ETANG DE THAU

Secteur Les Prés du Baugé

Peu urbanisée, la bordure nord de l’étang de Thau est ponctuée de zones humides qui correspondent à la partie terminale des cours d’eau qui alimentent l’étang en eau douce. Située à mi-chemin entre Mèze et Marseillan, la zone humide des prés du Baugé constitue l’exutoire du ruisseau du Mayroual. Ce site de 52 hectares appartient au périmètre des sites Natura 2000 de Thau et s’étale du bord de l’étang de Thau sur un peu plus d’un kilomètre vers l’intérieur des terres. Le dénivelé est très faible, et les parcelles les plus hautes ne dépassent pas les 2 mètres d’altitude. Les différences de salinité et notamment la forte influence d’eau douce conditionnent les richesses écologiques du site : prairies luxuriantes, haies de frênes et roselières côté nord, prés salés, scirpaies, sansouires et fourrés de tamaris côté étang.

Longtemps façonné par des utilisations plutôt intensives telles que la production de sel ou la riziculture, le site des prés du Baugé est redevenu une zone de tranquillité où cohabitent une faune et une flore très remarquables et des activités humaines respectueuses de cet environnement. L’activité pastorale en saison estivale permet le maintien d’un paysage bocager très rare en plaine méditerranéenne.

 

Secteur Les Prés du Baugé

 

La flore

 

Malgré sa superficie relativement faible (52 hectares), le site présente une grande diversité en termes d’habitats et d’espèces végétales. Certains de ces habitats sont menacés à l’échelle européenne et inscrits à la Directive « faune – flore – habitats » de 1992.

 

Les types de végétation, aussi appelés « habitats », sont particulièrement diversifiés au sein du site des prés du Baugé. Cette richesse écologique est étroitement liée au gradient de salinité et à l’alternance submersion/assec si typique du climat méditerranéen.

 

Parmi les espèces végétales, pas moins de 20 espèces patrimoniales ont été recensées. On peut notamment citer la Jacinthe de Rome, la Bugrane sans épines, le Salsifis hybride ou encore l’Orchis des marais. Enfin, les plans d’eau et canaux sont le lieu de développement d’importants herbiers aquatiques constitués d’algues characées.

 

La faune

 

Le site présente un grand intérêt avifaunistique, de par sa richesse structurelle et la qualité des milieux qui le constituent (tranquillité, ressources). Les observations réalisés mettent en évidence l’importante attractivité des prés du Baugé pour des oiseaux inféodés aux zones humides ; par exemple, la héronnière présente sur le site est actuellement la plus grande du département de l’Hérault. Les haies si caractéristiques du site attirent un autre cortège intéressant d’oiseaux qui utilisent les vieux arbres comme support de reproduction et les lisières comme habitat d’alimentation. On trouve également des espèces très particulières liées aux roselières telles que la Talève sultane, ou encore des espèces comme le Rollier d’Europe sur les zones de bocage.

 

Des inventaires récents ont mis en évidence 6 espèces de chauves-souris. Parmi les espèces contactées, le Minioptère de Schreibers est une espèce d’intérêt patrimonial fort, pour laquelle les prés du Baugé sont un site d’alimentation situé entre deux colonies de mise-bas connues (l’une d’entre elles est la plus importante du Languedoc-Roussillon). Le site est également occupé par la Noctule de Leisler, qui niche dans des boisements anciens.

 

Autre espèce de faune remarquable bien représentée : la Diane, un magnifique papillon protégé, dont la chenille orange se nourrit d’aristoloches, une plante vivace typique des prairies humides peu saumâtres.

 

Secteur Les Prés du Baugé

 

Les sites du Conservatoire du littoral de l’étang de Thau sont aujourd’hui gérés par Sète Agglopôle Méditerranée. Le Conservatoire d’espaces naturels du Languedoc-Roussillon est gestionnaire associé pour le site des prés du Baugé.

 

Le site des prés du Baugé fait l’objet d’un plan de gestion depuis l’année 2016. Celui-ci prévoit notamment la concertation avec l’ensemble des acteurs locaux afin d’encadrer l’ensemble des activités présentes sur le site : plan pastoral pour le troupeau d’équins utilisant le site, gestion des ouvrages hydrauliques, surveillance et garderie, accueil du public, entretien courant du site, lutte contre les espèces exotiques envahissantes, planification de battues administratives, suivi scientifique des enjeux du patrimoine naturel, suivi hydraulique.

 

Secteur Les Prés du Baugé

 

Au vu de sa situation et son intérêt notamment pastoral, l’utilisation du site par l’homme est de toute évidence très ancienne. Plusieurs types usages y sont référencés : par exemple, une exploitation saline est signalée par le cadastre Napoléonien de 1826, et des témoignages locaux évoquent la présence de rizières vers le début du 20ème siècle et la production de fourrage.

 

Seule l’histoire récente du site est bien connue : En 1982 est créée une Réserve libre par le biais de la Ligue de Protection des Oiseaux. Entre 1986 et 1998, le site bénéficie du statut de Réserve Naturelle Volontaire.

 

En tant que zone humide littorale, le site des prés du Baugé présente un intérêt écologique et fonctionnel exceptionnel. Pour cette raison, le Conservatoire du Littoral a décidé d’acquérir l’ensemble des parcelles de la dépression humide (non urbanisées) situées dans son périmètre d’intervention. Ainsi, en 1993, le Conservatoire du Littoral achète une partie du site (environ 27 ha) à l’ancien propriétaire du terrain. Des acquisitions complémentaires effectuées entre 2000 et 2003 ont permis d’aboutir à un ensemble très cohérent de parcelles définitivement protégées.

 

 

Carte d'identité du site

Commune(s) : MARSEILLAN (34) , MEZE (34) , VILLENEUVE-LES-MAGUELONE (34)

Surface protégée : 305.27 hectares

Protégé depuis : 1993

Nombre d'actes d'acquisition signés : 7

Ouvert au public

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

ARDAM

Les sites à proximité

Faire un don