BRETTEVILLE-SUR-AY (50) , BRICQUEVILLE-SUR-MER (50) , SAINT-GERMAIN-SUR-AY (50) , VAINS (50)

Surface protégée : 221.8 hectares

Protégé depuis : 1992

Nombre d'actes d'acquisition signés : 10

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

symel

Les partenaires

natura 2000

Les sites à proximité

Faire un don