ILOT CAPENSE

Sur la côte nord occidentale du Cap Corse l'îlot Capense protège le port de Centuri des vents dominants de Sud-Ouest (libecciu). Avec une surface d'un peu plus de 3 ha, il culmine à 47 mètres et sa forme est schématiquement triangulaire. Il est composé de deux types de roches: des amphibolites au Sud-ouest et des gneiss au Nord-est et Est. Tel un Cap Corse en miniature son relief est très pentu face à l'Ouest avec des falaises et fortes pentes, alors que l'Est face à la terre ferme présente des pentes plus douces. L'île est très proche de la terre, la passe de 170 mètres est parsemée de rochers et écueils et sa profondeur est de un mètre environ. Contrairement à la plupart des îlots satellites de la Corse dont la formation est le résultat de l'élévation du niveau marin, c'est surtout l'érosion marine qui semble ici à l'origine de l'île.

Habitats et flore

Mis à part quelques sujets isolés (figuiers, lentisques, genévrier de Phénicie) l'île ne possède guère de végétation ligneuse. En revanche sur les pentes face à l'est, protégées des vents dominants, l'existence de sols meubles permet le développement d'une dense végétation herbacée. Le principal groupement végétal est dominé par l'immortelle d'Italie et le Cinéraire maritime. S'agit-il de l'évolution de pelouses façonnées par d'anciennes pratiques d'élevage, comme le suggère la présence de graminées comme le Brachypode rameux, le Dactyle d'Espagne ou de la carotte sauvage? Sur les pentes et les zones rocheuses, la végétation est nettement plus clairsemée. C'est dans ces habitats très ouverts que l'on rencontre le joyaux botanique de l'île: la Nananthée. Marguerite lilliputienne, c'est une plante rarissime, endémique très ancienne de Corse et de Sardaigne. Elle a disparu de l'île principale et ne se maintient plus que sur quelques îlots satellites. Elle se développe sur des dalles rocheuses et dans des micro-habitats perturbés par le piétinement des oiseaux marins ou dans les sentes créées par le passage des rats noirs.

La nananthée à la Pointe du cap Corse (et autres plantes rares)

 

La faune 

Des oiseaux marins se reproduisent ici : Goélands leucophée, Goélands d'Audouin (irrégulièrement) et Cormorans huppés, installés récemment et en augmentation.

Les reptiles sont représentés par le Lézard tiliguerta, abondant et capable de "nager" avec agilité dans la végétation dense et par un gecko, la Tarente de Maurétanie.

Le rat noir est abondant.

Plus de 2500 ha à la Pointe du Cap Corse bénéficient d'un ensemble de protection: sites Natura 2000, site classé, terrains du Conservatoire du littoral, Réserve naturelle sur les îles, Réserves de biotope… L'ensemble est géré par l'Association Finocchiarola-Pointe du Cap Corse qui regroupe les communes de Rogliano, Ersa, Centuri et Morsiglia, ainsi que le Département de la Haute-Corse et le Conservatoire des espaces naturels de Corse) avec le soutien financier de l'Office de l'Environnement, du Département et de la Dreal.

L'île fait partie de la Réserve naturelle des Iles du Cap Corse créée en 2017 (avec les Iles Finocchiarola et l'île de la Giraglia).

L'île n'a pas fait l'objet d'explorations archéologiques, mais les textes et les cartographies indiquent une occupation historique assez importante. Sa proximité de la côte et sa position stratégique par rapport au port de Centuri y sont pour beaucoup. Une chapelle Sainte Madeleine y était édifiée d'après les sources; on n'en localise pas les vestiges aujourd'hui. Des plans génois de la fin du XVIIIe siècle représentent de manière détaillée la chapelle et les projets d'extension pour la transformer en garnison. Ces mêmes plans (vers 1760) montrent que l'îlot était fortifié de redoutes et de petits ouvrages militaires dans le cadre des combats opposant Gênes aux rebelles paolistes qui tenaient Centuri et avaient détruit la tour.

La partie marine est au cœur du Parc naturel marin du Cap Corse et de l’Agriate

Le débarquement y est strictement interdit toute l'année afin de préserver la tranquillité de la faune et de ne pas perturber un écosystème insulaire très vulnérable. Un périmètre autour de l’île interdit tout prélèvement d’espèces marines.

Carte d'identité du site

Commune(s) : CENTURI (2B)

Surface protégée : 2.3 hectares

Protégé depuis : 1997

Nombre d'actes d'acquisition signés : 1

Tous les sites de ce département

Tous les sites du littoral

Les gestionnaires

Les partenaires

Les sites à proximité

Faire un don